« Jackie » d’Elfriede Jelinek, mise en scène par Pauline Laidet

L’actrice Pauline Laidet signe, avec Jackie, sa première mise en scène. Créé en mai 2009 au Théâtre du Verso de Saint-Etienne, le spectacle a notamment été joué à La Loge à Paris en mars 2011 et sera rejoué le 28 mars 2014 dans la ville où il a été créé, dans le cadre du programme culturel d’accompagnement du colloque « Faire, défaire, contrefaire l’autorité » consacré à Jelinek.

Jackie_Pauline_Laidet3

Comment avez-vous rencontré l’écriture d’Elfriede Jelinek ?

Je cherchais depuis longtemps un texte qui me permettrait un travail sur la corporalité, c’est-à-dire qui laisse la place à un corps éloquent, ayant son autonomie par rapport au texte. Un corps ou un texte qui offre une réelle liberté d’interprétation. J’ai entendu pour la première fois le texte de Jelinek à la Comédie de Saint-Etienne lors d’un travail d’élèves. Le texte Jackie m’a fascinée par toutes les contradictions qu’il donnait à entendre entre un corps tenu, féminin, exemplaire, et une parole débordante, dérivante et excessive creusant des gouffres de souffrances et de non-dits.

Je me suis alors précipitée pour acheter et lire le texte dans son intégralité et ce fut une évidence : Je voulais me confronter à cette écriture et cette théâtralité singulière qui semblaient laisser une grande part à l’interprétation. Sans chercher à « mimer » ou à « reproduire » cette Jackie, ce qui m’intéressait c’était de jouer sur les codes de la représentation de cette icône pour mieux les détourner de façon intimement personnelle. C’est comme cela qu’a commencé mon projet sur Jackie.

Jackie est un « Drame de princesse », qu’est-ce qu’il faut entendre par là selon vous ?

Les Drames de Princesses est un recueil de 5 pièces assez courtes d’Elfriede Jelinek, ayant pour sous-titre « La Jeune Fille et la Mort » et mettant au jeu des princesses réelles ou fictives, issues de notre Histoire ou bien de contes populaires: Jackie Kennedy, La Belle au Bois Dormant, Blanche Neige, Rosamunde et Sylvia Plath. Toutes ces princesses font face au pouvoir tenu par des hommes, et face à cette autorité arbitraire, elles tentent de se révolter. Ce qui est intéressant, c’est qu’elles ne sont pas uniquement victimes face à leurs « bourreaux », elles deviennent peu à peu monstrueuses, et font à leur tour d’autres victimes. Ce sont des « anti-héroïnes ».

En quoi la Jacqueline Kennedy de Jelinek diffère-t-elle de son image publique ? En quoi cela vous a-t-il touchée ?

Jackie_Pauline_Laidet1Ce qui m’a intéressée, c’est de traiter ce texte comme une confidence « extra-ordinaire », un « Jackie by Jackie ». Titiller chez le spectateur à la fois cette fascination « people » face aux icônes contemporaines, avoir accès à une intimité qui n’est pas la nôtre, comme déceler quelque chose d’interdit. Jelinek s’amuse avec ce voyeurisme. Cette Jackie se retrouve prisonnière de cette confession imaginaire et cette image d’elle-même qu’elle a tant contrôlée et maîtrisée, se trouve ici malmenée. C’est une écriture très documentée, Jelinek s’est appuyée sur de nombreuses biographies ainsi que sur des iconographies précises, mais elle se joue de cette réalité pour dévoiler le « dessous de l’iceberg » et faire de ce monologue une magnifique logorrhée de femme blessée. Progressivement, par la parole, Jackie s’éloigne de cette image publique connue, pour devenir une femme en proie à des problématiques universelles : c’est un miroir dans lequel se reflètent nos propres émotions, nos propres angoisses, nos propres colères.

Vous êtes à la fois l’initiatrice et l’unique interprète de ce projet, pouvez-vous nous parler de votre processus de création ?

Jackie_Pauline_Laidet2J’ai travaillé seule dans un premier temps, j’avais envie de chercher le « corps » délitant de cette Jackie, par des improvisations physiques sur La Jeune Fille et la mort de Schubert que je filmais, puis en regardant ces vidéos, je sélectionnais ce qui fonctionnait ou non. Pulchérie Gadmer m’a rejointe dans cette création, en tant que dramaturge et regard extérieur. Elle m’a permis d’entrer dans le détail, dans la chair même de cette écriture, pour en décrypter les énigmes, préciser ce que je voulais en dire, préciser les nuances, les images, pour sculpter avec finesse ma proposition initiale. La dernière étape fut celle avec Richard Gratas, créateur lumière, qui a su créer un réel espace mental et différentes atmosphères pour rendre « concrète » et « habiller » cette scénographie simple et dénudée.

On sait que le champ théâtral en France est très frileux pour mettre en scène du Jelinek. Vous êtes-vous heurtée, en proposant votre spectacle à des théâtres pour votre tournée, à des refus, des réticences, peut-être liés à l’image très hermétique et élitiste de l’écriture de Jelinek ?

Effectivement, j’ai été très étonnée de la réaction frileuse de la plupart des programmateurs. Je pensais à tort que Jelinek bénéficiait d’un réel crédit dans le milieu théâtral qui ne nécessitait pas de justification, étant donné qu’elle est Prix Nobel et qu’elle jouit d’une certaine visibilité auprès du grand public à travers le film de Michael Haneke, La Pianiste. D’autant plus que ce spectacle est très « léger », financièrement et techniquement parlant. Mais très étrangement, le texte fait peur parce que les gens craignent qu’il ne trouve pas son public, qu’il ne soit suffisamment intelligible.

Or, une des plus belles représentations que j’ai faite eut lieu au Théâtre des Marronniers à Lyon pour une soirée organisée pour un comité d’entreprise devant des gens d’une cinquantaine d’années et qui étaient particulièrement attentifs aux échos du texte à l’histoire des Kennedy. Les références du texte à la mode étaient également totalement entendues et comprises ; le lendemain, une des spectatrices m’apportait au théâtre un très beau livre sur les tenues de Jackie Kennedy. Mais bien sûr, ce texte touche beaucoup en tant qu’il raconte  la féminité dans toutes ces formes : exister face à son homme, au sein de sa famille, dans le monde professionnel, etc.

Il me semble que le texte est peut-être difficile à lire, et les programmateurs ont tellement de textes à lire!, peut-être les lisent-ils en diagonale. Les textes de Jelinek méritent selon moi qu’on s’y attarde. Ils ne sont pas immédiatement accessibles, ils prennent corps quand on les joue, ils sont vertigineux d’intelligence, de références, et il faut y être attentif pour qu’ils nous parviennent.

Malgré tout, la pièce Jackie reste la pièce d’Elfriede Jelinek la plus représentée en France ces dernières années : il y a eu tout d’abord la mise en scène de Marcel Bozonnet, puis le travail des élèves de la Comédie de Saint-Etienne avec Ivica Buljan, que vous avez évoqué, et ensuite la création de votre propre spectacle, la mise en scène d’Anne Théron, mais aussi la représentation de Jackie avec les autres Drames de princesses dans les mises en scène de Matthieu Roy et de Valérie Hernandez. Comment expliquez-vous cette visibilité des Drames de princesses, et plus particulièrement de Jackie, sur les planches françaises, alors que le reste de son œuvre en est quasiment absent, à de rares exceptions près ?

Je pense que Jackie est une pièce courte qui a davantage de « portes d’accès » : à la fois par son rapport à l’Histoire et par l’humour qu’elle arrive à insuffler sur la célébrité (tellement omniprésente dans notre société des médias et de la représentation publique). Ce texte brasse des thèmes qui peuvent concerner un large public, et cette logorrhée n’est pas si obscure qu’elle paraît…

Avez-vous pour projet de vous confronter à une autre pièce de Jelinek ?

Je rêverais de pouvoir créer un événement (très long sûrement) en montant l’ensemble des Drames de Princesses, avec peut-être une déambulation du public devant toutes ces « princesses ». Avec le metteur en scène Vladimir Steyaert, nous aimerions beaucoup travailler sur le Sportstück, une pièce fleuve et magnifique… mais ce serait un travail colossal !

Pauline Laidet dans une interview de Delphine Klein, 26.02.2013.

Crédits photographiques : Avec l’aimable autorisation de Pauline Laidet pour la publication dans ce billet des photos de la représentation (photographe : Vladimir Steyaert, tous droits réservés).

Pour citer ce billet : Pauline Laidet, « ‘Jackie’ d’Elfriede Jelinek, mise en scène par Pauline Laidet », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 28 février 2013. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/600 (consulté le…)


Pauline Laidet

Pauline Laidet joue sous la direction d'Anne-Laure Liégeois, avant d'entrer en 2003 à l'école de La Comédie de St-Etienne. A sa sortie, elle travaille avec Eric Massé et Angélique Clairand, et est engagée comme comédienne associée à La Comédie de Saint-Etienne jusqu'en 2008, où elle travaille avec François Rancillac et Jean-Claude Berutti. Elle crée le collectif "Quincaillerie Moderne" et joue dans les créations de Pio Marmaï, Benjamin Villemagne, Charlotte Duran, Riad Gahmi et met en scène Jackie de Jelinek. Elle travaille également avec les metteurs en scène Laurent Brethome, Mathieu Loiseau, Cédric Veschambre, Emilie Leroux, Vladimir Steyaert et avec les chorégraphes Denis Plassard et Mathieu Heyraud. Titulaire du D.E, elle intervient aussi pour différents ateliers.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.