« In den Alpen » et « Das Werk » au programme des concours de recrutement des professeurs d’allemand en 2007

Il nous semblait judicieux de revenir sur ce qui nous semble constituer une étape importante dans la (courte) histoire de la réception française de Jelinek : la présence de deux de ses pièces au programme des concours de recrutement des enseignants d’allemand en 2007.

Concours-enseignement

A l’époque, les candidats et les professeurs qui les préparent au concours découvrent, dans le Bulletin Officiel du Ministère, le nom d’Elfriede Jelinek aux côtés de celui du plus canonique des auteurs de langue allemande, Goethe : ces auteurs que tout sépare (quoique Jelinek ait récemment écrit FaustIn and out…) figurent tous deux au programme, pour sa partie littérature. On y lit que l’étude de Jelinek « portera sur les pièces Das Werk et In den Alpen, à l’exclusion de Der Tod und das Mädchen III (Rosamunde), qui figure dans le même volume ». Invités à replacer Elfriede Jelinek « dans le contexte littéraire, mais aussi social et politique, de l’Autriche de l’après-guerre, [l]es candidats, toutefois, ne borneront pas leur étude à la charge critique de ces deux pièces : ils s’attacheront à comprendre dans quelle mesure l’écriture de l’auteur remet en cause, jusque dans ses principes constitutifs, le canon dramatique, et permet un renouveau »1. Gérard Thiériot, Professeur de littérature à l’Université Lille III, revient pour nous sur ce choix audacieux dont il est à l’origine2.

Dans quelle mesure l’obtention du prix Nobel a-t-elle pu jouer un rôle dans votre décision de faire travailler les candidats sur l’œuvre d’Elfriede Jelinek ?

Gérard Thiériot : J’ai en effet mis, alors que j’étais président du jury, deux pièces de Jelinek au programme de l’agrégation externe d’allemand. L’attribution du Prix Nobel n’a joué aucun rôle : je connaissais le théâtre de Jelinek depuis Clara S. (1981), mais il est vrai que le Nobel permettait de donner à ce choix un caractère irrécusable, alors même que cette dramaturge faisait l’objet d’une détestation particulière un peu partout (en France seulement ?), en raison de son écriture, il est vrai, très déconcertante à l’approche.

A l’époque où vous avez découvert Elfriede Jelinek, elle n’était pas traduite en France, et quasiment inconnue. Avez-vous découvert la pièce Clara S. par le biais de la mise en scène de Ulrike Ottinger, lorsqu’elle a été présentée au festival d’Avignon en 1983 ?

Non, à l’origine, c’est grâce à la revue Theater heute que j’ai découvert Jelinek, j’ai ensuite lu les pièces, telles qu’elles étaient publiées par cette revue ou bien disponibles en librairie.

Qu’est-ce qui vous a plu (déplu ?) lors de cette première confrontation avec un texte de Jelinek ? Qu’est-ce qui explique que, jusqu’à aujourd’hui, vous ayez consacré une partie de vos recherches à son œuvre ?

Le caractère extrême de l’écriture de Jelinek m’avait d’abord décontenancé, un peu gêné aussi car je n’y voyais pas clair. Cela m’a obligé à essayer de comprendre cette évolution du théâtre en termes de théorie du drame et j’ai découvert une terra incognita, c’est vite devenu enthousiasmant, ça remet beaucoup de choses en cause, y compris soi-même comme lecteur/spectateur. Aujourd’hui encore, il y a des choses que je ne suis pas certain de comprendre correctement, alors je cherche, me pose des questions. On voit rapidement que l’essentiel n’est pas tant de trouver des réponses incontestables mais de se poser tout le temps de nouvelles questions, c’est très excitant, parfois euphorisant, même si les textes dramatiques sont très durs (violents).

Revenons au programme des concours de 2007. Pourquoi votre choix s’est-il porté précisément sur les drames alpins que sont In den Alpen et Das Werk ? Ces textes, très riches, ne sont pas les plus connus de Jelinek. On aurait pu s’attendre, par exemple, à Die Kinder der Toten, que la critique a pris l’habitude de qualifier d’opus magnum de l’auteure ?

Je voulais un ou une dramaturge.  Les deux pièces en question étaient disponibles, en un seul volume, à un prix abordable pour les candidats. Certes, ce ne sont pas les plus connues, mais elles ont un caractère « identitaire » indéniable (« Alpenrepublik Österreich ») et relèvent d’une dramaturgie nouvelle importante.

Quelles ont été les réactions de vos collègues et des étudiants face à ce choix de proposer l’étude de In den Alpen et Das Werk ?

Je crois savoir que, dans un premier temps en tout cas, l’on s’est inquiété des difficultés d’analyse de telles pièces : c’était une crainte inutile car à l’oral (la question n’est pas tombée à l’écrit), les candidats qui ont eu à traiter cette question s’en sont, en moyenne, un peu mieux « tirés » que sur d’autres questions réputées sans doute à tort plus immédiatement accessibles : en fait, Jelinek n’est pas insurmontable, même si elle est déroutante dans un premier temps. Les étudiants auxquels je faisais cours sur cette question s’étaient rassérénés relativement vite… Pour les collègues qui ont eu à traiter la question dans les autres universités, je ne sais pas, je n’ai pas eu d’échos.

Dans quelle mesure le programme du CAPES et de l’agrégation peut-il selon vous jouer un rôle dans le processus de classicisation d’un auteur ?

Pour ce qui est de la « canonisation » de cette auteure grâce à son entrée dans le programme de l’agrégation, je ne suis pas en mesure de l’évaluer : évidemment, il est permis de rêver… La question de la classicisation ne m’a jamais obsédé : le concours sert à recruter des candidats qui ne se laissent pas rebuter par des questions difficiles, c’est une autre logique.

On remarque en tout cas que depuis 2007, il y a une confrontation plus marquée des germanistes avec l’œuvre d’Elfriede Jelinek : plus de thèses, de mémoires, plus de séminaires d’enseignement… Est-ce que vous-même vous abordez cette œuvre dans vos cours de littérature ?

Oui, au niveau master.

Gérard Thiériot dans une interview de Delphine Klein, 28.02.2013.

Pour citer ce billet : Delphine Klein, « ‘In den Alpen’ et ‘Das Werk’ au programme des concours de recrutement des professeurs d’allemand en 2007 », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 19 mars 2013. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/650 (consulté le…)

  1. BO spécial n° 3 du 27 avril 2006, p. 2 []
  2. Le président de Jury du CAPES le suivit dans ce choix, ainsi Elfriede Jelinek figurait non seulement au programme de de l’Agrégation mais aussi à celui du CAPES externe d’allemand []

Delphine Klein

Rédactrice en chef de ce carnet, Delphine Klein enseigne l'histoire et la géographie en allemand dans la section binationale Abibac du lycée Honoré d'Urfé de St Etienne et donne des cours de littérature allemande contemporaine et de traduction à l'Université Jean Monnet de St Etienne.

More Posts - Website

Une réflexion sur « « In den Alpen » et « Das Werk » au programme des concours de recrutement des professeurs d’allemand en 2007 »

  1. Voilà qui rappelle des souvenirs de concours… J’avoue avoir eu beaucoup de mal au début avec cette partie du programme, je ne connaissais pas du tout Jelinek ni le théâtre postdramatique! On est nombreux à avoir pesté contre le programme… C’est au fil de la formation, grâce aux clefs de lecture données par notre professeur, que j’ai commencé à y voir (un peu) plus clair et à apprécier surtout l’engagement de l’auteur dans son œuvre. C’était quand même un pari osé et audacieux de M. Thiériot de mettre Jelinek au programme du concours ; proposer de la littérature qui bouscule et qui dérange, pas classique ni évidente à analyser!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.