Lecture de « Winterreise » le 22 novembre 2016

LECTURE DU TEXTE « WINTERREISE » d’ ELFRIEDE JELINEK
Traduit par Sophie Herr aux éditions Seuil
MARDI 22 NOVEMBRE à 15h00 au Forum Culturel Autrichien de Paris
pour faire écho aux 70 ans de l’auteure

Crédit photo : Julia Amarger
Crédit photo : Julia Amarger

avec les voix de :
Arnaud DAGENAIS
David LELIEVRE
Henock MALULU
Yohan VALLEE
Maxime VILLELEGER

Une mise en voix dirigée par Lucile MARY et assistée de Magali ALPHAND.

 

SYNOPSIS

« Acerbe et radical, le « je » d’Elfriede Jelinek emboîte le pas au Winterreise de Schubert, traverse la folie du monde d’aujourd’hui jusqu’aux abîmes de sa propre vie. Ce virulent monologue, plus intime et plus politique que jamais, découpé dans de grands et puissants blocs de texte et lancé à la face du monde contemporain, s’écrase sur scène telles nos propres ruines : scandales politico-financiers, perversité de l’opinion publique, sexualité médiatisée par Internet, culte du sport et de la jeunesse. Sur fond de paysage délabré resurgissent l’enfance ruinée de l’auteure, l’amour-haine d’une mère dominatrice et la démence du père. Porté par une langue qui bataille contre elle-même, le cycle s’achève sur une réflexion d’une grave lucidité quant à son propre rôle d’auteure : « Nous ne voulons pas vous écouter, vous, avec vos éternelles vieilles rengaines. Votre assiette est pleine, ça devrait vous suffire. » Saurons-nous faire taire notre monde pour entendre ce texte ?» (Quatrième de couverture des éditions du Seuil)

A l’issue de la lecture, un petit pot sera organisé.

La jauge étant limitée, il est indispensable de réserver par retour de mail : paris-kf@bmeia.gv.at

FORUM CULTUREL AUTRICHIEN
17 avenue de Villars, 75007 PARIS

forum-culturel

 

Soirée littéraire autour des « Schutzbefohlenen » et de la tragédie des réfugiés

Depuis le 12 septembre et jusqu’au 9 octobre prochain, la ville de Nantes organise un festival intitulé « Migrations. L’Europe dans le mouvement du monde / 20è et 21è siècles » avec des projections, conférences, expositions et spectacles. L’un des temps forts est consacré à Die Schutzbefohlenen, pièce d’Elfriede Jelinek sur la tragédie des migrants qui fait référence aux Suppliantes (Die Schutzflehenden) d’Eschyle. Ecrit en 2013, après l’occupation par des réfugiés d’une église de Vienne, le texte a depuis été augmenté par l’auteure qui ne cesse d’y revenir au gré d’une actualité toujours plus brûlante (dont la première étape passe par la catastrophe de Lampedusa, en octobre de la même année). La pièce et ses appendices sont intégralement disponibles en ligne sur son site personnel : http://www.elfriedejelinek.com (actuellement encore sous l’onglet de ses « actualités »). Continuer la lecture de Soirée littéraire autour des « Schutzbefohlenen » et de la tragédie des réfugiés

« Wut » : Jelinek / Stemann face aux attentats de Paris

      Lorsque les attentats ont frappé la France en janvier 2015, Elfriede Jelinek a pris la plume et écrit une pièce intitulée Wut (Rage) qui vient d’être créée aux Kammerspiele de Munich. Cette pièce coup de poing, dans l’actualité la plus brûlante, fait écho à celle qui se joue actuellement de l’autre côté du Rhin, au théâtre de la Colline à Paris – Je suis Fassbinder, créé par Stanislas Nordey et Falk Richter et également écrite suite à la fusillade de Charlie Hebdo. Deux écritures, deux mises en scènes qui parlent des attentats de Paris, de la « crise » des réfugiés, de la montée des nationalismes, et qui explorent la rage et la peur qui semblent dominer et détruire le monde d’aujourd’hui. Dans les deux cas, cette « Rage », c’est à la fois celle des terroristes qui ont visé des rédacteurs du journal satirique, des policiers et des clients de l’Hyper Cacher, celle des combattants du djihad, mais aussi celle des partisans du Front National en France, du parti Alternative für Deutschland et du mouvement PEGIDA en Allemagne. Elfriede Jelinek y distille également sa propre rage face au terrorisme de la haine et de la peur, et face à sa propre impuissance aussi – impuissance de l’art ? Alors que Nordey et Richter convoquent Fassbinder en contrepoint, Elfriede Jelinek, comme à son habitude, met l’actualité en perspective avec un classique : ici avec des références à La Folie d’Heraclès où le héros antique, aveuglé par la rage meurtrière que lui a insufflé la déesse Hera, massacre sa propre famille. Continuer la lecture de « Wut » : Jelinek / Stemann face aux attentats de Paris

Entretien avec Stemann et Manoury sur « Kein Licht » (avril 2016)

Mercredi 27 avril, quelques privilégiés, co-producteurs/mécènes anonymes du projet „Kein Licht“ dont je fais partie, ont pu assister en direct à un „live-chat“ d’une heure avec les deux principaux artistes au coeur de cet opéra en cours de conception, le compositeur Philippe Manoury et le metteur en scène allemand Nicolas Stemann. Je vous propose d’entrer avec moi dans les coulisses des prémices du projet… Continuer la lecture de Entretien avec Stemann et Manoury sur « Kein Licht » (avril 2016)

Le prix Fedora – Rolf Liebermann pour soutenir la création de « Kein Licht »

Dernière nouvelle de l’opéra à financement participatif Kein Licht : l’opéra d’E. Jelinek commandé par l’Opéra Comique (voir ici sa présentation) a obtenu le 9 avril 2016 le prix Fedora – Rolf Liebermann à la Scala de Milan. Ce prix fondé en 2014 est une aide décernée par des mécènes pour aider à la création de productions innovantes dans le monde de la danse et de l’Opéra. Les 16 projets retenus cette année entraient dans le cadre d’une collaboration internationale entre des maisons d’opéra et des festivals.

Le montant du soutien est de 150 000 €, qui viennent donc s’ajouter aux quelques 52 000 € obtenus avec la campagne de financement participatif menée fin 2015 et à l’enveloppe totale d’environ 700 000 € de la co-production européeenne.

Avancées du projet « Kein Licht » de l’opéra comique (février 2016)

Un court billet pour vous tenir au courant des avancées du projet « Kein Licht » de l’Opéra Comique, prévu pour 2017. Nous vous avions informés il y a quelques mois de cela de la première étape, le lancement d’une campagne de financement participatif. Cette campagne s’est achevée il y a quelques semaines sur un compteur affichant 52 940 euros – l’objectif de 50 000 euros étant dépassé, l’ambitieux projet autour du texte d’Elfriede Jelinek pourra être concrétisé. Plus d’une centaine de mécènes du web 2.0 se sont manifestés pour soutenir cette coproduction européenne (Festival de Ruhrtriennale, Berliner Festpiele, Théâtre National de Zagreb, théâtres de la ville de Luxembourg, festival Musica de Strasbourg et Ircam) qui réunit un montant total d’environ 700 000 euros. Continuer la lecture de Avancées du projet « Kein Licht » de l’opéra comique (février 2016)

Verteidigung – Dissertation – Elfriede Jelineks Theaterstücke

Am Freitag, dem 11. Dezember 2015 findet um 14:00 die Verteidigung meiner Doktorarbeit  statt.

Überschriebene Klassiker. 

Goethe und Schiller im Theater Elfriede Jelineks  

(Ulrike Maria Stuart, FaustIn and out)

Ort : 16 quai Claude Bernard, Raum D 107, Université Lyon 2 (Lyon)

Uhrzeit : 14:00 Uhr Continuer la lecture de Verteidigung – Dissertation – Elfriede Jelineks Theaterstücke

Avis de soutenance

Vendredi 11 décembre 2015 aura lieu la soutenance de ma thèse, intitulée :

 La récriture des classiques.

Goethe et Schiller dans le théâtre d’Elfriede Jelinek

(Ulrike Maria Stuart, FaustIn and out)

Cette thèse, dirigée par M. Le Professeur Ralf Zschachlitz (Université Lumière Lyon 2), concerne les disciplines de la germanistique (étude de textes dramatiques), de la littérature (études intertextuelles), des arts du spectacle et de la sociologie de la littérature.

Lieu : 16 quai Claude Bernard, salle D 107, Université Lyon 2

Horaire : 14h00 Continuer la lecture de Avis de soutenance

Financement participatif pour la création de « Kein Licht » à l’Opéra Comique

L’Opéra Comique de Paris lance une opération de financement participatif d’envergure pour créer un nouvel opéra à dimension européenne, sur la base du livret Kein Licht d’Elfriede Jelinek. Il a passé commande au compositeur français Philippe Manoury et fait appel au metteur en scène allemand Nicolas Stemann, habitué des textes de la prix Nobel.

Sur le site d’appel au don de la plateforme Culture Time, l’Opéra Comique, producteur délégué, explique porter plus de la moitié du budget total du projet (700 000 €) et invite les internautes à soutenir 15 % de leur part de producteur (soit 50 000 €) pour investir notamment « dans des dispositifs très innovants de vidéo et d’audio-acoustique ». Entre octobre et décembre 2015, les donateurs sont invités à soutenir la création. Les mécènes-producteurs pourront suivre la création de l’opéra de l’intérieur et seront associés au travail habituellement confidentiel entre les artistes et la production. Continuer la lecture de Financement participatif pour la création de « Kein Licht » à l’Opéra Comique

Tragedy Reloaded : Maya Bösch mixe Eschyle et Jelinek

Tragedy Reloaded, prélude 2, est une production de théâtre pluridisciplinaire sur deux ans basée sur les pièces Les Exilées (ou Les Suppliantes) d’Eschyle et Animaux d’Elfriede Jelinek. Cette création de la compagnie suisse sturmfrei confronte l’exil des femmes de la tragédie d’Eschyle aux réseaux de la prostitution  moderne évoqués dans la pièce de Jelinek.  Elle est représentée dans le cadre du festival de la Bâtie-Festival de Genève du 2 au 6 septembre 2015. La metteuse en scène Maya Bösch a déjà proposé de nombreuses performances à partir de textes d’Elfriede Jelinek. Continuer la lecture de Tragedy Reloaded : Maya Bösch mixe Eschyle et Jelinek

Le problème de la métaphore chez Jelinek, Bachmann, Plath et Duras

Projet de thèse en littérature comparée : Le propre et l’impropre. Le problème de la métaphore et ses ironies chez Jelinek, Bachmann, Plath et Duras.

« La langue de la femme est un manteau qui couvre tout. »

(Elfriede Jelinek, Lust)

« Dans l’art littéraire on parle de métaphore lorsque quelque chose « n’est pas utilisé dans son sens propre ». Alors les métaphores sont les perversions du langage et les perversions, les métaphores de l’amour. »

(Karl Kraus, Aphorismen)

La distinction théorique entre sens propre et figuré est traditionnellement évoquée en termes genrés : la métaphore en tant qu’arme rhétorique séductrice, ornementale, trompeuse, déviante participe de l’aspect féminin de la langue, complice de son aspect masculin : la langue « propre », littérale, claire et rationnelle. Ce dualisme dynamique de la langue qui oscille entre voilement et dévoilement de la réalité est non seulement mis à jour par la littérature, mais il y est aussi constamment transformé. Continuer la lecture de Le problème de la métaphore chez Jelinek, Bachmann, Plath et Duras

Les écrivain/e/s et leurs éditeurs/trices : finir sur Jelinek

Le cours magistral est, dans la tradition universitaire allemande, une sorte d’épreuve du feu: on la craint tant qu’on ne s’y est pas plié; lorsqu’on y est, on aimerait le faire vraiment bien, mais l’effort est tellement éprouvant une fois qu’on est au cœur du brasier qu’il faut (la première fois du moins) se satisfaire de s’en sortir honorablement; et, sur les cendres encore chaudes du semestre finissant, on aimerait à la fois tout refaire (mieux) depuis le début, et ne pas avoir à se plier à nouveau à l’exercice avant un bon moment. Dans le domaine des études littéraires, il s’agit soit de cours magistraux d’introduction aux méthodes ou aux périodes, soit de cours portant sur des sujets à la fois larges, mais permettant de présenter des idées un peu personnelles. Ces derniers types de cours reposent le plus souvent sur des ouvrages déjà publiés par les enseignants; ils présentent un point de vue original (historique, méthodique, systématique) sur la littérature.

Ce long prologue pour expliquer l’aspect à la fois expérimental et exigeant du cadre dans lequel j’ai été amenée à m’intéresser à Jelinek. Continuer la lecture de Les écrivain/e/s et leurs éditeurs/trices : finir sur Jelinek

Œuvres d’Elfriede Jelinek traduites en français

           La France fait partie des tout premiers pays où ont été publiées des traductions intégrales de textes d’Elfriede Jelinek : la première traduction française de La Pianiste, son œuvre la plus connue, est sortie en 1988. Nos lecteurs et lectrices francophones trouveront ici un inventaire des œuvres traduites et actuellement commercialisées (état au 1er juillet 2015). Continuer la lecture de Œuvres d’Elfriede Jelinek traduites en français

Une percée (de, autour de Shahin Najafi), essai engagé de Jelinek

Auteures : Bridou Lucie, Facchetti Marina, Hechler Marie, Jouy Elisabeth et Racine Emma

Avec ce court essai paru en 2013 sur son site personnel dont nous proposons ici une traduction en français, Elfriede Jelinek, prix Nobel de littérature en 2004, s’engage pour défendre Shahin Najafi, poète iranien sur qui pèse une menace de mort depuis la parution de « Naghi » en 2012.

Continuer la lecture de Une percée (de, autour de Shahin Najafi), essai engagé de Jelinek

« Les Amantes », mise en scène à Angers (juin 2015)

Affiche du spectacle "Les Amantes" du Théâtre du Jeudi
Affiche du spectacle « Les Amantes » du Théâtre du Jeudi

En ce moment, ce sont des compagnies amateurs qui sont à l’honneur du Théâtre du Champ de Bataille à Angers. Du 17 au 20 juin 2015, le Théâtre du Jeudi présentera « Les amantes », adaptation du roman d’Elfriede Jelinek (1975) que le public français avait connu notamment avec la mise en scène mémorable de Joël Jouanneau (2001).

Continuer la lecture de « Les Amantes », mise en scène à Angers (juin 2015)

Regards croisés sur une artiste autrichienne