Recherches – Aline Vennemann

Projet de thèse : 

Architectures et architextures de la mémoire. Le théâtre d’Elfriede Jelinek et de Peter Wagner (1991-2011)

L’œuvre d’Elfriede Jelinek, célèbre pour son écriture prolixe et polyphonique, fut jusqu’ici étudiée sous l’angle de la violence verbale. Un aspect encore ignoré de la recherche est l’envers, la signification du silence et des figures de l’absence dans les textes et les réalisations sur la scène contemporaine. Par l’étude d’un corpus de pièces de théâtre (allant de Totenauberg à Rechnitz), notre travail approfondit l’idée du creux et du refus d’une parole directe pour exprimer l’indicible. Comment le silence se manifeste-t-il ? Pourquoi semble-t-il évité à tout prix ? Quelle est la matérialité réelle de ce « vide masqué » et que recouvre-t-il ? L’écriture radicale et les théorisations essayistes de l’auteure viennoise sont une invite à analyser cette œuvre hors normes à la lumière des notions derridiennes de « pli » et de « trace », des réflexions wittgensteiniennes sur l’indicible (Tractatus logico-philosphicus) ou celles de Paul de Man sur le creux et l’envers du langage (Blindness and Insight).

Le silence ou le vide, le non dit ou l’autre du dit, sont, tout comme le trop plein et le débordement, fondamentalement liés à la mémoire et au deuil dans le contexte douloureux de l’histoire national-socialiste des pays germaniques. Semblant littéralement se dérouler sur scène (Ein Sportstück, 1998), l’écriture est indissociablement liée à l’espace et au temps de l’écrivaine qui ne cesse de commenter en creux le passé et l’actualité politique. Ainsi son œuvre s’inscrit dans la (re)conquête d’une identité mise à mal par les traumatismes successifs de l’Empire austro-hongrois et de l’Anschluss, des relations contradictoires et tendues du peuple autrichien avec son passé jusque dans le présent. Les langages verbal et non-verbal ouvrent des espaces à la mémoire collective, au regard critique sur notre époque.

Plus en retrait mais non moins étonnante s’avère l’œuvre dramatique de Peter Wagner, un artiste aux facettes multiples, originaire du Burgenland. Au travers de ses créations, il ne cesse de confronter la population locale au passé austro-fasciste, jusque-là passé sous silence. Ses pièces vont jusqu’à l’implication concrète des communes concernées puisque ses textes s’ancrent directement dans les lieux du crime – une pratique dramatique, générant un concept dramaturgique, qu’il appelle du « théâtre sur place » (Theater am Ort).

Une confrontation de ces deux auteurs hors normes constitue une étape essentielle de notre recherche. L’analyse vise à éclairer les modalités des deux écritures qui à la fois impliquent et résistent au lecteur/spectateur par des moyens extrêmes. Cependant, les textes dramatiques d’Elfriede Jelinek et de Peter Wagner ne seront qu’un élément parmi d’autres (notamment les mises en scène) qui, indépendants et déhiérarchisés, contribuent à mettre en scène l’absence, l’oubli au même titre que la présence.

L’interdisciplinarité du sujet exige des réflexions méthodologiques au préalable. Quelle base de travail faudrait-il privilégier afin de comparer les divers supports (entretiens, mises en scène, textes) ? L’approche que nous proposons s’inspire des travaux historiographiques de Niethammer1 ainsi que des recherches autoréflexives du théâtrologue Friedemann Kreuder2. . Suivant une structure thématique, cette thèse approfondit les diverses formes (« architectures ») et expressions (« architextures ») de la mémoire à partir d’un corpus dramatique situé entre 1991 et 2011.

 

Mots clés : théâtre germanophone, littérature autrichienne contemporaine, traumatisme, national-socialisme, mémoire, psychanalyse.

Directrices de recherche : Francine MAIER, Professeure des Universités à l’Université Rennes 2 ; Doris KOLESCH, Professeure des Universités à la Freie Universität Berlin

Laboratoire : ERIMIT (Equipe de Recherche Interlangues : Mémoire, Identité, Territoires), EA 4327

Ecole doctorale : ALL ED 506

 

Publications (sélection) :

« L’histoire ne peut pas mourir » ou la hantise de l’austro-fascisme dans le théâtre d’Elfriede Jelinek, Christiane Page (dir.), Écritures théâtrales du traumatisme – esthétiques de la résistance, Rennes, PUR, 2012, p. 189-200.

« Unsere tägliche Sendung von der Banalität des Bösen. Der postmoderne Konflikt in Elfriede Jelineks und Luis Buñuels Würgeengel », Trajectoires, n° 5, 2011, URL: http://trajectoires.revues.org/index732.html

« Les fugues de la mémoire dans Rechnitz (L’ange exterminateur) d’Elfriede Jelinek : texte et mise en scène », Atala, n° 14, Rennes, 2011, p. 289-305.

« Le silence des Exclus ou la parole confisquée dans le roman éponyme d’Elfriede Jelinek », Hélène Boursicaut (dir.), Dislocation des Empires : Les perdants de l’Histoire, Rennes, PUR, 2011, p. 147-168.

Manifestations scientifiques reliées au projet de thèse :

Co-Organisation d’une journée d’étude interdisciplinaire, intitulé « Le corps et la scène comme médiums de la mémoire », le 17 février 2011 à l’Université Rennes 2, responsable scientifique : A. Vennemann.

Co-Organisation d’une journée d’étude interdisciplinaire, intitulé « Et la chair s’est faite verbe… Métaphores du cannibalisme dans les arts et la littérature », 15 février 2012 à l’Université Rennes 2, responsable scientifique : A. Vennemann.

Projets scientifiques en cours :

Co-Organisation d’un colloque international, intitulé « Faites ce que vous voulez ! » Faire, défaire, contrefaire l’autorité. Regards croisés sur Elfriede Jelinek, du 27-29 mars 2014 aux Universités Jean Monnet (Saint-Etienne) et Lumière Lyon 2, responsable scientifique : Delphine Klein.

Co-Organisation d’une série de manifestations, intitulée Transgression des tabous dans la culture autrichienne après 1945, co-organisatrice : Bénédicte Maselli. Lieux envisagés : Vienne, Hermann-Nitsch-Stiftung, Mumok, Université de Vienne.




Citer ce billet
Aline Vennemann (2012, 23 novembre). Recherches – Aline Vennemann. Autour de Jelinek. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qk5w

  1. Par exemple, Lutz Niethammer, Ego-Histoire? und andere Erinnerungs-Versuche, Wien/Köln/Weimar, Böhlau Verlag, 2002. []
  2. KREUDER, Friedemann, Formen des Erinnerns. Im Theater Klaus Michael GRÜBERS. Alexander Verlag Berlin, 2002 []

Aline Vennemann

Qui suis-je ? - Un double cursus de philosophie et d'allemand m'a conduit à effectuer un doctorat en cotutuelle en études théâtrales et germaniques à Rennes et à Berlin. Pendant deux ans, j'ai enseigné la linguistique diachronique de l'allemand à l'Université de Haute-Alsace. A présent, je suis professeur d'allemand et de théâtre en section abi-bac.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.