Drame de Bitch (ou celles qui se sont fait baiser)

Un travail à partir d’un montage de textes d’après les Drames de Princesses d’Elfriede Jelinek ainsi que Le nom d’Œdipe, Chant du corps interdit, et Rouen la trentième nuit de mai 31 d’Hélène Cixous sera présenté les 15 et 16 mars prochains à Marseille.

RV théâtre

Hayet Chouachi a mené ce projet en collaboration avec Tom Politano dans le cadre des projets conduits par les élèves de troisième année de l’ERAC, École Régionale d’Acteurs de Cannes.

Avec : Myrtille Bordier, Heidi-Eva Clavier, Louise Dupuis, Laurène Fardeau, Lucile Oza, Pauline Tricot

Régie : Emma Quéry

Représentations vendredi 15 mars (20h00) et samedi 16 mars 2013 (17h00 et 20h00) à la Friche – Belle de mai (Salle ERAC) dans le cadre du festival “Made in Friche n°3” à Marseille (41 rue Jobin – 13003 Marseille). Entrée gratuite.

FEMME, subst. fém.           (LAROUSSE)

I.− Être humain du sexe qui conçoit et met au monde les enfants. Voir Menstruation, ovulation, grossesse, maternité, amante, épouse, maîtresse.

Résumé :

7 héroïnes tombées au champ se relèvent pour prendre la parole. Dans l’impasse, ces princesses ne peuvent se défaire ni de leur statut de femmes vis-à-vis des hommes, ni de l’image que le miroir de la société veut bien leur tendre pour les figer en une seule représentation. Quoi qu’elles fassent, quoi qu’elles disent, ça regarde sa tête explosée contre le mur, ça compte les os éparpillés un sourire aux lèvres en attendant que le prince rentre du bureau. Elles parlent amour, gloire et beauté mais rien qui ne fasse rêver.

A propos du projet :

Tout vient naturellement d’un désir de plateau. Désir clairement lié à une observation dérangeante dans notre métier (même en école de formation) : celle que la place faite aux femmes n’est pas la même que celle faite aux hommes (rôles stéréotypés, rapport au sexe prégnant, souvent des rôles de moindre importance …). C’est pourquoi j’ai voulu travailler avec les 7 filles de ma promotion pour nous épanouir ensemble. Il fallait trouver un texte avec des femmes sans pour autant tomber dans le piège du féminisme (qui ne me pose pas de problème, mais qui m’aurait été clairement reproché). Je suis tombée sur Elfriede Jelinek, que je ne connaissais pas, et sa lecture a été le commencement d’une vraie problématisation autour de ma place dans le théâtre et dans la vie.

Seulement, il n’y a pas 7 figures dans les Drames de princesses : nous en avons rajouté deux à partir d’une autre auteure totalement opposée à la conception de Jelinek de l’écriture féminine, mais non moins importante : Hélène Cixous. Je ne crois pas que ça change fondamentalement le sens du texte (si on accepte de le lire dans son ensemble avec une certaine continuité) parce que le mur est toujours bel et bien là pour fermer la parole des femmes. En revanche, c’est la parole libératrice (sic) de Cixous, tirée de La, qui permet à ces figures de prendre forme et vie (et mort).

Du fait qu’il s’agit d’un travail d’acteur, l’ERAC nous a donné 1h15 de spectacle. Ainsi, nous avons dû couper drastiquement à l’intérieur du texte et aller à l’essentiel. C’est pourquoi nous traitons ces personnages féminins comme des figures/images, à travers des tableaux qui révèlent le caractère figé de nos représentations. Nous avons enlevé la parole de l’homme que nous avons intégrée dans la parole d’un chœur (les figures qui ne s’expriment pas encore ou plus) qui se comprend avec le discours de Jelinek, sur l’intégration et la culpabilité du discours masculin dominant, que les figures s’infligent entre elles.

Après avoir lu quelques ouvrages féministes, je dois dire, pour ma part, que la pensée de Jelinek sur la question des femmes est d’une justesse frappante. Entreprendre de poser l’inexistence d’une parole féminine propre (contre Hélène Cixous par exemple), nous avertit du danger qu’il y aurait à se croire déjà libérée parce que consciente d’un problème, ou parce voulant tenter de le résoudre.

Pour citer ce billet : Hayet Chouachi, « Drame de Bitch (ou celles qui se sont fait baiser) », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 10 mars 2013. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/633 (consulté le…)

Hayet Chouachi

24 ans. Comédienne en 3e année de l'ERAC à Marseille.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.