Entretien avec Stemann et Manoury sur « Kein Licht » (avril 2016)

Mercredi 27 avril, quelques privilégiés, co-producteurs/mécènes anonymes du projet „Kein Licht“ dont je fais partie, ont pu assister en direct à un „live-chat“ d’une heure avec les deux principaux artistes au coeur de cet opéra en cours de conception, le compositeur Philippe Manoury et le metteur en scène allemand Nicolas Stemann. Je vous propose d’entrer avec moi dans les coulisses des prémices du projet…

Les mécènes de cette co-production européenne avaient reçu par mail un lien vers une page cachée du site de l’Opéra-Comique pour pouvoir visionner l’entretien en direct et ils avaient été invités à poser leurs questions en amont pour fluidifier la gestion du direct. Gérard Desportes, Secrétaire Général de l’Opéra-Comique, a dû relancer les donateurs un jour avant le direct, faute de questions, mais elles ont finalement afflué pendant l’entretien que vous pouvez visionner ici :

Ce soir-là, les plus grands mécènes avaient le privilège d’être invités à se rendre dans les locaux provisoires de l’Opéra-Comique – une invitation à laquelle bien peu d’entre eux ont répondu cependant, une occasion manquée, car la rencontre avec les deux artistes et une partie de l’équipe après le live-chat était très enrichissante – cocasse aussi, comme lorsqu’on nous a présenté une dresseuse de chien sollicitée pour tester la faisabilité de „faire chanter“ un chien sur scène. Un clin d’oeil à une ancienne tradition de l’opéra (la présence d’animaux sur scène) qui rappelle aussi ces spectateurs au début du XIXème qui venaient avec leur chien et, pour se moquer des chanteurs, le pinçaient afin qu’il hurle… et « caricature » ainsi les « hurlements » des artistes ! Plus récemment, un boeuf était monté sur la scène de l’Opéra-Comique pour les Mamelles de Tiresias de Francis Poulenc. Sauf que le jour de la première, le bœuf est resté coincé dans le monte-charge…

Capture d’écran 2016-05-04 à 20.46.07Nicolas Stemann nous a confié être à l’origine du projet, c’est lui qui a proposé à Philippe Manoury un texte – celui, avant-gardiste et ouvert d’Elfriede Jelinek sur l’après Fukushima, dont il souligne la musicalité, le fait qu’il a toujours voulu le mettre en scène dans le cadre d’un opéra (comme il l’a expérimenté récemment avec un autre texte de Jelinek et autour de la musique de Wagner au Staatsoper de Berlin avec l’orchestre de la Staatskapelle). Il lui a également proposé un type de collaboration où il s’agit de répondre à l’appel d’Elfriede Jelinek de reprendre la plume pour co-(r)écrire le texte. L’un des aspects innovants du projet « Kein Licht » consiste en la conception d’une forme opératique ouverte comme un work in progress, où tout n’est pas écrit à l’avance. La composition n’a pas encore commencé, elle sera d’ailleurs en partie écrite „en temps réel“, adaptable et réagencée au cours des répétitions. Philippe Manoury va composer les airs, ensembles, parties instrumentales seules de manière fixe. Mais il se réserve la possibilité de les recomposer ou de composer de la musique électronique entre ces parties.

Cette co-production européenne est conçue pour être itinérante, pour voyager en Europe. Comme cela a été souligné dans l’entretien, elle devra donc nécessairement s’adapter à des lieux et des salles extrêmement différentes, de la blackbox au théâtre à l’italienne – un défi auquel la scénographe Katrin Nottrodt n’a encore jamais été confrontée. Elle accompagne Nicolas Stemann depuis de nombreuses années et n’en est pas à sa première mise en scène d’un texte d’Elfriede Jelinek – actuellement, tous deux viennent d’ailleurs de créer à Munich  l’un de ses tout derniers textes, dont nous aurons l’occasion de vous reparler prochainement sur la plateforme, puisqu’il s’agit d’une pièce qui fait écho aux attentats de Charlie Hebdo.

Quelques heures après l’entretien, Manoury et Stemann se sont envolés pour Berlin pour commencer à travailler sur quelques passages du texte et à en faire émerger une forme qui ne sera peut-être que transitoire, comme le pense le compositeur. Il sera intéressant de voir comment va évoluer cette co-production européenne dont les artistes ont esquissé les contours.

Capture d'écran sur la page où défile le compteur du temps restant avant que le live-chat ne commence
Capture d’écran sur la page où défile le compteur du temps restant avant que le live-chat ne commence

Pour citer ce billet : Delphine Klein, « Entretien avec Stemann et Manoury sur « Kein Licht » (avril 2016) », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 11 mai 2016. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/1720 (consulté le…)


Delphine Klein

Rédactrice en chef de ce carnet, Delphine Klein enseigne l'histoire et la géographie en allemand dans la section binationale Abibac du lycée Honoré d'Urfé de St Etienne et donne des cours de littérature allemande contemporaine et de traduction à l'Université Jean Monnet de St Etienne.

More Posts - Website

Une réflexion au sujet de « Entretien avec Stemann et Manoury sur « Kein Licht » (avril 2016) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *