La réception d’Elfriede Jelinek en France

Elfriede_jelinek_2004_smallLorsque paraît en 1988 la première traduction française de La Pianiste, la France fait alors partie des tout premiers pays où sont publiées des traductions intégrales de textes de Jelinek, bien que cette auteure ait commencé à écrire dès la fin des années 1960.1 Comment la France, ce pays décrit comme l’un des plus ouverts à la littérature étrangère et participant à la consécration d’auteurs étrangers2 , accueille-t-il aujourd’hui l’œuvre d’Elfriede Jelinek ? La position et l’autorité d’Elfriede Jelinek en France se mesure à l’aune de sa réception par un ensemble d’instances de légitimation. Nous avons constaté une réception très inégale, intense dans certains milieux, mais lacunaire, hésitante3, voire quasiment inexistante selon qu’on l’observe au niveau éditorial, journalistique, théâtral, et universitaire, ou bien encore au niveau du grand public.

Traductions et politiques éditoriales

Depuis 2004, de nombreux ouvrages de présentation de l’œuvre d’Elfriede Jelinek et plusieurs portraits de l’auteure ont été publiés en France, ce qui la distingue dans la réception internationale. Roland Koberg, auteur d’une biographie en allemand4, nous faisait part à juste titre de son étonnement lorsqu’il avait constaté que les biographies préexistantes à son travail étaient toutes deux françaises, de même que le livre d’entretiens avec l’auteure le plus récent à l’époque5.

Ce regain d’intérêt pour l’auteure et la stratégie éditoriale qui l’accompagne fait suite à l’attribution du prix Nobel et s’inscrit dans le prolongement d’une politique de traduction de son œuvre. Ses romans sont presque tous disponibles en français, et c’est d’ailleurs dans notre langue que Jelinek a le plus été traduite quantitativement parlant6. Ses romans ainsi qu’une pièce de théâtre ont été réédités en livre de proche avant même le prix Nobel, et dès 1993 pour La Pianiste, une réédition rapide censée lui assurer une certaine longévité en librairie. Peut-on pour autant aller jusqu’à dire, comme le fait la germaniste Valérie de Daran en 2010, que « [d]epuis plus de deux décennies, les grands Bernhard et Jelinek obstruent le paysage éditorial français » et « éclipse[nt] encore des pans entiers de la création littéraire autrichienne », tout en érigeant « la veine du négativisme (ou “néantisme”) » en canon7 ?

Couverture du roman Lust (éditions Points Seuil, 2003)
Couverture du roman Lust (éditions Points Seuil, 2003)

Il est intéressant de se pencher sur la façon dont les éditeurs français transforment les romans de Jelinek en produits de consommation. On ne saurait passer sous silence les nombreuses couvertures de Points Seuil qui jouent avec l’image scandaleuse et érotique qui colle à la peau de l’« imprécatrice couronnée8 » et qui semblerait être l’argument de vente la concernant. Cette stratégie éditoriale9 correspond à l’image provocatrice et presque pornographique que les médias ont longtemps véhiculée sur le compte de l’artiste autrichienne, en France comme ailleurs. La parade visuelle, qui promet au curieux une lecture érotique, lui évoquant peut-être la littérature à l’eau de rose ou de gare, peut aussi l’égarer ; depuis 2004 cette fausse promesse est contrebalancée par la mention péritextuelle « PRIX NOBEL DE LITTERATURE », placée sous le nom de l’auteur, qui fait office de garant de l’excellence littéraire. En même temps, cette stratégie reproduit le jeu constant d’Elfriede Jelinek avec les attentes de ses lecteurs.

Couverture du roman Avidité (éditions Points Seuil, 2006)
Couverture du roman Avidité (éditions Points Seuil, 2006)

Signalons par ailleurs que Seuil ne se contente pas de publier dans sa collection de poche les textes qui avaient été publiés auparavant chez Jacqueline Chambon, la première éditrice. Il publie ainsi en format broché de nouvelles traductions (comme Gier ou Enfants des morts), une biographie et des entretiens avec l’auteure. Depuis qu’Elfriede Jelinek a quitté L’Arche Éditeur, Verdier et même Seuil (qui d’ordinaire n’édite pas de théâtre) ont édité pour la première fois des textes de théâtre de la dramaturge10.

La traduction française de l’œuvre de Jelinek témoigne pourtant de nombreuses lacunes11. L’absence de traductions de son œuvre de jeunesse, que l’ensemble de la réception internationale tend à passer sous silence, a été récemment compensée par la publication prochaine de l’œuvre poétique intégrale de l’auteure12 – une première mondiale en matière de traduction. Jelinek apparaît en France d’abord comme une romancière. Un grand nombre de pièces de cette dramaturge prolixe n’a encore jamais été publié en français, bien qu’un certain nombre de tapuscrits existent chez L’Arche Éditeur. Certes, l’édition théâtrale représente moins de 0,5 % du marché de l’édition en France. On peut néanmoins s’étonner de l’absence de publication de certaines pièces même après qu’elles ont été mises en scène en France, comme c’est souvent le cas pour les textes contemporains.

Images médiatiques

Avant même que ne paraisse la première traduction française de Jelinek, la presse citait déjà régulièrement son nom dans des articles concernant la politique autrichienne, et notamment dans le contexte de « l’affaire Waldheim » (1986), lorsque le passé du président autrichien dans la Wehrmacht avait été révélé. Depuis cette époque, la presse française nationale quotidienne est très sensible aux prises de position politiques de cette intellectuelle engagée – on sait combien les Français tiennent à la figure de l’écrivain engagé qui avait connu son apogée avec Sartre, Beauvoir et Malraux. En 2004, Christine Lecerf constate : « on a été d’autant plus enclin à valoriser son engagement politique qu’il se faisait de plus en plus rare dans le paysage littéraire français. Mais Elfriede Jelinek est encore trop rarement considérée comme l’auteur d’une œuvre13 ». L’année dernière, Libération publie avec un gros titre sur sa une la traduction du texte de soutien de Jelinek au groupe russe des Pussy Riot, et ce quelques jours seulement après sa parution sur le site personnel de l’auteure et avant même que la traduction anglaise ne paraisse14. Le même journal soulignait dans un autre article le mutisme d’alors du milieu culturel français, face à l’affaire15.

Mais c’est avant tout l’engagement politique critique de Jelinek contre son propre pays qui domine dans la réception journalistique française. À l’instar de Thomas Bernhard, dans l’héritage duquel elle est systématiquement placée, elle incarne la mauvaise conscience de l’Autriche, celle qui déterre le passé nazi de l’Autriche, qui combat la montée de l’extrême-droite dans son pays16. Valérie De Daran reprend l’hypothèse émise par Ute Weinmann à propos de l’image française de l’Autriche comme locus terribilis et de l’intérêt pour l’écrivain Thomas Bernhard17, auquel elle adjoint Elfriede Jelinek. Pour elle, cette réception accrue « reflèt[e] indirectement l’incapacité française à revenir sur les étapes douloureuses de son propre passé (le “vichysme”, la guerre d’Algérie) ou à affronter de nouvelles réalités politiques proprement nationales (montée de l’extrême-droite)18 ».

Comme partout ailleurs, la presse française recasse une image de Jelinek également marquée par sa réputation sulfureuse, nihiliste et parfois perverse, qui ont quelque peu éclipsé l’œuvre et la dimension avant-gardiste de son travail sur la langue19. D’ailleurs, on peut souligner le nombre impressionnant d’interviews de l’auteure, publiées dans la presse française depuis les années 1980. Depuis le prix Nobel, Elisabeth Kargl observe avec un certain optimisme une « réorientation très nette de la réception » qui « s’émancipe des clichés qui ont accompagné sa première réception » pour se concentrer sur le travail sur la langue. Selon elle, ce changement s’est notamment opéré suite à la sortie, en langue française, du roman Enfants des morts en 200720. La traduction de cette œuvre monumentale (de par sa densité formelle et sa complexité linguistique ?), réputée intraduisible, par Olivier Le Lay fut unanimement saluée, et récompensée par le Prix André-Gide. Une nouvelle consécration de l’auteure par le biais de son traducteur, qui tient lieu de « consacrant consacré », pour reprendre une formule de Pascale Casanova21 : le transfert de capital littéraire est alors double.

WinterreiseSi nous ne pouvons analyser ici plus avant la réception journalistique des dernières traductions et mises en scène françaises de Jelinek, attardons-nous un instant sur celle de Winterreise, récemment traduit par Sophie Andrée Herr22. L’accueil en France a été globalement mitigé, très favorable dans certains médias23, très mauvais dans certains organes de presse plutôt de droite24. Dans beaucoup de critiques, même parmi les plus sérieuses, on retrouve une insistance particulière sur l’auteure, sur des biographèmes25 auctoriaux (l’artiste qui « obtint, sans même daigner se déplacer, le prix Nobel de littérature en 200426 »), la reprise inexorable de l’image d’une artiste scandaleuse, mais aussi et surtout celle d’une « professeure de désespoir27 », « sœur en haine du confrère Thomas Bernhard28 ». Prenant le contrepied de cette vision réductrice, Lire publie un entretien avec l’auteure, repris dans L’Express, qu’il intitule « Je le revendique : oui, je suis un auteur comique29 ». Si Le Temps, Le Magazine Littéraire et La Quinzaine Littéraire proposent une véritable analyse du texte30, à l’inverse, les attaques personnelles, les condamnations virulentes et sexistes de Paris Match rappellent par bien des aspects celles du Kronen-Zeitung, journal autrichien particulièrement hostile à Jelinek. Outre l’idée d’un acharnement politique contre l’Autriche (« Pauvre Autriche ! […] Jelinek cherche des raisons de haïr son pays avec la soif d’une feuille pour la rosée31 »), la « souilleuse de nid32 » est assimilée à une déséquilibrée, dans la tradition du discours hystérique auquel la littérature des femmes a souvent été assimilée33. Selon le tabloïde, « on tombe presque dans la pathologie […] ce n’est même plus du raisonnement obsessionnel, cela tourne au déraisonnement maladif », dénué de toute ironie. La condamnation psychiatrique culmine lorsque le (la ?) critique anonyme indique qu’« [e]lle agace ses paragraphes comme une anorexique sa salade, déplace les mots sur le papier comme l’autre ses feuilles sur l’assiette et, finalement, ne donne aucun goût au plat que l’autre ne touche pas34 ».

Une réception grand public ?

La PianisteQuand on explique à son entourage que l’on travaille sur l’œuvre d’Elfriede Jelinek, le nom n’évoque généralement pas grand-chose, parfois, il suffit de prononcer le nom à la française pour qu’il provoque un effet de reconnaissance, mais bien souvent, c’est seulement par le biais de l’adaptation cinématographique de son roman La Pianiste que notre interlocuteur se sent en terre connue. Après avoir reçu trois prix au festival de Cannes en 2001, le film franco-autrichien du réalisateur Michael Haneke a en quelque sorte relancé la réception de Jelinek en France, tout en accentuant malheureusement l’image quelque peu stéréotypée d’une auteure scandaleuse et même perverse, dont le film ferait le portrait. La presse française relira alors le roman de Jelinek par le prisme de l’adaptation cinématographique de Haneke.

Si le film a fait connaître au grand public le nom de Jelinek, le prix Nobel avait fait espérer à certains voir la réception de Jelinek s’amplifier en France. Force est de constater qu’aujourd’hui encore, son œuvre reste largement inconnue du grand public et, curieusement, sous-représentée dans les rayons des libraires qui ne sont pas dites « de création » qui, pour leur part, prennent le risque de proposer aussi des auteurs moins connus ou bien dont l’audience n’est pas proportionnelle à la reconnaissance institutionnelle de leur œuvre, comme c’est le cas ici. Cela rejoint par ailleurs l’hypothèse de nombreux chercheurs germanophones selon laquelle Jelinek est lue dans le cercle restreint de lecteurs érudits, et notamment d’universitaires35.

On sait que les prix littéraires sont des accélérateurs de consécration et de vente, un effet largement ressenti en France comme ailleurs dans les semaines qui ont suivi l’obtention du prix Nobel en 200436. Le critère du succès commercial des « bestsellers », si relatif soit-il, n’est pas décisif dans le sens où notre auteure appartient à la « sphère de production restreinte » du champ littéraire que Bourdieu oppose à celle de la grande production et que dans cette sphère, la logique de la reconnaissance symbolique par les pairs prime sur celle du succès commercial et financier37. Il faut préciser cependant qu’Elfriede Jelinek n’a jamais reçu de prix littéraire français, contrairement, par exemple, à Thomas Bernhard (1988) ou à Doris Lessing, qui reçut le prix Médicis étranger en 1976, 31 ans avant d’obtenir le prix Nobel. Cela tiendrait-il à ce que nos prix littéraires, pris depuis les années 1970 dans les intérêts économiques et commerciaux de l’industrie du livre, n’aient « jamais su consacrer – sinon dans un après-coup tenant toujours du rachat – les formes les plus modernes de la création littéraire », perpétuant « une certaine idée de la littérature, plus accessible et démocratique, plus populaire et commerciale parfois38 » ?

Sur les planches françaises

Affiche des Amantes mis en scène par Joël Jouanneau
Affiche des Amantes mis en scène par Joël Jouanneau

Elfriede Jelinek n’est pas plus reconnue par le champ théâtral : la frilosité des théâtres français pour monter des textes de la dramaturge a déjà été soulignée dans de précédents articles39. Toutes les mises en scène françaises n’ont pas été enregistrées par le CnT40, car beaucoup restent informelles et sans visibilité aucune, d’où la difficulté d’ailleurs d’en retrouver trace, ne serait-ce qu’avec quelques années de recul. Ainsi, Nicole Colin-Otto qui en propose un recensement jusqu’en 2000/2001 dénombre six créations françaises, omettant deux mises en scène mineures de 199941. Suite au prix Nobel, on a observé un pic des mises en scène françaises, avec quatre créations en France en 2007-200842 et trois la saison suivante43. Mais ces deux saisons font bel et bien figure d’exception : il n’y a jamais eu plus de deux nouvelles mises en scène par saison en France depuis 2004, auxquelles viennent souvent s’ajouter des reprises (et parfois des spectacles allemands invités). Les quatorze nouvelles créations recensées entre janvier 2005 et mars 201344, à l’exception de la mise en scène de Marcel Bozonnet45, sont souvent le fruit de petites compagnies, de productions plutôt modestes, de metteurs en scène moins connus et souvent jeunes, dont l’indépendance artistique permet de monter des textes contemporains qui seraient moins facilement exploitables dans les gros théâtres. Ce sont surtout les adaptations des romans Les Exclus et Les Amantes par Joël Jouanneau qui ont rencontré un certain succès auprès du public français46 bien que, selon certains, « elles ne reflètent nullement l’écriture dramaturgique de Jelinek47 ».

Il est tout aussi étonnant de constater que l’œuvre de Jelinek n’est jamais entrée dans le répertoire de la Comédie Française, et que sa présence au festival d’Avignon s’est limitée à l’invitation de spectacles germanophones. La première fois en 1983, alors que Jelinek n’était encore pas traduite en français48, puis il fallut attendre 29 ans pour que son œuvre fasse son retour au festival, lors de la dernière édition49, avec d’ailleurs un certain succès. Alors même qu’elle apparaît comme la dramaturge la plus importante du théâtre germanophone depuis la mort de Thomas Bernhard et celle de Heiner Müller, son confrère Peter Handke est bien plus représenté en France et Thomas Bernhard reste, malgré la réception tardive de son théâtre, l’auteur de langue allemande le plus joué en France après Brecht50.

Jusqu’à présent, la recherche a expliqué la marginalité de Jelinek sur les planches françaises en se référant à l’écriture complexe de Jelinek, dont les textes ne sont certes pas faciles d’accès, même pour les professionnels du théâtre et les habitués du théâtre contemporain51. Pour Elisabeth Kargl, cela s’explique aussi par des premières traductions de théâtre « falsifiantes52 ». Comme le souligne Nicole Colin-Otto, ce n’est certainement pas la dimension politique qui fait peur aux metteurs en scène, ni même les problèmes de transfert linguistique ou d’ancrages culturels spécifiques à l’Autriche. Selon elle, il s’agirait bien plus du caractère radical de son esthétique qui semble effrayer les metteurs en scène et directeurs de théâtre53 – absence de fable, de personnages, énormes blocs de texte qui exposent et déconstruisent des discours hétérogènes sous forme de montage. En Allemagne, où ce type de théâtre a une certaine tradition, les metteurs en scène, qui ont l’habitude d’avoir plus d’originalité et de distance dans leur rapport au texte, sont ainsi plus nombreux à redécouper, récrire ses blocs de textes monumentaux, et à se confronter aux défis que la dramaturge autrichienne leur lance :

L’idée que puisse exister une sorte de coauteur quasiment anonyme disposant d’une liberté radicale, comme le demande la dramaturge autrichienne, ne fait pas partie des habitudes chez les metteurs en scène français. Contrairement au « théâtre de metteur en scène » en Allemagne, le théâtre français reste un « théâtre d’auteur » où les metteurs en scène, à de rares exceptions près, suivent et respectent traditionnellement le texte. […] [C]omment un auteur qui travaille sérieusement la forme artistique de ses textes pourrait-il accepter que les metteurs en scène maltraitent ses textes ?54

Pourtant, il convient de nuancer le constat plutôt décevant de la réception de Jelinek dans les théâtres de France, puisqu’on constate par ailleurs la même marginalité de Jelinek en Autriche, où l’auteure avait même interdit la représentation de ses pièces. Seule la réception allemande de son œuvre est très intense et les mises en scène y sont régulièrement récompensées ou invitées au prestigieux festival de théâtre de Müllheim. Les données du centre de recherche sur Elfriede Jelinek à Vienne (Elfriede Jelinek-Forschungszentrum) permettent aussi de constater qu’au niveau international, la France reste de très loin le pays non germanophone dans lequel il y a eu le plus de mises en scène de textes de Jelinek55.

Suite à la présentation du texte Jackie par l’actrice et la metteure en scène Bérangère Bonvoisin au festival « La Mousson d’été » à Pont-à-Mousson en 200456, on a observé en France (comme ailleurs), un certain « engouement » des metteurs en scène pour cette pièce, qui dresse un portrait critique de Jackie Kennedy, avec sept créations57, suivie des Drames de princesses dont le texte est issu. Ces pièces ont sans doute l’avantage d’être plus courtes et plus accessibles au grand public : la traduction a été pensée pour la scène et privilégie une certaine « parlabilité » dans une langue épurée58.

En 2006, Elisabeth Kargl exprimait l’espoir qu’un grand metteur en scène français se confronte à l’œuvre dramatique de Jelinek, et déclenche ainsi sa consécration théâtrale comme ce fut le cas en Allemagne après que Claus Peymann et Einar Schleef se sont confrontés à un texte de Jelinek – mais quid de la mise en scène de Joël Jouanneau59, de celle de Marcel Bozonnet ? À l’époque, elle plaçait tous ses espoirs en Claude Régy qui, selon ses sources, s’intéressait alors à In den Alpen et Das Werk : il pourrait, écrivait-elle, « être la clé de la réception théâtrale de l’œuvre jelinekienne et lui conférer enfin une présence sur les scènes françaises digne d’un auteur nobelisé60 ». Une chance avortée, ce projet n’ayant jamais vu le jour.

Réception scolaire, universitaire et académique

Si les éditeurs de manuels scolaires n’ont pas encore osé intégrer des extraits des textes de Jelinek dans les manuels d’allemand au lycée, on constate cependant qu’au moins depuis 2009, La Pianiste figure parmi les quelques dix œuvres que le bulletin officiel du ministère de l’Education Nationale recense et parmi lesquels les enseignants d’allemand peuvent puiser pour construire leurs séquences d’apprentissage61. Or, à notre connaissance, seul le manuel Welten pour les premières et terminales intègre un extrait et un portrait de Jelinek62. La réception de l’œuvre de Jelinek par les éditeurs français pose certainement des problèmes à la fois de par la complexité de son écriture et des jeux sur la langue du texte original, mais aussi de par la sensibilité des thèmes abordés. Néanmoins, on peut noter que plusieurs grandes écoles conseillent à leurs étudiants la lecture de La Pianiste, entrée dans le corpus des livres canoniques à connaître63.

Contrairement à la réception scolaire, la réception universitaire est très intense depuis quelques années, notamment parmi les germanistes. L’université ne se situe pas « [à] l’extrême fin de la chaîne de la réception », même si nous choisissons de l’aborder ici en dernier. Elle ne vient pas seulement « parachever la reconnaissance d’un auteur à laquelle ont contribué » critiques, maisons d’éditions et prix littéraires64, comme l’affirme Valérie de Daran, mais se situe dans le cas d’Elfriede Jelinek en amont du processus de réception qu’elle accompagne. En effet, Yasmin Hoffmann fait partie des tout premiers chercheurs en France à s’intéresser à l’œuvre de Jelinek dès les années 1980 et à en proposer avec une autre universitaire, Maryvonne Litaize, les premières traductions, qui vont permettre la circulation des textes dans le champ littéraire francophone. La plupart des traducteurs d’Elfriede Jelinek sont d’ailleurs issus de la sphère académique, ce qui du reste n’est pas propre à la France65. En 1993, Yasmin Hoffmann soutient la première thèse française sur Jelinek66. À l’heure actuelle, cinq thèses sont en cours dont trois en Etudes Germaniques, une en Etudes Théâtrales et une en Littérature Comparée. Les germanistes, qui ont mis deux de ses œuvres au programme des concours d’enseignement en 2007, et avaient déjà proposé un extrait de roman pour une épreuve de traduction, lui consacrent de plus en plus d’articles et de séminaires. En mars 2014, sept ans après la dernière journée d’étude en France consacrée à Elfriede Jelinek67, se tiendra à Saint-Etienne et Lyon un colloque international et transdisciplinaire qui a pour ambition de réfléchir précisément aux notions d’autorité, d’auctorialité et de réception autour de l’œuvre de Jelinek. C’est encore et enfin du milieu universitaire qu’a été récemment lancée l’initiative d’un carnet de recherche hypotheses.org dédié à la réception française de Jelinek et à la mise en réseau des différents acteurs de cette réception68.

Lien vers l’article intégral : Delphine Klein, Aline Vennemann, « L’auteur(e) au second degré ? Réception croisée entre Elfriede Jelinek et la France », in Cahiers du CELEC, n° 5, mis en ligne en octobre 2013, URL : http://cahiersducelec.univ-st-etienne.fr

Pour citer cet article : Delphine Klein, « La réception d’Elfriede Jelinek en France », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 4 juillet 2014. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/952 (consulté le…)

  1. La plupart des premières traductions datent des années 1990, seule la Suède « devance » la réception internationale avec la publication dès 1986 de Pianolärarinnan (La Pianiste). Peter Clar souligne cependant, dans son analyse comparative et systématique des traductions européennes de Jelinek, que le français est la première langue avec l’italien dans laquelle est traduite une œuvre de Jelinek, dès 1983 : il s’agit néanmoins d’un manuscrit pour la scène non publié, une traduction faite pour le sous-titrage d’un spectacle en langue allemande, Clara S., qui fut également la première pièce de Jelinek jouée en France (mise en scène : Ulrike Ottinger le 10.07.1983 au Festival d’Avignon, traduction : Hugo Lima). Voir Clar Peter, « Die Übersetzungen von Elfriede Jelineks Theatertexten », in Clar P., SchenkermayrC. (dir.), Theatrale Grenzgänge: Jelineks Theatertexte in Europa, Vienne, Praesens Verlag, coll. « Diskurse, Kontexte, Impulse », 2008, p. 13-60, ici p. 31. []
  2. Casanova Pascale, La république mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999. []
  3. Elisabeth Kargl utilisait cet adjectif en 2004 pour qualifier la réception française de Jelinek dans son ensemble. Kargl Elisabeth, « Traduire le théâtre d’Elfriede Jelinek : Quelques enjeux de traduction et leurs réalisations », Austriaca, n° 59, décembre 2004, p. 39-61. []
  4. Mayer Verena, Koberg Roland, Elfriede Jelinek. Un Portrait, traduit par Laurent Cassagnau, Paris, Seuil, coll. « Le don des langues », 2009. Original paru en 2006 chez Rowohlt. []
  5. Hoffmann Yasmin, Elfriede Jelinek. Une biographie, Paris, Editions Jacqueline Chambon, 200 ; Jourdan Magali, Sobottke Mathilde, Qui a peur d’Elfriede Jelinek ?, Paris, Danger Public, coll. « Vies Rebelles », 2006 ; Jelinek Elfriede, Lecerf Christine, L’Entretien, Paris, Seuil, coll. « France Culture », 2007. Nous remercions ici R. Koberg pour l’entretien qu’il nous accordé le 12.06.2012 à Berlin. []
  6. Voir l’analyse comparative et systématique de Clar P., op. cit., p. 19. []
  7. De Daran Valérie, « Traduit de l’allemand (Autriche) ». Étude d’un transfert littéraire, Bern, Peter Lang, coll. « Travaux Interdisciplinaires et Plurilingues », vol. 14, 2010, p. 343. []
  8. « Imprécatrice couronnée », Télérama n° 2857. []
  9. Qui n’est pas propre à l’éditeur français (voir Clar P., op. cit., p. 43-45). []
  10. Jelinek Elfriede, Winterreise, traduit par Sophie Herr, Paris, Seuil, 2012 (il faut dire que la pièce se présente comme un roman ou un essai, ce qui a pu contribuer à l’intérêt de la maison Seuil) ; Jelinek Elfriede, Restoroute. Animaux. traduit par Patrick Démerin et Dieter Hornig, Paris, Verdier, coll. « Der Doppelgänger », 2009. []
  11. Et c’était déjà le cas en 1996 lorsque Nathalie Reinberger faisait la première analyse de la réception française d’E. Jelinek. Si elle écrit qu’une grande partie de son œuvre a été traduite et mise en scène, alors que seules 6 traductions avaient été publiées et 4 pièces montées par des metteurs en scène français, c’est sans doute par péché d’optimisme dans le contexte de la réception internationale d’une artiste qui n’a pas encore été consacrée (Reinberger Nathalie, « Die Rezeption Elfriede Jelineks in Frankreich », in Bartens D., Pechmann P. (dir.), Elfriede Jelinek: Die internationale Rezeption, Grasse/Vienne, Literaturverlag Droschl,  coll. « Dossier extra », 1997, p. 100-119, ici p. 104). []
  12. Jelinek Elfriede, Gesammelte Gedichte / Poésies complètes, traduit par Magali Jourdan et Mathilde Sobottke, Vienne, Westphalie Verlag, 2014. []
  13. Lecerf Christine, « Elfriede Jelinek et la France. Les réactions françaises au prix Nobel 2004 », sur le site d’Arte, daté du 06.12.2004 (en ligne). URL : https://www.arte.tv/fr/elfriede-jelinek-et-la-france/706682,CmC=706688.html, consulté le 21 décembre 2012. []
  14. Jelinek Elfriede, « Pussy Riot : Chanter, danser, crier », traduit par P. Démérin et D. Hornig, Libération, 04.09.2012. []
  15. Loret Eric, « Les artistes français aphones », Libération, 17.08.2012. []
  16. Kargl Elisabeth, « “La scandaleuse Autrichienne”. La réception française d’Elfriede Jelinek », in Lacheny M. et Laplénie J.-F. (dir.), « Au nom de Goethe ! » Hommage à Gerald Stieg, Paris, L’Harmattan, coll. « Les Mondes germaniques », 2009, p. 101-109, ici p. 102-103. []
  17. Weinmann Ute, Thomas Bernhard, l’Autriche et la France : histoire d’une réception littéraire, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 245. []
  18. De Daran V., « Traduit de l’allemand (Autriche) »…, op. cit., p. 117. Par ailleurs, l’auteure distille dans cet ouvrage son inimitié pour l’œuvre d’Elfriede Jelinek et témoigne d’une incompréhension totale de l’esthétique d’Elfriede Jelinek, dont l’intention, par exemple, n’est pas d’écrire du théâtre documentaire (cf. p. 119). []
  19. C’est ce que constate Elisabeth Kargl, qui a consacré la 3e partie de sa thèse soutenue en 2006 à la réception dans la presse française des traductions et mises en scène françaises de Jelinek entre 1986 et 2006 (Kargl Elisabeth, Traduire le théâtre d’Elfriede Jelinek : enjeux et concrétisations, Paris 3 / Universität Wien, 2006, thèse). []
  20. Kargl E., « “La scandaleuse Autrichienne”…, op. cit., p. 102-103. []
  21. Casanova P., « Consécration et accumulation de capital littéraire. La traduction comme échange inégal », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 144, septembre 2002, p. 7-20, ici p. 18. []
  22. Jelinek E., Winterreise, op. cit.. Pour cette pièce, Elfriede Jelinek a reçu en 2011 le prestigieux prix du dramaturge contemporain (Mülheimer Dramatikerpreis). []
  23. Voir notamment la recension de Laure Adler sur France Culture, le 24.04.2012, celle de Baptiste Liger sur France Inter, dans Micro-Fictions du  13.07.2012, ou encore celle de Lecerf Christine, « Un théâtre de glace », Le Monde des Livres, 13.04.2012, p. 5 et Tiesset Jean-Luc, « De Schubert à Jelinek », La Quinzaine Littéraire, n° 1063, 16.06.2012, p. 7-8 []
  24. Voir notamment : Clavel André, « Elfriede Jelinek, kaputt », L’Express, 10.05.2012 et « Elfriede, génie sec », Paris Match, 28.05.2012. []
  25. Concept forgé par Barthes Roland, Sade, Fourier, Loyola [1971], Œuvres Complètes, t. 3, Paris, Seuil, 2002, p. 706. []
  26. Pascaud Fabienne, Télérama, n° 3248, 11.04.2012. Plus virulente, la critique de L’Express qui rappelle et relance la polémique qui suivit l’annonce de l’attribution du prix Nobel (Clavel A., op. cit.). []
  27. Allusion au titre d’un essai de Nancy Huston que l’écrivaine consacre à des écrivains dits nihilistes dont elle fustige un culte suspect pour le désespoir. « S’il y a un palmarès des professeurs de désespoir, parmi ceux que je connais Elfriede Jelinek caracole en tête ; personne ne la dépasse » ((Houston Nancy, Professeurs de désespoir [2004], Paris, Actes Sud, coll. « Babel », 2005, p. 251). []
  28. Pascaud F., op. cit. []
  29. Liger Baptiste, « Elfriede Jelinek : “Je le revendique : oui, je suis un auteur comique” », Lire, n° 405, mai 2012.À propos du comique dans son œuvre, voir notamment l’article Banoun Bernard, « Komik und Komödie in einigen Stücken Elfriede Jelineks », in Schmidt-Dengler W., Sonnleitner J., Zeyringer K. (dir.), Komik in der österreichischen Literatur. Berlin, Erich Schmidt Verlag 1996, p. 285-299. []
  30. Rüf Isabelle, « Elfriede Jelinek entreprend un voyage au bout de l’hiver, la traversée d’une glaciation affective et politique », Le Temps, 05.05.2012 ; Rolland Philippe, « Jelinek en mode mineur », Le Magazine Littéraire, n° 518, avril 2012, p. 44 ; Tiesset J.-L., op. cit. []
  31. « Elfriede, génie sec », Paris Match, 28.05.2012. []
  32. Voir la documentation de Janke Pia (Dir.), Die Nestbeschmutzerin. Jelinek & Österreich, Salzbourg, Jung und Jung, 2002. []
  33. Dans Le Mur, Rosamunde ou encore Ulrike Maria Stuart, Elfriede Jelinek reproduit pour mieux le dénoncer ce type de discours sur l’hystérie de l’écriture féminine et convoque les voix spectrales de sujets féminins écrivains (Ingeborg Bachmann, Sylvia Plath ou encore Marlen Haushofer dans Le Mur). []
  34. « Elfriede, génie sec », op .cit. []
  35. « Die intensivere Beschäftigung mit den schwierig zu lesenden Texten der österreichischen Autorin bleibt einem spezialisierten Publikum vorbehalten, welches vor allem im Bereich der Universitäten, also der Theater- beziehungsweise Literaturwissenschaft, als auch im Umfeld von Kultureinrichtungen, in erster Linie Theatern, zu finden ist » (Clar P., op. cit., p. 37). Voir aussi Meyer Anja, Elfriede Jelinek in der Geschlechterpresse. Die Klavierspielerin und Lust im printmedialen Diskurs, Hildesheim, Olms-Weidmann, coll. « Germanistische Texte und Studien », vol. 44, 1994, p. 6. []
  36. Seuil, cependant, comme la plupart des maisons d’édition françaises, refuse de communiquer sur les chiffres de vente. []
  37. Bourdieu Pierre, « Le marché des biens symboliques », Année sociologique, n° 22, 1971, p. 49-126, ici p. 54-55. []
  38. Ducas Sylvie, « Prix littéraires en France : consécration ou désacralisation de l’auteur ? », COnTEXTES, 7/2010 (en ligne depuis le 04 juin 2010). URL : http://contextes.revues.org/4656, consulté le 01 décembre 2012, p. 6. []
  39. Voir notamment : Colin-Otto Nicole, « Österreich, Österreicher, am Österreichsten ? La réception d’un “auteur provincial” : le théâtre d’Elfriede Jelinek en France », Austriaca, n° 59, 2004, p. 29-38 et Kargl E., « Traduire le théâtre…, op.cit., p. 39-61 []
  40. Le Centre national du Théâtre (CnT) est un centre de ressource et de conseil sur le théâtre en France. []
  41. Colin Nicole, Deutsche Dramatik im französischen Theater nach 1945. Künstlerisches Selbstverständnis im Kulturtransfer, Bielefeld, transcript Verlag, coll. « Theater », vol. 27, 2011, p. 727. Jean-Louis Amar mit en scène Nora avec sa petite compagnie en mars 1999 à l’Espace culturel des Finances de Bercy et Anne Courel adapta Méfions-nous de la nature sauvage au Théâtre de Bourg-en-Bresse La Vinaigrerie (première le 11.10.1999). []
  42. Je voudrais être légère, mise en scène : Alain Fourneau, première le 29.11.2007 au Théâtre des Argonautes de Marseille ; dans le cadre du « Grand Chantier » : Bambiland, mise en scène : Ivica Buljan, première le 06.2008 à la Comédie de St Etienne et Les Adieux, Drames de princesses le 06.06.2008 à la Comédie de St Etienne ; et enfin Drames de princesses. La Jeune Fille et la Mort I : Blanche-Neige, mise en scène : Olivia Sabran, première le 23.07.2008 au Festival „Nous n’irons pas à Avignon“ de Vitry-sur-Seine []
  43. La Belle au Bois Dormant, mise en scène : Elina Löwensohn, première le 30.09.2008 à Montévidéo, Marseille ; Maladie ou femmes modernes, mise en scène : Marie Florine Thieffry, le 07.12.2008 au Bar des Capucins, Lyon ; Jackie, mise en scène : Pauline Laidet, première le 16.05.2009 au Théâtre Le Verso, Saint-Etienne. []
  44. Sur la même période, le CnT en recense seulement 5 pour la France ; les Archives du Spectacle, qui semblent prendre en compte l’ensemble de l’espace francophone, en recensent 11 sur les 19 trouvés. Nous n’incluons pas les spectacles étrangers invités ainsi que les lectures et installations performances. Nous avons croisé les informations fournies par le centre de recherche sur Elfriede Jelinek de l’université de Vienne, les archives des sites théâtre-contemporain.net et lesarchivesduspectacle.net, ainsi que nos propres recherches pour parvenir à ces chiffres, qui n’ont pas la prétention d’exhaustivité. []
  45. Jackie, mis en scène par Marcel Bozonnet, première le 14.9.2006 à la Maison de la Culture d’Amiens. []
  46. Les Exclus, mise en scène : Stéphanie Loïk, première le 01.04.1994 au Théâtre Populaire de Lorraine, de Thionville. Les Amantes, mise en scène : Joël Jouanneau, première le 14.03.2001 au Théâtre Le Poche de Genève (le spectacle fut représenté  en France avec succès jusqu’en 2005. []
  47. Hornig Dieter, « Le théâtre d’Elfriede Jelinek. Les contours d’une esthétique », op. cit., p. 370. []
  48. Clara S., mis en scène par Ulrike Ottinger, fut représenté en allemand avec sous-titrage dans la Cour de la Faculté des Sciences en 1983. []
  49. Die Kontrakte des Kaufmanns (Les Contrats du commerçant), mis en scène par Nicolas Stemann, fut représenté en allemand avec sous-titrage dans la Cour du lycée St Joseph, première le 21 juillet 2012. []
  50. C’est ce qu’il ressort des statistiques effectuées par Nicole Colin pour les décennies 1980/90 et 1990/2000, disponibles sur le CD-Rom fourni dans : Colin N., Deutsche Dramatik…, op. cit. []
  51. Colin-Otto N., « Österreich…, op. cit., p. 33. []
  52. Kargl E., « Traduire le théâtre…, op. cit, p. 39-61 []
  53. Colin-Otto N., « Österreich…, op. cit., p. 33-38. []
  54. Ibid., p. 38. []
  55. Dans les données sont comptabilisées les lectures scéniques et les spectacles étrangers invités, qui à eux seuls sont plus nombreux que les mises en scène. Mais même en ne prenant en compte que les mises en scène, la France est très largement en avance sur les autres pays. Voir le tableau comparatif de Schenkermayr Christian, « Die Inszenierungen und Aufführungen von Elfriede Jelineks Theatertexten », in Clar P., Schenkermayr C. (dir.), op. cit., p. 61-166, ici p. 61-62. []
  56. Voir Bonvoisin Bérangère, « Ce qui est terriblement humain, c’est bien ce chaos… », in Banoun B., Hoffmann Y., Zeyringer K., Dossier Elfriede Jelinek, europe, n° 933-934, janvier-février 2007, p. 402-405. []
  57. Première création en France mise en scène par Marcel Bozonnet, 14.09.2006, Maison de la Culture d’Amiens. Autres mises en scène : Pauline Laidet (16.05.2009 au Théâtre du Verso de St Etienne), Anne Théron (13.01.2010, TAP, Poitiers). La pièce fut également représentée avec d’autres Drames de princesses dans une mise en scène de Matthieu Roy (TNS, 14.12.2006), dans une scène en scène d’Ivica Buljan (06.06.2008 à la Comédie de St Etienne), et dans une scène en scène de Valérie Hernandez et Michel Ducros (14.02.2012 au Théâtre Antoine Vitez d’Aix-en-Provence). Au moment où nous écrivons ces lignes, les élèves de l’ERAC de Cannes préparent un spectacle à partir d’un montage des Drames de princesses et de textes d’Hélène Cixous (Drames de bitch, première le 15 mars 2013 au festival Made in Friche n°3 à Marseille). []
  58. Ce qui lui vaut par ailleurs la critique d’Elisabeth Kargl : « Übersetzungegeschichte als Rezeptionsgeschichte. Zu Elfriede Jelineks Prinzessinnendramen und Bambiland in Frankreich », in : Clar P., Schenkermayr C., op. cit., p. 275-303 []
  59. Son adaptation du roman Les Amantes a connu un énorme retentissement avec une tournée de quatre ans dans toute la France. []
  60. Kargl E., Traduire le théâtre…, op. cit., p. 563. []
  61. Voir le BO officiel spécial n°2 du 19 février 2009, Ministère de l’Éducation Nationale, p. 16. []
  62. Voir l’analyse du canon littéraire implicite de onze manuels scolaires d’allemand effectuée par Ingeborg Rabenstein-Michel, « Zum Interesse eines literarischen Kernkanons im französischen DAF-Unterricht », in Hamann C., Hofmann M. (dir.), Kanon heute. Literaturwissenschaftliche und fachdidaktische Perspektiven, Baltmannsweiler, Schneider Verlag, 2009, p. 173-184. []
  63. Voir les conseils de lectures en Hypokhâgne A/L pour la rentrée 2011 sur le site du lycée du Parc à Lyon (URL : http://lyceeduparc.fr/cms/ldp.php?name=article_parc_cms&paysage=oui&id_article=138&precedent=ulmlyon, consulté le 22 décembre 2012) ; ou encore sur le site du lycée Flaubert de Rouen (URL : http://www.lycee-flaubert-rouen.fr/admin/spaw/uploads/files/ECE/travailECE12012_2013.pdf, consulté le 22 décembre 2012). []
  64. De Daran V., « Traduit de l’allemand (Autriche) »…, op. cit., p. 97 []
  65. Voir l’article de Clar P., « Theatrale Grenzgänge », op. cit., p. 37-42. []
  66. Hoffmann Yasmin, Untersuchungen zur Sprach- und Kulturkritik im Erzählwerk Elfriede Jelineks: „Abgründe dort sehen zu Lehren, wo Gemeinplätze sind“, thèse en allemand soutenue à l’université de Provence, sous la direction de Ingrid Haag, 1993. []
  67. Journée d’études Elfriede Jelinek, 26 janvier 2007, Université de Caen. []
  68. URL : http://jelinek.hypotheses.org/, page consultée le 06 mars 2013. Ouverture du site en novembre 2012. []

Delphine Klein

Rédactrice en chef de ce carnet, Delphine Klein enseigne l'histoire et la géographie en allemand dans la section binationale Abibac du lycée Honoré d'Urfé de St Etienne et donne des cours de littérature allemande contemporaine et de traduction à l'Université Jean Monnet de St Etienne.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.