Singen. Tanzen. Schreien. Jelinek exprime son soutien aux Pussy Riot

Elfriede Jelinek a mis en ligne sur son site personnel un texte de soutien aux Pussy Riot juste après que la cour a rendu son premier  verdict, vendredi 17 août 2012.

« Hooliganisme »

Pour leur performance « Sainte Vierge, chasse Poutine ! » du 21 février 2012 à la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou, les trois musiciennes activistes du groupe Pussy Riot ont été condamnées à deux ans de colonie pénitentiaire, au terme d’un verdict présenté comme clément. Le caractère éminemment politique de leur action a été réfuté et leur « prière punk » interprétée comme du « hooliganisme » visant à offenser l’Église orthodoxe. Leur objectif était pourtant de dénoncer les méthodes autoritaires de Putin et l’appui public du patriarche Kirill dont il a bénéficié pour sa candidature à la présidentielle du 4 mars 2012.

Mobilisation

De nombreux artistes internationaux se sont mobilisés les semaines précédant le verdict pour les trois jeunes femmes. Ainsi, Paul Mc Cartney a publié une lettre ouverte de soutien sur son site personnel. Et comme l’a fait Madonna lors d’un concert, ou encore les artistes du clip « Free Pussy Riot », de nombreux internautes anonymes ont exprimé leur soutien au groupe russe en posant avec des cagoules crochetées (dans le sens des stéréotypes des arts mineurs dits typiquement féminins) et colorées, devenues la marque de fabrique des Pussy Riot. Jusqu’alors cependant, et comme le souligne Libération dans un article du 17 août 2012, le milieu culturel français, mis à part une pâle pétition, ne réagissait pas à l’affaire1.

Lecture internationale le 12 décembre 2012

Le festival international de littérature de Berlin appelle « artistes et intellectuels, écoles et universités, stations de radio et de télévision, théâtres et autres institutions culturelles à participer à une lecture à l’échelle mondiale en solidarité avec les Pussy Riot et les instances démocratiques de la Russie le 12 décembre »2. Elfriede Jelinek a annoncé sa participation à cet événement, aux côtés d’un autre prix Nobel, Mario Vargas Llosa. Ce sont des textes des Pussy Riot, et notamment leurs déclarations lors du procès à Moscou, qui feront l’objet de lectures.

Le texte de soutien de Jelinek (extraits)

La prix Nobel de littérature vient également de publier un texte sur son site personnel, intitulé Chanter. Danser. Crier (Singen. Tanzen. Schreien), qu’elle introduit en expliquant s’être longtemps demandée de quelle façon elle pouvait se déclarer solidaire des Pussy Riot : « J’ai même écrit un petit texte que je voulais mettre sur mon site, avec une photo de moi, bouche couverte par un sparadrap ou sac en papier sur la tête. Je ne l’ai pas fait, d’une part parce que l’actionnisme n’est pas (n’est plus) mon truc, d’autre part parce que j’ai conscience du fait que je pourrais tout faire pour soutenir ces femmes alors qu’elles ne doivent pas pouvoir faire ce qui est de leur droit le plus strict : se produire en public dans une église ». Elle rajoute un peu plus loin : « Quand j’ai jeté tout cela sur le papier, je n’arrivais pas à m’imaginer qu’on finirait vraiment par condamner ces femmes”.

Dans son texte, elle reproduit la prière des Pussy Riot en s’adressant directement à Dieu et à la Vierge Marie que ces dernières avaient priée de chasser Putin : « Sainte Vierge ! Nous nous connaissons depuis si longtemps, depuis l’école religieuse, déjà, alors dis-moi, sincèrement: est-ce que tu te sens profanée, maintenant ? ». Elle souligne le droit à la liberté d’expression, « car au commencement était le Verbe, et le Verbe appartient à qui se l’approprie, et de ce moment-là il lui appartient aussi ».

« […] [L]a protestation, toute protestation qui se dresse contre l’atteinte aux droits fondamentaux, est un devoir, et non un droit. Ces jeunes femmes avaient le devoir, de danser, chanter, crier, elles n’avaient pas le choix. Il ne leur restait que ça à faire, si elles voulaient qu’il reste quelque chose d’elles, quelque chose de tous et de toutes. Le point critique est atteint quand plus aucune propagande n’est nécessaire à l’intérieur du système lui-même, parce que le contrôle est total”.

Et Jelinek de terminer son texte par un appel criant : « L’incarcération de ces trois jeunes femmes (et leurs conditions de détention, qui tiennent manifestement de la torture et qu’elles appellent d’ailleurs ainsi) représente une sorte de nœud temporel. Il est encore temps pour que le pays revienne sur le terrain du droit, qui doit toujours se conquérir de haute lutte, oui, y compris en chantant, en gesticulant, en dansant, en criant, n’importe comment, pourvu que ce puisse être vu et entendu. Mais si ces trois Pussy Riot devaient vraiment être enfermées, alors c’est la Russie toute entière qui s’enferme. Alors la piste de danse, où qu’elle se trouve – et elle peut se trouver partout, elle le doit, d’ailleurs ! – est fermée. Alors commence une autre danse, qui déjà maintenant me fait trembler de peur. Alors, personne ne pourra dire qu’il ne savait pas.  Car ce qui a été une fois, cela doit être su à tout jamais. Et la fois en question, nous l’avons déjà eue. Et plus d’une fois ».

Depuis ?

Depuis, seule Ekaterina Samoutsevitch, une des membres du groupe russe, a été remise en liberté (le 10 octobre 2012), car elle n’avait pas participé à la prière anti-Putin ce jour-là, puisqu’elle avait été interpellée peu après être entrée dans la cathédrale. Elle a déposé un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme, et a souligné les mauvaises conditions de détentions subies. Les juges du procès en appel qui s’est tenu en octobre 2012 ont quant à eux démenti avoir subi des pressions de la part des autorités. Alors que Putin a récemment comparé les Pussy Riot au réalisateur du film islamophobe L’Innocence des musulmans, actuellement emprisonné aux Etats-Unis, le premier ministre russe Dmitri Medvedev a estimé vendredi 2 novembre que les deux femmes qui restent incarcérées ne devraient pas être en prison, bien qu’elles lui soient « très désagréables »3.

 

Voir le texte original en allemand sur le site personnel d’Elfriede Jelinek

URL : http://www.elfriedejelinek.com/

Traduction : Patrick Démerin et Dieter Hornig (publiée dans Libération du 04/09/2012)

En ligne, URL : http://www.liberation.fr/monde/2012/09/04/pussy-riot-chanter-danser-crier_843923

 

Pour citer ce billet : Delphine Klein, « Singen. Tanzen. Schreien. Jelinek exprime son soutien aux Pussy Riot », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 23 novembre 2012. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/174 (consulté le …)


  1. Eric Loret : « Les artistes français aphones », Libération, 17.08.2012 (en ligne depuis le 17 août 2012), consulté le 20 août 2012, URL : http://www.liberation.fr/culture/2012/08/17/les-artistes-francais-aphones_840412 []
  2. URL : http://www.literaturfestival.com/news/literaturnobelpreistraeger-unterstuetzen-aufruf-des-ilb-fuer-pussy-riot (en ligne depuis le 17 août 2012), consulté le 19 août 2012. []
  3. « Medvedev : ‘Je n’aurais pas mis les Pussy Riot en prison’ », Le Monde, 02.11.2012. []

Delphine Klein

Rédactrice en chef de ce carnet, Delphine Klein enseigne l'histoire et la géographie en allemand dans la section binationale Abibac du lycée Honoré d'Urfé de St Etienne et donne des cours de littérature allemande contemporaine et de traduction à l'Université Jean Monnet de St Etienne.

More Posts - Website


Une réflexion sur « Singen. Tanzen. Schreien. Jelinek exprime son soutien aux Pussy Riot »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.