Jelinek et Stemann au festival d’Avignon

La découverte du metteur en scène allemand Nicolas Stemann et d’une des dernières pièces d’Elfriede Jelinek a fait grand bruit cette année dans la programmation du 66ème festival d’Avignon (in, s’entend). De même que Jelinek bouscule les conventions théâtrales, Stemann propose une mise en scène audacieuse et insolente des Contrats du commerçant (Die Kontrakte des Kaufmanns), une « comédie économique » écrite avant la crise financière et celle de l’euro et qui semble en être la funeste prémonition. Il n’en est pas à son premier essai : Stemann s’est imposé en spécialiste de Jelinek, notamment avec ses mises en scène de Das Werk, Ulrike Maria Stuart ou encore Über Tiere.

Une chance pour relancer la réception de Jelinek en France ?

La dernière fois qu’on avait pu assister à une mise en scène d’un texte de Jelinek au festival remonte à l’édition 1983, et il s’agissait déjà d’un spectacle allemand invité (Clara S., mise en scène : Ulrike Ottinger). Depuis, seules deux lectures, diffusées sur France Culture, avaient eu lieu sur une scène du festival (Une Pièce de sport : plus vite plus haut plus fort, adaptation: Michel Deutsch, Marianne Dautrey, édition 1998 ; La Reine des Aulnes et Blanche-Neige, lus par Valérie Lang et Dominique Valadié/Eric Elmoshino, édition 2006). Pour la 66ème édition du festival, Nicolas Stemann « n’a pas été programmé de matière confidentielle », comme l’observe Pierre Lepori. Plus de 700 places étaient disponibles dans la Cour du Lycée Saint-Joseph, lieu-clef du festival : « [s]i c’est l’hécatombe, ça fait beaucoup de mécontents »1. Les risques étaient quand même bien mesurés, au vu du vif succès qu’a rencontré le spectacle de l’autre côté du Rhin. Après avoir remporté le prix Kurt-Hackenberg en 2009 et une invitation au Berliner Theatertreffen en 2010, le spectacle est en tournée mondiale. Pari gagné pour les organisateurs qui offrent au public un spectacle insolent, encensé par la critique, et qui colle à l’actualité. De quoi, peut-on espérer, relancer la réception des textes de la prix Nobel de littérature en France, dont la présence sur les planches de nos théâtres reste marginale !

Un work in progress sur la crise financière

Trois ans après le début de la crise des subprimes, trois spectacles invités traitent cette année du sujet. Aux côtés de Nicolas Stemann, invité pour la première fois en Avignon, on trouve son confrère Thomas Ostermeier (Un ennemi du peuple) et Bruno Meyssat (15%). Les Contrats du commerçant ont été créés au Schauspielhaus de Cologne en coproduction avec le Thalia Theater de Hambourg, en 2009. Dans ce texte, Elfriede Jelinek réagit comme à son habitude à l’actualité : elle renvoie à la faillite de deux banques autrichiennes, la Bawag et la Meinl Bank, mais aussi à la tuerie d’un père de famille autrichien qui avait assassiné sa famille à la hache en 2008, après avoir tout perdu. La banque d’investissement Lehmann Brothers n’avait pas encore fait faillite et provoqué par le jeu des dominos la crise financière que l’on connaît. Nicolas Stemann, qui vient s’adresser en français au public au début de la représentation, revient, avec beaucoup d’humour, sur le contexte de rédaction et précise que si tout le monde a pensé que la pièce était le commentaire de ce qui se passe actuellement, en fait ce sont « toutes ces choses [qui] sont le commentaire de cette pièce ». Il explique également qu’Elfriede Jelinek n’a jamais vraiment cessé de réécrire Les Contrats au gré de ce que l’actualité lui inspire. Régulièrement, elle envoie à l’équipe de Stemann de nouvelles pages de texte, parmi lesquelles le metteur en scène pioche chaque soir. On en compte 142 dans la version des Contrats publiée en 2009 chez Rowohlt. Ce soir-là, un compteur de pages bloqué à 99 trône sur l’avant-scène. Les sous-titres de Ruth Orthmann défilent sur des écrans à la manière des cours de bourse sur les chaînes d’information en continu.

L’écriture du spectacle que nous offre Stemann inclue des clins d’œil à l’actualité politique française (nombre de titres de journaux sont projetés en arrière-plan sur les murs de la cour carrée du lycée, les acteurs arborent des masques de notre nouveau président) et à l’héritage culturel français (sous forme de chansons détournées, de Sur le pont d’avignon à Je t’aime… moi non plus). De nombreux passages sont joués ou commentés en français. Dans cette « comédie économique », d’autres formes de transactions se jouent en coulisse : lors des représentations avignonnaises, divers acteurs et metteurs en scène français participent au spectacle, à commencer par Vincent Macaigne2 qui, lors de la première, s’insurge depuis les gradins et demande à stopper la pièce. Les doutes sur l’authenticité de cette rébellion furent vite dissipés lorsqu’il rejoignit le plateau et participa à la lecture du texte – mais d’après Stemann, toute son équipe n’était pas dans la confidence… Le 27 au soir, nous voyons Stéphane Hessel apparaître sur l’écran géant et lire le texte en allemand – Stemann m’expliquera qu’il était alors en direct par skype.

Le match entre le Texte et le Théâtre

Le jeu du rapport de force avec l’auteure auquel Stemann nous a habitués depuis qu’il met en scène ses textes, depuis Das Werk (Première en 2003), se perpétue dans un métadiscours constant sur le rapport entre le texte et sa réalisation scénique. La difficulté de la confrontation avec l’œuvre de la dramaturge est mise en scène : les acteurs et la régie livrent un combat avec le texte qui relève de la confrontation physique avec le texte est menée à son paroxysme (il faudrait peut-être relier ces trois morceaux de phrase, est-ce la même chose mais sur le mode de la gradation ?). Tous les comédiens lisent – ou feignent de lire – leur texte qui est une interminable logorrhée verbale – à l’image du texte fleuve d’Elfriede Jelinek. D’entrée, nous sommes prévenus par Stemann en personne : le spectacle dure environ quatre heures sans entracte, mais nous avons la permission de quitter la salle pour faire une pause au bar où est retransmis le spectacle. Mais ne croyez pas que ces « lectures » soient soporifiques ! Les acteurs sont pleins d’énergie et proposent un happening pimenté par des coups de théâtre percutants : il se passe tellement de choses qu’on ne sait où regarder. Chaque soir depuis la création, les acteurs égrènent un texte quelque peu différent, un texte en mouvement perpétuel. Nicolas Stemann explique travailler avec sa « brigade théâtrale d’intervention rapide » pour « monter les ‘mises à jour’ constantes des textes » et « développer une incroyable fraîcheur sur le plateau, fraîcheur renforcée par un travail d’improvisation »3.

Les 99 pages de la représentation du jour – certes peu différentes de celles des autres représentations dans la cité papale : il fallait bien pouvoir conserver une partie des sous-titres prévus pour l’occasion – donnent lieu à une véritable performance physique. La performance était d’autant plus forte le jour de la première du festival du fait qu’une partie du décor avait dû être démontée à cause du fort mistral et que les acteurs avaient dû redoubler de voix pour se faire entendre. Tout au long du happening, les feuillets lus sont jetés au sol, peinturlurés, froissés, déchirés. Le texte nous parvient parfois par un mégaphone que les acteurs viennent boucher de sorte qu’on ne peut plus entendre le texte mordant d’Elfriede Jelinek. Alors que le compteur de pages affiche « 26 », le texte est même brûlé sur scène. Interpellée, l’auteure est présente sous la forme d’une perruque scalp (les fameuses nattes), accessoire désormais incontournable des mises en scène de Stemann, portée ce soir-là par une comédienne française, qui nous offre un moment particulièrement fort.

Ce que Stemann nomme le « match entre le Texte et le Théâtre » est constant. « Mais pour ce qui concerne le vainqueur, j’ai une certaine interrogation… (silence). En fait, je ne veux pas gagner contre le texte (rires aux éclats) »4. Le metteur en scène, qui s’érige dans la droite lignée de ses confrères du théâtre de régie en co-auteur, est omniprésent sur scène. En maître de cérémonie, il modère, interrompt et fait mine de recadrer la représentation (« Où est le texte ? Où est la pièce ? »), il intervient aussi en tant qu’acteur, musicien ou chanteur dans le spectacle, comme à son habitude depuis quelques années. Il orchestre aussi, en reprenant les stratégies commerciales des banquiers, la participation du public qu’il sollicite pour fournir un billet de 50 euros pour un tour de passe-passe qui promet un rendement de 50%. Il le sollicite aussi pour chanter en chœur, deux pages durant, en français (« Le reste d’entre nous c’est la banque ») ou même en allemand (« Wir können Ihnen Ihr Geld nicht zurückgeben »). Ce faisant, il justifie ses propres sollicitations en référant ironiquement à l’autorité de Jelinek : « C’est Jelinek qui l’écrit ! Prix Nobel ! », et menace d’interrompre le spectacle si nous ne nous exécutons pas. Le public ne se pas fait longtemps prier…

Désacraliser le Dieu Argent

La désacralisation du texte de l’auteure se double d’une désacralisation de la représentation théâtrale. Stemann annonce d’ailleurs la couleur d’emblée, en soulignant que « tout n’est pas toujours intéressant » : « Ne soyez pas trop tristes si vous ne comprenez pas tout, même les Allemands ne comprennent pas tout ». Cette désacralisation invite elle-même à désacraliser le dieu Argent. Jelinek et Stemann nous font sentir la dimension tragique de notre société qui produit du rien et investit dans du rien.

On retrouve quelques-uns des lieux communs du théâtre de régie germanophone mais aussi des performances autour du thème de l’argent et de la crise : ainsi en va-t-il de l’incontournable scène où le public est invité à brûler un billet de banque (on se souvient de l’action de Gainsbourg du 11 mars 1984, ou encore de la performance de 2003 du groupe, hambourgeois précisément, geheimagentur, dans « Asche zu Asche. Eine Show zu Theorie und Praxis des Geldverbrennens »). Le texte est aussi pris en charge par des comédiennes filmées en direct qui avalent des billets de banque et les mâchent tout en continuant à débiter le texte (vidéo : Claudia Lehmann). Une performance interminable, filmée en gros plan, en direct, qui nous prend aux tripes, une représentation magistrale du cannibalisme pécuniaire des banques et du marché, et de notre société.

YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=befNmg04spI&feature=player_detailpage (mis en ligne le 12 février 2010 par Thalia Theater HH)

Voir aussi :

→ la vidéo de la conférence de presse du 20 juillet 2012 avec Nicolas Stemann au Cloître Saint-Louis d’Avignon pour “Die Kontrakte des Kaufmanns. Eine Wirtschaftskomödie”. (En ligne depuis le 20 juillet 2012), consulté le 28 juillet 2012, URL : http://www.theatre-video.net/video/N-Stemann-pour-Die-Kontrakte-des-Kaufmanns-Eine-Wirtschaftskomodie-66e-Festival-d-Avignon

le dialogue du 23 juillet 2012 avec Nicolas Stemann à l’Ecole d’Art d’Avignon, animé par Ceméa. (En ligne depuis le 23 juillet 2012), consulté le 8 août 2012, URL : http://www.festival-avignon.com/fr/Renc/940

Texte d’Elfriede Jelinek

Mise en scène : Nicolas Stemann

Dramaturgie : Benjamin von Blomberg

Traduction et surtitrage : Ruth Orthmann

Avec : Therese Dürrenberger, Ralf Harster, Franziska Hartmann, Daniel Lommatzsch, Sebastian Rudolph, Maria Schrader, Patrycia Ziolkowska…

Production : Thalia Theater en collaboration avec le Schauspiel Köln

Avec le soutien du Goethe-Institut

Première : le 16 avril 2009 au Schauspiel de Cologne

Pour citer ce billet : Delphine Klein, « Jelinek et Stemann au festival d’Avignon », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 12 décembre 2012. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/340 (consulté le…)

  1. Propos rapportés dans Marie-Pierre Genecand : « A Avignon, on a senti la fin de la civilisation », Le Temps, 27.07.2012. (En ligne depuis le 27 juillet 2012), consulté le 04 août 2012, URL : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/463244d6-d74d-11e1-907a-657690205a77/A_Avignon_on_a_senti_la_fin_de_la_civilisation []
  2. Il fut notamment remarqué avec sa version d’Hamlet, Au moins j’aurai laissé un beau cadavre, la saison passée à Avignon. []
  3. Vincent Marin : « Je suis là pour créer de l’énergie ! », Entretien avec Nicolas Stemann, Vaucluse Matin, 25.07.2012. (En ligne depuis le 25 juillet 2012), consulté le 29 juillet 2012, URL : http://www.ledauphine.com/vaucluse/2012/07/24/je-suis-la-pour-creer-de-l-energie []
  4. Ibid. []

Delphine Klein

Rédactrice en chef de ce carnet, Delphine Klein enseigne l'histoire et la géographie en allemand dans la section binationale Abibac du lycée Honoré d'Urfé de St Etienne et donne des cours de littérature allemande contemporaine et de traduction à l'Université Jean Monnet de St Etienne.

More Posts - Website


Une réflexion sur « Jelinek et Stemann au festival d’Avignon »

  1. René Solis de Libération écrivait dans Libération du 17.09.2012 : “Les Allemands sont meilleurs : le constat est souvent revenu lors du dernier Festival d’Avignon, où la force et l’originalité des productions d’outre-Rhin ont éclipsé une programmation hexagonale palote. Que ce soit dans la relecture des classiques (Un ennemi du peuple d’Ibsen mis en scène par Thomas Ostermeier), ou dans l’adaptation de textes contemporains (les Contrats du commerçant d’Elfriede Jelinek dans la version chaotique et humoristique de Nicolas Stemann), l’inventivité semblait toujours au rendez-vous.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.