Lectures-débat autour de « Er nicht als er » (« Lui pas comme lui ») : Elfriede Jelinek et Robert Walser

Informations pratiques

Cette manifestation aura lieu le vendredi 8 février 2013 au Goethe Institut de Paris.

Elle est soutenue par le Centre culturel suisse, le Forum Culturel Autrichien et le Goethe-Institut, et englobe des lectures et des débats sur les œuvres de Robert Walser et d’Elfriede Jelinek, en français, en allemand et en anglais. Avec la participation de Reto Sorg, directeur du Centre Robert Walser (Berne), Verena Mayer, biographe d’Elfriede Jelinek, Nicole Colin, professeur d’Université, Daniel Medin et Daniel Gunn, coéditeurs de The Cahiers Series. Her Not All Her, la version anglaise de ce texte traduit par Damion Searls, a fait l’objet du n°18 de The Cahiers Series et a gagné en 2011 le prix de traduction littéraire du Austrian Cultural Forum New York.

Lieu :
Goethe-Institut, Bibliothèque
17 avenue d’Iéna
75016 Paris
Entrée libre – Réservation conseillée

Lui pas comme lui d’Elfriede Jelinek

Lui pas comme lui  – titre original : Er nicht als er (zu, mit Robert Walser) – est une pièce de théâtre d’Elfriede Jelinek publiée pour la première fois en 1998 dans la revue autrichienne manuskripte puis chez Suhrkamp la même année. A l’occasion du festival de Salzbourg (Salzburger Festspiele), toujours la même année, Ivan Nagel lui avait demandé d’écrire un texte sur un auteur avec lequel elle ressent une parenté intellectuelle. De ce festival, on a moins retenu la mise en scène de Jossi Wieler, pourtant saluée par la critique, que la polémique qui entoura l’immense portrait d’Elfriede Jelinek qui trônait sur la façade du théâtre, en l’honneur de l’auteure invitée. La photo, qui avait notamment suscité l’indignation de l’évêque de Salzbourg, Andreas Laun, fut arrachée.

Le dramuscule d’Elfriede Jelinek ne met pas en scène l’écrivain Robert Walser (1878-1956), pas plus qu’il n’instaure de situation de dialogue. « Plusieurs » voix s’entrechoquent, émanant, selon l’indication scénique, « peut-être » de « baignoires comme celles qui servaient jadis dans les asiles de fous »1. Parmi elles se noie la voix de Walser, par le truchement de citations de La Promenade.  « Votre œuvre, mon cher Monsieur, est étrange ! Moins vous faites de pas sur le chemin qui mène à vous, plus vite vous êtes à nouveau hors de vous. Me semble-t-il. Oui, le poète est son point de départ mais il se quitte aussitôt. Un trépassé. Qui n’est capable que d’animer d’autres choses, mais lui, plus jamais. »2

Cette courte pièce fut traduite en français l’année même de sa parution par l’écrivain et homme de théâtre Louis-Charles Sirjacq et fut publiée dans le recueil Désir & permis de conduire chez L’Arche. Le texte n’a jamais été mis en scène en France ; seule une lecture a eu lieu en juin 2006 au Théâtre du Rond-Point (par Heinz Schwarzinger).

« Je cache toujours une phrase de Robert Walser dans chacun de mes livres » (E. Jelinek) 

Dans L’Entretien, enregistré en 2004 par Christine Lecerf, et paru aux éditions Seuil, Elfriede Jelinek exprime son affinité littéraire avec Robert Walser, qu’elle considère comme l’un des écrivains majeurs du vingtième siècle, « l’un des auteurs les plus mystérieux qui soit et qui [la] fascine le plus »3 . Elle indique aussi cacher une citation de cet auteur dans chacun de ses textes, « comme autrefois, lorsqu’on bâtissait une cathédrale et qu’on dissimulait un animal dans les fondations »4. Un sujet de thèse tout trouvé pour qui voudrait s’atteler à la recherche minutieuse des pré-textes de Walser dans l’œuvre de Jelinek !

Ci-dessous quelques extraits de L’Entretien qui convoquent le souvenir de l’écrivain suisse :

« Christine Lecerf : Une telle emprise [de l’écriture de Walser] constitue-t-elle quelque chose de menaçant pour votre propre écriture ?

Elfriede Jelinek : Il me suffit de lire quelques passages de Walser pour penser que je devrais cesser d’écrire, qu’il est impossible d’atteindre ce qu’il a atteint, que tout est dit, qu’il a tout dit avec cette apparente simplicité. […]

Christine Lecerf : Ce langage simple et direct est aussi très proche de la sensation ?

Elfriede Jelinek : La sensualité de sa langue est à l’image du reste chez lui. C’est comme s’il lui fallait constamment apprendre les choses en les écrivant, comme un enfant qui grave une chose au tableau. […] Le langage de Walser est un langage du sens premier, ce que Roland Barthes a appelé la ‘dénotation’. Il y a le langage de la dénotation et le métalangage, langage du sens second, de la connotation. Walser est l’anti-métalangage. Il est pure dénotation. Il n’écrit que sur les choses qu’il veut désigner, des choses qu’il manie comme le bûcheron son arbre. Sans vouloir nullement me mesurer à Walser, j’arrive pour ainsi dire par l’autre bout du chemin. Je dénonce le caractère mensonger de tout métalangage. Mes procédés sont ceux de la critique du mythe, telle que l’a exposée Roland Barthes dans ses Mythologies. Je parodie, j’ironise, je ridiculise tout ce qui est de l’ordre du métalangage. Ce que ne fait nullement Walser qui prend tout au sérieux comme un enfant, dans un langage du sens premier. Mais ce qu’il parvient là à décrire au moyen de ce langage d’une apparente simplicité, personne n’a jamais été en mesure de l’égaler. […]

Walser est un écrivain qui parle constamment de lui, parce qu’il ne peut pas faire autrement. Que ce soit dans L’Institut Benjamenta où il apprend à servir, dans Les Enfants Tanner où il décrit sa propre famille, ou dans Le Brigand, Walser dit toujours je mais c’est un je qui n’est pas je. C’est ce qui est étonnant chez lui. Cela peut faire penser à un dispositif schizophrénique, à une scission du moi. Il se scinde en deux et se démultiplie même. C’est ce qui explique le caractère morcelé de son écriture. Walser n’a au fond jamais écrit qu’un seul grand texte fragmenté en une multitude de textes. Son écriture est fondamentalement fragmentaire. Et c’est bien ce qui m’intéresse chez les écrivains. […] »5.

Pour citer ce billet : Delphine Klein, « Lectures-débat autour de « Er nicht als er » (« Lui pas comme lui ») : Elfriede Jelinek et Robert Walser », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 16 janvier 2013. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/521 (consulté le …)

  1. Elfriede Jelinek : « Lui pas comme lui », traduit par Louis-Charles Sirjacq, in : Désir & permis de conduire, L’Arche, Paris 1998, p. 71-90, ici p. 73. []
  2. Ibid., p. 73-74. []
  3. Christine Lecerf : L’Entretien, Seuil, France Culture, Paris 2007, p. 97. []
  4. Ibid., p. 68. []
  5. Ibid., p. 67-70. []

Delphine Klein

Rédactrice en chef de ce carnet, Delphine Klein enseigne l'histoire et la géographie en allemand dans la section binationale Abibac du lycée Honoré d'Urfé de St Etienne et donne des cours de littérature allemande contemporaine et de traduction à l'Université Jean Monnet de St Etienne.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *