HOP, HOP, VITE AU CAFÉ KORB !

Traduction du court texte en prose “Huschhusch ins Korb” d’Elfriede Jelinek sur le Cafe Korb (café viennois) par Danielle Laforge, Maître de Conférences honoraire de l’Université Jean Monnet de St Etienne, pour une lecture publique donnée à l’occasion de la Fête du Livre de Saint-Etienne d’octobre 2013 dans le cadre du “Tour de Babel”, auquel l’Association France-Autriche de Saint-Etienne a participé.

Cafe_Korb

(…) [Le café Korb] est digne de moi comme il est digne de tous ceux qui le fréquentent. La fille de la maison, Susanne [Widl], actrice de cinéma et de cabaret aux multiples talents, a la beauté du diable, et je tiens ici à lui rendre hommage entre deux gorgées de jus de fruit et de chocolat – je préférerais dire de café comme il se devrait en ces lieux, mais hélas c’est une boisson que je ne supporte pas. Je regarde Susi et je l’admire, il est rare de voir une femme comme elle, de surcroît dans un environnement qui nous est familier à toutes les deux depuis l’enfance. Pour Susanne, ce sont ces lieux-mêmes et pour moi, des lieux semblables. Nous reconnaissons partout cet environnement à son aspect qui nous replonge dans notre jeunesse. Tout nous est familier, mais en plus, Susanne est – pour d’autres – exotique, exotique et pourtant familière. Comment cela se peut-il ? C’est parce qu’elle donne l’impression qu’on ne peut lui faire confiance du fait qu’elle est une femme fatale, l’une des dernières selon moi, mais je lui fais tout de même confiance puisque, par bonheur, il se trouve que je la connais. Elle glisse sur le parquet en évitant les écueils que sont les chaussures des consommateurs, un roc sur des patins à glace, me dis-je à part moi, car vraiment, je n’ai encore rien vu de tel. Et à ses côtés dans la salle, on ne serait pas étonné de voir ramper un énorme serpent domestique qui lècherait les restes dans les verres de la clientèle. Ce café, on en a vu beaucoup d’autres comme lui, et pourtant : celui-là demeure identique à lui-même. C’est très bien ainsi, d’autant que par bonheur, ce n’est pas là un effet de la nature, mais le résultat d’un acte volontariste. Ne serait-ce pas terrible si l’on arrivait sur cette petite place et que soudain on aperçoive un autre café ? On se serait alors trompé de place… Figurez-vous qu’en été,  cet établissement renvoie toujours un si joli rayon de soleil à midi sur sa terrasse où il fait bon s’installer un moment. Tranquille, sous les parasols. Dehors bien sûr, on ne voit pas le mobilier puisque celui-ci, à cause du temps, reste toujours à l’intérieur. De toute façon, ces meubles n’aiment pas le temps qu’il fait, quel qu’il soit. Tandis que d’autres sortent, eux restent à l’intérieur. Et soyons sans crainte si à l’inverse  c’est nous qui rentrons, [ils seront comme toujours à leur poste]! Il est évident que cet établissement se doit de rester fidèle et à lui-même et aux autres, il ne peut prendre la poudre d’escampette. À chaque fois, c’est un bonheur pour nous qu’il existe encore. On voit des gens pénétrer dans ce volume agencé de manière géométrique où tables et chaises sont nombreuses à attendre contre les murs d’être sollicitées pour ceci – ou pour cela. Vont-ils vite ressortir, mais non, personne ne refranchit le seuil. Nous non plus. Les meubles eux ne peuvent pas sortir, tout simplement parce que les gens sont assis dessus, les empêchant de nous fausser compagnie. Il y a bien certaines personnes qui ressortent à la hâte, mais ce sont des gens différents. Des gens de l’été. Nous qui resterons à jamais des gens de l’hiver, il nous arrive malgré tout de nous faufiler sous la marquise, pour prendre l’air, mais sans pour autant cesser de nous assurer, par un contact discret,  que le café est bel et bien toujours là. À l’intérieur, vraiment, on ne voit pas souvent de nouvelles têtes, on voit toujours les mêmes, celles que l’on connaît déjà. Ou bien a-t-on simplement cette impression parce que personne, parmi ceux qui sont là, ne se sent étranger ? Une fois que l’on connaît le café Korb, on y revient toujours. On peut y déguster le meilleur « Apfelstrudel » de la ville, pour peu qu’on ait gardé une petite place. Car il ne serait pas étonnant que nous soyons déjà rassasiés par l’excellent repas que nous venons d’y prendre… C’est une chance inouïe que ce magnifique établissement ait vu le jour et nous lui exprimons du fond du cœur toute notre reconnaissance !

Texte original, copyright by Elfriede Jelinek, 1997 [Erstveröffentlichung. Copyright 1997 by Elfriede Jelinek. Mit freundlicher Genehmigung der Autorin], in Wien und seine Kaffeehäuser, Ein literarischer Streifzug durch die berühmtesten Cafés der Donaumetropole, hrsg. von Petra Neumann, Heyne Verlag, München, 1997, 1999.

 

Avec le concours de l’Association France-Autriche de Saint-Etienne

associationFranceAutriche_logo

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.