Entretien avec le Centre de recherche Elfriede Jelinek

L’Elfriede Jelinek-Forschungszentrum (EJFZ) de l’Université de Vienne est dirigé depuis 2004 par le Professeur Pia Janke. L’un de ses collaborateurs, Christian Schenkermayr, s’entretient avec Delphine Klein sur les objectifs que s’est fixé le centre, ainsi que sur les défis qu’il doit surmonter, et il donne quelques exemples concrets de la façon dont l’EJFZ peut aider les chercheurs(euses), étudiant(e)s, traducteurs(trices) et artistes qui voudraient travailler sur l’œuvre d’Elfriede Jelinek.

Christian Schenkermayr et Moira Mertens dans le Centre de Recherche sur Elfriede Jelinek (Elfriede Jelinek-Forschungszentrum)

Christian, depuis le début tu es un membre actif du centre de recherche. Dans quelle mesure sa fondation en novembre 2004 est-elle liée à la remise du Prix Nobel à Elfriede Jelinek en octobre de la même année ? Auriez-vous mis en place ces archives sans le Prix Nobel ?

Christian Schenkermayr: En fait les choses ont commencé avant, dès le semestre d’hiver 2001/2002, lorsque Pia Janke a proposé un séminaire de licence, qui a abouti à la parution du livre Die Nestbeschmutzerin. Jelinek & Österreich1. Cinquante-deux étudiants ont mené pendant un semestre des recherches sur Jelinek et l’Autriche. La multitude des documents qu’ils ont rassemblés a été le point de départ pour un autre projet de Pia Janke, auquel j’ai participé avec sept autres étudiants. Il s’agissait de recenser les œuvres de Jelinek ainsi que la littérature critique parue sur cette œuvre en une bibliographie systématique et de la commenter. Le résultat de ce travail est paru en 2004 sous le titre „Werkverzeichnis Elfriede Jelinek“. Ce travail a lui aussi nécessité des recherches de grande ampleur. Ainsi, certaines parties de nos archives existaient déjà avant que le Prix Nobel ne soit remis à Jelinek. Mais par ce Prix, nos travaux ont pris une autre dimension, qui nécessitait la fondation d’une institution scientifique à proprement parler – l’Elfriede Jelinek-Forschungszentrum.

Quelle est la taille de vos archives ? Peux-tu nous expliquer ce qu’on y trouve ?

Christian Schenkermayr: Dans nos archives nous collectons tous les documents susceptibles d’intéresser la recherche scientifique sur l’auteure et son œuvre. Actuellement, cela représente entre 10 000 et 15 000 documents. Ces archives comprennent aussi bien des œuvres littéraires – c’est-à-dire des reproductions des textes de Jelinek – que les analyses parues sur cette œuvre, des comptes-rendus et critiques de presse, des programmes pour les représentations de ses pièces, des interviews, des portraits, photos, affiches et partitions. La palette des genres est assez large chez Jelinek et comporte non seulement des romans et pièces, mais aussi des poèmes, livrets d’opéras, essais, pièces radiophoniques, scénarii et traductions. Une autre partie notable de nos archives est notre collection de supports audio-visuels (enregistrements de pièces radiophoniques, captations, émissions de radio, films, émissions de télévision ainsi qu’enregistrements de manifestations), qui sont tous consultables sur place. Notre catalogue en ligne UNIDAM (http://unidam.univie.ac.at) facilite la recherche de documents.

A quoi sert exactement le centre? Peux-tu esquisser pour nous les principaux objectifs de l’Elfriede Jelinek-Forschungszentrum ?

Christian Schenkermayr: En premier lieu il s’agit de documenter et d’étudier l’œuvre d’Elfriede Jelinek et sa réception. Le centre ne se conçoit en effet pas uniquement comme une archive, mais se veut une plate-forme vivante et internationale d’information et de communication autour de cette auteure, ouverte à tous. Par les nombreuses manifestations publiques que nous organisons (notamment en coopération avec les théâtres, galeries et radios), nous souhaitons sortir du cadre universitaire et contribuer ainsi à une réception documentée des textes d’Elfriede Jelinek. 

L’Elfriede Jelinek-Forschungszentrum est devenu aujourd’hui une institution incontournable pour tout chercheur qui travaille sur l’œuvre de Jelinek. C’est vrai surtout pour les étudiant(e)s et doctorant(e)s, qui peuvent profiter des archives et des contacts sur place – je suis bien placée pour le savoir ! Peux-tu détailler l’aide que le centre peut apporter aux chercheurs(euses) et étudiant(e)s ?

Christian Schenkermayr: D’abord les chercheurs(euses), étudiant(e)s et enseignant(e)s qui travaillent sur Jelinek, peuvent se procurer chez nous des documents sur les aspects qui les intéressent plus particulièrement et profiter de nos conseils. Nous les mettons aussi volontiers en contact avec d’autres collègues qui travaillent sur un même sujet. Notre bureau est ouvert les lundis, mercredis et vendredis de 9h à 17h. Durant nos heures d’ouverture, il est également possible de consulter les documents audio et vidéo. Nous réalisons aussi des copies pour la plupart des textes de nos archives. Si, par exemple pour des raisons géographiques, quelqu’un ne peut se rendre directement au centre, il/elle peut aussi commander les documents, et nous lui envoyons alors à l’adresse de son choix des copies pour lesquelles il/elle n’aura à payer que les frais de copie, de service et frais de port. Bien entendu nous coopérons volontiers à des manifestations qui ont trait à l’œuvre de Jelinek.

L’Elfriede Jelinek-Forschungszentrum permet aussi la publication de travaux et articles sur Elfriede Jelinek sur le site internet « JeliNetz ».

Christian Schenkermayr: Cette plateforme sert d’une part à l’échange et la mise en réseau de personnes qui s’intéressent à l’œuvre de Jelinek, mais elle offre aussi la possibilité à chacun de présenter ses propres projets ou de publier ses travaux sur Jelinek (que ce soient des contributions assez brèves ou des mémoires universitaires plus longs). Les articles et commentaires assez courts peuvent être mis en ligne sur le « JeliNetz » par les utilisateurs eux-mêmes. Nous nous chargeons en revanche de télécharger les travaux plus longs (mémoire de master ou thèse) sur le réseau en format PDF, après accord de leur auteur.

Il faut quand même dire que l’arrivée dans les locaux du centre peut être décevante, parce qu’on ne s’attend pas à trouver un petit bureau, qui peut à peine accueillir toutes les archives… Est-ce qu’une partie du fonds est gardé ailleurs qu’à l’université ?

Christian Schenkermayr: Nos locaux sont en effet un peu justes. En ce moment, nous ne conservons à l’université qu’une partie de nos archives. Notamment les documents rarement demandés – par exemple les traductions ou les articles de presse parus après le Prix Nobel – sont stockés ailleurs, mais ils peuvent être rapidement acheminés en cas de besoin. En tout cas, un espace plus grand serait en effet souhaitable vue la croissance rapide de notre fonds.

Actuellement l’équipe de l’Elfriede Jelinek-Forschungszentrum travaille à un ouvrage de référence sur Elfriede Jelinek qui doit paraître en avril 2013 dans la collection « Personenhandbücher » de l’éditeur allemand Metzler.

Christian Schenkermayr: Cet ouvrage doit servir à présenter synthétiquement l’état actuel des connaissances sur Elfriede Jelinek. Il contient environ soixante contributions, qui analysent les textes et les genres, les aspects biographiques, les thèmes et motifs de l’œuvre, ainsi que sa réception. Ainsi, l’ouvrage veut dresser un panorama de l’état actuel de la recherche sur l’œuvre de Jelinek mais lancer aussi de nouvelles perspectives.

Quels sont les projets à venir du centre?

Christian Schenkermayr: En ce moment, la finalisation de cet ouvrage à paraître chez Metzler nous demande beaucoup de temps et d’attention. Après la parution du livre l’année prochaine, nous prévoyons une présentation publique. Par ailleurs, nous travaillons aussi à une édition augmentée du Werkverzeichnis. Dans la première édition, nous n’avions recensé les œuvres que jusqu’en 2004. Mais le Prix Nobel a permis une réception internationale et dopé la recherche. Elfriede Jelinek elle-même a écrit depuis 2004 un grand nombre de textes que nous voulons bibliographier et commenter dans la nouvelle édition.

 

Propos recueillis par Delphine Klein, le 02.09.2012

Traduit de l’allemand par Sarah Neelsen

Lien vers l’interview en langue originale

 

 

URL : http://www.elfriede-jelinek-forschungszentrum.com/home/

Elfriede Jelinek-Forschungszentrum
Institut für Germanistik | Universität Wien
Universitätsring 1
1010 Wien | Austria
Tél: +43 664 1217525, +43 1 4277-42164
Fax: +43 1 4277-42150
Heures d’ouverture: Lundi, Mercredi, Vendredi 9h – 17h
E-mail: jelinek.germanistik@univie.ac.at

Directrice : Ao. Univ.-Prof. Mag. Dr. Pia Janke

Collaborateurs :
Mag.a Stefanie Kaplan
Mag.a Teresa Kovacs
Mag.a Moira Mertens
Mag. Christian Schenkermayr
Agnes Zenker

Pour citer ce billet : Delphine Klein, « Entretien avec le Centre de recherche Elfriede Jelinek », traduit de l’allemand par Sarah Neelsen, Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 23 novembre 2012. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/212 (consulté le…)


  1. Pia Janke (Hg.) : Die Nestbeschmützerin. Jelinek und Österreich, Jung und Jung, Salzburg Vienne 2002. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.