Appel à communication – Colloque “Faire, défaire, contrefaire l’autorité” sur Elfriede Jelinek

Université Jean Monnet, Saint-Etienne
Centre d’Études sur les Littératures Étrangères et Comparées (CELEC)
Université Lumière Lyon 2
Laboratoire Langues et Cultures Européennes (LCE)
En partenariat avec :
Interdisziplinäre Forschungsplattform Elfriede Jelinek – Université de Vienne
Laboratoire ERIMIT de l’Université Rennes 2
Forum Culturel Autrichien – Paris
Comédie de Saint-Etienne
Goethe Institut – Lyon
 
 

APPEL À COMMUNICATION

***

« Faites ce que vous voulez ! »

Faire, défaire, contrefaire l’autorité.

Regards croisés sur Elfriede Jelinek

***

27-29 mars 2014

Lyon, Saint-Etienne

 

 « Ce que l’on dit ne doit pas avoir d’effet, il faut volontairement renoncer – totalement renoncer – à l’efficacité, à tout pouvoir d’influence » (E. Jelinek)

            S’il est communément admis qu’Elfriede Jelinek développe une esthétique de la subversion basée sur l’anti-canonique et la déconstruction de discours autoritaires, l’objectif de ce colloque est d’envisager également l’autorité dans l’œuvre et la figure même de l’auteure et d’en dévoiler les paradoxes. Aussi la citation mise en exergue devra-t-elle être interrogée et ne pas nécessairement faire office d’argument d’autorité.

Etymologiquement, l’auctor, c’est à la fois « celui qui se porte garant de l’œuvre » et « celui qui par son œuvre détient l’autorité » (A. Compagnon). Dans le contexte de la crise de l’autorité et de l’auctorialité, E. Jelinek déconstruit et désacralise la figure de l’auteur en pratiquant la mise en abyme (on pense notamment à la figure de l’auteure : « Elfi » ou « die Autorin ») et l’intertextualité, qui déplacent l’autorité auctoriale tout en la rendant diffuse. Dans quelle mesure l’auteure peut-elle encore servir de garant à l’herméneutique de son œuvre ? Le pacte de lecture établi autorise-t-il un infini de lectures et d’échos possibles ? Faut-il rejoindre Barthes et ré-annoncer la mort de l’auteure, plus de dix ans après le « retour de l’auteur » (Jannidis et. al. 1999) ? Une analyse de son œuvre, et notamment de ses essais et entretiens, permettra de mettre en évidence les déplacements d’un pouvoir auctorial qui s’auto-destitue et se réinstitue, voire s’appuie lui-même ouvertement sur d’autres autorités (les textes canoniques de la déconstruction, Barthes, Deleuze, Derrida…). Mais Jelinek a-t-elle vraiment besoin de leur auctoritas ou s’agit-il encore d’une manœuvre de diversion ludique pour piéger ses lecteurs érudits ?

Il sera judicieux de s’intéresser également à l’autre versant de la création : la problématique posée conduit en effet à s’attacher aux paradoxes de la réception de l’écrivaine viennoise mais aussi de son œuvre. Quelles sont les modalités et les enjeux de cette réception au sein du champ littéraire, au niveau du grand public (de son pays, à l’étranger), des universitaires, des traducteurs, dans le monde éditorial et celui du théâtre ? Quels sont les arguments, les acteurs qui font autorité et en quoi ces questions permettent-elles de mieux appréhender l’autorité de l’auteure et de son œuvre ou encore son rapport à sa propre « classicisation » (A. Viala) ?

Seront privilégiées les propositions qui s’inscrivent dans les axes suivants :

  • le capital symbolique d’Elfriede Jelinek en tant qu’autorité morale dans son pays et à l’étranger ;
  • le rapport de l’auteure à sa consécration et à l’institutionnalisation de son œuvre dans le champ littéraire, ainsi qu’aux germanistes (ou plutôt l’inverse) ;
  • les paradoxes de la constitution récente d’un « mythe Jelinek » (R. Winter) et le jeu de l’irrévérence à l’auteure (dans les mises en scène par exemple) ;
  • enjeux juridiques et esthétiques des stratégies éditoriales et discursives développées par l’artiste (droit de propriété intellectuelle et droits d’auteur) ;
  • images, figures et voix de l’autorité mais aussi de la contestation, représentation du pouvoir et de sa contestation dans son œuvre ;
  • l’influence de l’écriture d’E. Jelinek sur le champ littéraire contemporain, et, à l’inverse, son rapport à l’autorité des auteurs classiques ;
  • déplacements sémantiques et autorité du texte dans la transposition scénique ou la transposition filmique ;
  • enjeux de l’auctorialité dans la traduction des textes d’Elfriede Jelinek / dans les traductions d’Elfriede Jelinek.

            Ce colloque international a pour but de faire se rencontrer les différents acteurs de la réception de l’œuvre d’Elfriede Jelinek. Doctorants et jeunes chercheurs toutes disciplines confondues (germanistique, linguistique, arts du spectacle, littérature comparée, droit…) sont invités à se saisir de l’opportunité de ce colloque sur Elfriede Jelinek, qui est également ouvert aux professionnels de la traduction et de la scène. Précisons que toute l’écriture de l’auteure est ici envisagée : prose, théâtre, poésie, essais, critiques, traductions. Les échanges seront nourris par la confrontation de la recherche universitaire à la pratique de la traduction et à la représentation théâtrale. Les actes du colloque, publiés dans la collection du Elfriede Jelinek-Forschungszentrum au Praesens Verlag, permettront de donner un aperçu précis des questions abordées.

Modalités :

Les propositions de communication comporteront une notice biographique succincte et préciseront l’approche choisie. Elles seront déposées avant le 15 avril 2013 sur le site du colloque : http://jelinek2014.sciencesconf.org/, où des informations complémentaires sur la procédure de soumission, les modalités de prise en charge et le programme sont disponibles. Vous pouvez poser vos questions au sujet du colloque via la plateforme.

Langues : français et allemand

Comité scientifique :

Arlaud, Sylvie (MCF, Université Paris IV-Sorbonne)

Banoun, Bernard (PR, Université Paris IV-Sorbonne)

Fleig, Anne (PR, Freie Universität Berlin, Allemagne)

Hoffmann, Yasmin (PR, Université d’Orléans)

Janke, Pia (PR, Universität Wien, Autriche ; directrice du Centre de Recherche sur Elfriede Jelinek)

Klein, Delphine (A.T.E.R., Université Jean Monnet, St-Etienne, doctorante, Université Lumière Lyon 2)

Maier-Schaeffer, Francine (PR, Université Rennes 2)

Vennemann, Aline (A.T.E.R. Université de Haute-Alsace, doctorante, Université Rennes 2 / Freie Universität Berlin)

Zschachlitz, Ralf (PR, Université Lumière Lyon 2)

 

Organisation : Delphine KLEIN en collaboration avec Aline VENNEMANN.

 

Delphine Klein

Rédactrice en chef de ce carnet, Delphine Klein enseigne l'histoire et la géographie en allemand dans la section binationale Abibac du lycée Honoré d'Urfé de St Etienne et donne des cours de littérature allemande contemporaine et de traduction à l'Université Jean Monnet de St Etienne.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.