Première parution de l’intégrale des poèmes d’Elfriede Jelinek (All/Fr)

Entretien avec les traductrices et biographes d’Elfriede Jelinek Magali Jourdan et Mathilde Sobottke, à l’occasion de la publication inédite des poésies complètes de l’auteure dans un bel ouvrage bilingue en allemand et en français.

Livres_WestphalieVerlag_

Comment en êtes-vous venues à traduire les poèmes de Jelinek ?

En 2005, au cours de l’écriture de la biographie Qui a peur d’Elfriede Jelinek ?, nous avons découvert quelques uns de ses poèmes. Même si certains étaient très hermétiques au premier abord, l’envie de les traduire est venue assez vite, sans avoir pour autant de projet concret. Nous les trouvions très beaux, rythmés, musicaux, pleins d’images étranges. Nous voulions retourner à l’origine, voir de quel endroit d’écriture elle était partie, à une époque où la musique était encore très présente dans sa vie.

Suite à la publication de la biographie, nous avons été invitées au Salon International du Livre de Tanger, dont la thématique en 2007 était « L’étranger dans la langue ». Lors d’un dialogue avec le public autour de l’œuvre d’Elfriede Jelinek, nous avons évoqué ses débuts littéraires et notamment ses poèmes. Le public a demandé si une traduction était disponible. La curiosité et l’intérêt que portait le public à ces poèmes nous ont donné l’impulsion nécessaire pour commencer nos recherches.

Le défi était d’autant plus intéressant à relever qu’il n’existait aucune traduction de ces poèmes, toutes langues confondues : 4 poèmes en anglais, 1 en polonais, sinon rien. On arrivait donc sur un terrain complètement vierge. La rencontre avec les éditions Westphalie nous a permis de réfléchir également sur ce geste : Que signifie rassembler, dans un même recueil, des poèmes écrits il y a plus de 40 ans ? Que signifie cette (re)publication ? Comment ces textes résonnent-ils aujourd’hui ?

Pourquoi publier chez les éditions Westphalie ?

Nous étions proches de cette petite maison d’édition basée à Vienne et bien qu’ayant publié de la poésie contemporaine, Westphalie n’est pas une maison d’édition littéraire, mais de livres d’artistes. Pour les éditeurs, il semble que ce projet ait été un moyen de recontextualiser leur ligne éditoriale, quant à nous, il nous permettait de travailler tout à fait autrement.

Ce livre n’est donc pas le résultat d’une commande faite par un éditeur à un traducteur, il est issu du désir de traductrices de revendiquer une part d’autorité. Ce que Westphalie nous a offert, c’est une grande liberté, une prise de décisions et un contrôle à tous les niveaux de fabrication du livre en tant qu’objet : mise en page, format, papier, couverture… Un luxe pour un traducteur.

Au vu de l’ampleur du projet, nous souhaitions également avoir le loisir – et, de nouveau, le luxe ! – de prendre le temps. Non pas terminer la traduction en quelques mois, mais avoir la possibilité de laisser reposer la traduction entre deux phases de travail.

Il s’agit d’une publication inédite de l’ensemble des poèmes de Jelinek. Comment avez-vous procédé pour les rassembler ? Est-ce que certains d’entre eux n’avaient jusque-là jamais été publiés ?

En Autriche et en Allemagne, il y a eu des éditions, aujourd’hui épuisées, rassemblant 42 poèmes. Les autres poèmes étaient parsemés dans différentes publications, mais également dans des revues pour lesquelles Elfriede Jelinek a régulièrement écrit (protokolle, manuskripte…) Restait un poème inédit, figurant parmi les poèmes lus par l’auteure en 1969, lors de la 20ème Semaine Autrichienne de la Culture pour la Jeunesse à Innsbruck où elle obtint notamment le premier prix de poésie. Nous avons contacté les archives ‘Brenner’ qui nous ont envoyé le tapuscrit de beginning young love.

Notre livre rassemble donc 56 poèmes. 53 d’entre eux ont été écrits entre 1964 et 1969, c’est-à-dire lorsqu’Elfriede Jelinek n’avait que 18-23 ans. Seuls trois poèmes sont plus tardifs – Die süße Sprache (1980), variationen über ein vorgegebenes thema (1981) et Das Nashorn (1991) – trois commandes pour des occasions particulières.

De quoi parlent les poèmes ? Quelle est leur spécificité ?

La plupart des poèmes parlent de sexualité, réprimée voire niée, des rapports homme/femme, de l’absence du père, de la mort, de la folie… mais ce serait réducteur de lister les thématiques. Les poèmes n’ont pas forcément de sujet prédominant, mais déploient des petites saynètes un peu étranges, des successions d’images générant une œuvre très colorée qui crée des liens forts avec l’art et la peinture (Paul Klee, Odilon Redon), avec ce que Jelinek voit, avec ses impressions de lectures. C’est un vrai travail musical. Comme dans ses textes postérieurs, Jelinek tord la langue dans tous les sens, et privilégie souvent une musicalité, un son, par rapport au sens.

Ces poèmes sont également physiquement très concrets, très charnels, soit par leur thématique soit par leur rapport à la langue. L’image qui conviendrait peut-être est celle d’une étreinte, dans tout ce qu’elle a de doux et de violent à la fois.

« die nachtigall » (1967), lu par Mathilde Sobottke :

« le roussignol » (1967), lu par Magali Jourdan :

Lectures enregistrées lors de la soirée lecture à la médiathèque Tarentaize de Saint-Etienne, le 25.03.2014.

Comment Jelinek a-t-elle réagi à votre intérêt pour son œuvre poétique de jeunesse ?

De manière assez mitigée. Comme beaucoup d’écrivains, elle entretient des rapports assez complexes et ambivalents avec son œuvre de jeunesse. Pour pouvoir mener à bien notre projet, il nous fallait prendre le risque qu’elle le refuse, car c’est elle qui détenait les droits de tous les poèmes, mais elle nous a laissé faire, malgré ce « désamour ».

Quand, à sa sortie, elle a reçu le livre, elle l’a trouvé très beau et a même été surprise.

Jelinek estime que ses poèmes sont des plagiats, ou du moins très inspirés d’autres auteurs. Quel est votre avis là-dessus ?

Elfriede Jelinek a souvent recours aux citations dans ses textes, c’est compliqué de savoir où se situe la frontière entre de simples citations, références, échos, et ce que l’on appelle plagiat. Brouiller les frontières fait aussi partie de son travail. Mais il y a bien sûr des influences, comme dans toute œuvre, d’autant plus de jeunesse… On peut reconnaître des traitements et des images similaires à ceux des poètes expressionnistes, comme August Stramm ou Albert Ehrenstein, des influences du groupe de Vienne, par ex. l’absence de majuscules, de ponctuation ; il s’agit là de procédés que l’on essaie de s’imposer quand on commence à écrire, pour faire d’autant mieux ressortir une écriture personnelle, un style propre. En tout cas, il y a déjà une voix singulière dans ses poèmes : ils relèvent d’une écriture et d’une vision du monde qui est propre à Jelinek. Les thèmes sont déjà là, le timbre, les images, les couleurs, les teintes.

Quelles difficultés se sont posées lors de la traduction ?

Ce sont des poèmes de jeunesse. L’écriture de Jelinek dans ces années-là se cherche encore, elle n’est pas aussi structurée ou mature que celle d’aujourd’hui. Mais la nature des difficultés était sensiblement la même que pour ses autres textes : néologismes, humour, détournement d’expressions, confusion possible entre adverbes et adjectifs etc. Et l’écriture sans majuscules dans une forme poétique renforce les flous entre verbes et substantifs notamment… La plus grosse difficulté était peut-être que tout cela se concentrait dans un espace restreint : la forme poétique est une forme réduite, condensée.

Une autre difficulté était d’ordre (typo)graphique, certains poèmes s’organisant d’une manière particulière sur la page. Quelques poèmes ne se pliaient pas, dans leur traduction, aux contraintes graphiques. Marie Lécrivain, la graphiste avec laquelle nous avons collaboré, nous a demandé s’il était possible de modifier la traduction afin de conserver l’harmonie spatiale et visuelle du poème original dans la typographie choisie. Jelinek dactylographiait ses poèmes, mettant ainsi en œuvre une police d’écriture à chasse fixe, c’est-à-dire une police où chaque caractère occupe une même largeur. Il nous semblait essentiel de maintenir cela dans la transposition en français. Mais conserver cette harmonie spatiale et visuelle signifiait également préserver une harmonie sonore ainsi que l’effet d’écho entre les poèmes (présence récurrente de certaines sonorités ou certains mots). Un vrai challenge, mais toutes ces contraintes ont rendu l’acte de traduire encore plus ludique !

« mourez parmi la voix terrible de l’Amour! (verlaine) », 1967, lu par Mathilde Sobottke :

« mourez parmi la voix terrible de l’Amour! (verlaine) », 1967, version française lue par Magali Jourdan :

Lectures enregistrées lors de la soirée lecture à la médiathèque Tarentaize de Saint-Etienne, le 25.03.2014.

Avez-vous eu des échanges avec Jelinek tout au long de votre traduction, comme Olivier Le Lay quand il a traduit « Enfants des morts » ?

Tout au long de la traduction, non. Des échanges ponctuels au cours de ces 7 années, oui.

Nous avons eu quelques brefs échanges concernant le contenu du livre ou le livre lui-même.

Concernant la traduction, nous avons rassemblé une dizaine de questions que nous lui avons posées à la toute fin. Pour les Drames de Princesses, nous avions déjà volontairement réduit au minimum nos sollicitations.

PoésiesComplètes-couverturePourquoi ce titre ?

La question est certainement : Pourquoi cette couverture ? Car le titre est tout à fait conventionnel : Gesammelte Gedichte / Poésies Complètes. Il y a une différence entre la couverture et le titre. La couverture évince le titre, ainsi que le nom de l’auteure, et met en avant une citation tirée d’un entretien que nous avions eu avec Elfriede Jelinek en 2005 et au cours duquel nous l’avions questionnée sur le regard qu’elle portait sur ses poèmes. Sa réponse : « Ce sont les études de quelqu’un qui fera tout à fait autre chose sur le plan littéraire, car la poésie n’est pas ma forme. J’ai besoin de beaucoup de place pour pouvoir m’étaler. »

Cette phrase d’aujourd’hui sur son œuvre d’hier participait également au souhait d’éviter toute préface ou postface explicative. Le livre se suffit à lui-même et fournit au lecteur toutes les informations nécessaires pour comprendre ce qu’il a dans les mains.

Pourquoi une édition bilingue ?

La publication de ses poèmes, tant chez Schwiftinger Galerie-Verlag que chez Lyrikedition 2000, étant épuisée, nous voulions que le public germanophone ait également accès à cette œuvre poétique.

C’était également l’occasion de repenser les publications bilingues. Choisir quelle langue mettre en belle page revenait pour nous à faire un choix hiérarchique, ce qui ne correspondait pas à notre projet de revendiquer la traduction comme un acte d’écriture, voire de réécriture, à part entière.

Les publications bilingues, où l’original et sa traduction se font face, facilitent la comparaison, mais tendent aussi à rendre le glissement d’une langue à l’autre, d’une page à l’autre, trop rapide. Nous souhaitions au contraire que le lecteur puisse pleinement s’immerger dans chacune des langues, c’est la raison pour laquelle nous avons publié tous les poèmes en version originale suivis de leur traduction. La comparaison entre les deux langues restant possible.

La publication exclusivement en belle page renforce le côté elliptique de la forme poétique, ainsi que l’idée de tapuscrit renvoyant à la forme dactylographique que l’auteure avait choisie à cette époque.

Le choix des polices d’écriture s’inscrit également dans une idée de traduction ou transposition. Le texte original est mis en page avec une police d’écriture à chasse fixe par défaut, Courier New, et les traductions avec NotCourierSans, une réinterprétation récente et open source de Nimbus Mono (une autre police d’écriture égyptienne à chasse fixe, proche de Courier) dont les empattements ont été supprimés.

Avez-vous de nouveaux projets autour de l’œuvre de Jelinek ?

Non, pas pour le moment. Nous sommes actuellement toutes les deux engagées dans d’autres projets. On y reviendra peut-être un jour.

Interview réalisée par Delphine Klein le 08 mai 2014 .

__

PoésiesComplètes-couvertureElfriede Jelinek
Gesammelte Gedichte / Poésies complètes
Édité et traduit par Magali Jourdan & Mathilde Sobottke
Publié par Westphalie Verlag
 
Tirage limité à 400 exemplaires
 
Volume : 256 pages
Format : 21 x 29,7 cm (A4)
Couverture : Munken Pure 11, 150 g/m2
Intérieur : Munken Print Cream 15, 80 g/m2
Reliure : dos carré collé PUR
Impression : Offset
Prix Public : 25 €
ISBN 978-3-9502302-8-4 
 
Frais de port vers l’UE (y compris la Suisse) offerts jusqu’au 30 juin 2014.
Commandes par email à mail@westphalie.com

 Pour citer ce billet : Delphine Klein, « Première parution de l’intégrale des poèmes d’Elfriede Jelinek », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 21 mai 2014. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/843 (consulté le…)


Delphine Klein

Rédactrice en chef de ce carnet, Delphine Klein enseigne l'histoire et la géographie en allemand dans la section binationale Abibac du lycée Honoré d'Urfé de St Etienne et donne des cours de littérature allemande contemporaine et de traduction à l'Université Jean Monnet de St Etienne.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.