Le problème de la métaphore chez Jelinek, Bachmann, Plath et Duras

Projet de thèse en littérature comparée : Le propre et l’impropre. Le problème de la métaphore et ses ironies chez Jelinek, Bachmann, Plath et Duras.

« La langue de la femme est un manteau qui couvre tout. »

(Elfriede Jelinek, Lust)

« Dans l’art littéraire on parle de métaphore lorsque quelque chose « n’est pas utilisé dans son sens propre ». Alors les métaphores sont les perversions du langage et les perversions, les métaphores de l’amour. »

(Karl Kraus, Aphorismen)

La distinction théorique entre sens propre et figuré est traditionnellement évoquée en termes genrés : la métaphore en tant qu’arme rhétorique séductrice, ornementale, trompeuse, déviante participe de l’aspect féminin de la langue, complice de son aspect masculin : la langue « propre », littérale, claire et rationnelle. Ce dualisme dynamique de la langue qui oscille entre voilement et dévoilement de la réalité est non seulement mis à jour par la littérature, mais il y est aussi constamment transformé.

Dans cette thèse ce dualisme sera envisagé depuis le sujet féminin qui internalise un polemos entre le propre et l’impropre de la langue. Les obstacles à l’essor d’une voix proprement « féminine » seront considérés – plutôt que les conséquences d’une répression politico-historique, bien réelle et théorisée du côté des sciences sociales – comme les moyens de penser une altération du langage et des rapports de pouvoir qu’il canalise. C’est en insistant sur la dimension ironique de leurs écritures respectives que je problématiserai un mésusage stratégique de la métaphore chez quatre écrivaines du XXème siècle.

À partir des théories philosophiques de la tradition occidentale on peut comprendre la métaphore sur un spectre où s’échelonnent les expressions : des plus novatrices et poétiques (« les métaphores vives » pour reprendre la terminologie de P. Ricoeur1) aux plus usées (les concepts comme métaphores sclérosées, la langue quotidienne comme métaphorique inconsciente, le sens propre comme oubli du sens métaphorique originaire). Il y aurait donc des métaphores meilleures que d’autres, ayant une plus grande valeur épistémologique et poétique. Ces dernières nous permettraient de penser des objets qui excèdent leur appréhension par l’entendement (par exemple: le monde, la liberté, la vie, etc.). C’est cette pensée littéraire procédant du travail de la métaphore qui sera définie dans le cadre de l’écriture des femmes.

Comme figure de style enjolivante qui subvertit la logique d’attribution – qu’il soit question d’attribuer du sens ou une responsabilité –, la métaphore est une arme à double-tranchant. Elle peut être brandie ou abandonnée, selon le projet esthétique ou théorique. Une réflexion sur la métaphore et l’auctorialité féminine permet de préciser les enjeux de propriété qui naissent là où le discours et l’image, le sensible et l’intelligible se rencontrent. En reconsidérant l’entrée plus ou moins scandaleuse de certaines femmes dans le canon littéraire, nous accédons à un éventail d’expressions exemplaires d’un malaise qui demande à être pensé et repensé : comment user « proprement » du langage poétique, alors que la poésie est affaire d’expérimentation et de défamiliarisation langagière ? Qu’est-ce qu’un usage juste de la langue métaphorique qui s’écarte du sens commun ou littéral ? Où est-ce que la métaphore est de mise ou de trop ? Où est-elle un ornement superflu et où est-elle dénonciation du caractère trompeur de la langue ? Quel est son rôle dans la pensée ?

La métaphore, comme déviance du sens propre, pourrait être reconnue comme l’arme de prédilection de la femme qui s’engage dans le langage de manière à subvertir les dualismes qui l’ont reléguée du côté du pathologique (la femme hystérique), de l’irrationnel (la femme misérablement émotive), du mal (la femme de Pandore à Ève, responsable de tous les maux de la terre), etc.. La femme et la métaphore, traditionnellement conçues comme des forces expropriatrices et corruptrices de la langue instituée, entretiennent une complicité désavouée de même qu’un rapport conflictuel avec la « fonction-auteur2 » qui détermine un travail d’appropriation, de régulation et de responsabilisation. Considérant la langue depuis les enjeux de pouvoir qu’elle comporte, on peut concevoir l’écriture sommairement de deux manières. Dans une première perspective, disons théorique et scientifique, écrire serait prendre possession de la langue, l’instrumentaliser, l’infléchir, la domestiquer. Cette position de maîtrise langagière est problématique pour l’écrivaine qui souhaite se distancer du schéma propriétaire-possédé(e) qui la confine soit au rôle de victime, soit au rôle de castratrice. Selon une seconde perspective, écrire serait se laisser entraîner par le langage. L’écriture est alors l’expérience d’un dessaisissement de soi et s’avère un moyen d’accéder à une pensée qui excède sa conscience. Cette conception mystique de la pratique de l’écriture peut être comprise hors de son contexte religieux, entre autres lorsqu’on cherche à établir une autorité non dominatrice (pourtant pas non violente) qui s’écarte des bons usages langagiers, politiques et sociaux.

Mal user de la métaphore (déjà une perversion langagière à enrayer si l’on veut être parfaitement compris) n’est pas seulement une manière de subvertir les critères esthétiques des Belles Lettres, c’est une manière de questionner les critères de communication entre un auteur et ses lecteurs. Ricoeur disait de la métaphore qu’elle est une « méprise catégoriale calculée3 ». En ce sens elle est une fausseté volontaire, une ironie en ce qu’elle dit autre chose (souvent le contraire) que ce qu’elle dit. Elle laisse un reste sémantique inépuisable. Ce reste est encombrant et/ou passionnant pour les interprètes. Mon hypothèse de recherche est celle-ci : la métaphore inappropriée conforte une posture stratégique chez certaines écrivaines qui, comme tous les ironistes, jouent à celles qui ne savent pas ce qu’elles disent. Ainsi elles poussent leurs interlocuteurs en recherche d’une langue propre, claire et lisible, à se trahir ou à se contredire d’eux-mêmes.

Ma conception d’un engagement langagier ironique « féminin » (féminin car il se pose, même de manière très suspecte, comme passif envers le langage qui le possède) puise à même la mystique langagière moderne développée au tournant du XXème siècle dans les théories du langage de K. Kraus4, W. Benjamin5 et L. Wittgenstein6 et réfère à l’ontologie de la philosophe contemporaine C. Malabou7. Ces dernières années, le problème de l’essor d’une voix auctoriale féminine est envisagé presqu’exclusivement sous l’éclairage des théories de la déconstruction féministe. Mon étude contribue à un nécessaire dépassement, de même qu’à un approfondissement de ces théories en mettant l’accent sur les manifestations formelles d’un dilemme fondamental du sujet écrivant, qu’il soit en réalité homme ou femme. Car ces interrogations sur ce que signifie bien ou mal écrire, pour qui et selon qui, ravivent un questionnement banal, éternellement d’actualité : comment construire une autorité qui ne singe pas celle des dominateurs ou des censeurs ? Comment travailler le langage sans créer de nouvelles normes d’assujettissement ? Il importe de comprendre cette autorité à la lumière de l’u-topie. Ce lieu impossible, sans topos donc sans lieu circonscrit, c’est entre autres selon Elfriede Jelinek celui de la femme qui se consacre à l’expérience d’une pensée du dehors, sans place délimitée dans l’édifice langagier :

« La femme n’a aucun lieu. Avec le regard de l’immigrant sans voix, de l’habitant d’une planète étrangère, de l’enfant qui n’est pas encore intégré, la femme regarde de dehors l’intérieur de la réalité à laquelle elle n’appartient pas. De cette manière elle est condamnée à faire parler la vérité et non la belle apparence. « La vérité est exigible de l’humain », disait Ingeborg Bachmann.8 »

Les écritures de Bachmann, Duras, Plath et Jelinek sont apparentées en ce qu’elles mettent à profit un complexe –  largement féminin mais pas seulement – d’imposteure au sein du discours. Les maladresses stylistiques, qui sont les symptômes de cette condition d’inadaptée ou de mal éduquée, ne sont plus conçues comme des obstacles au déploiement d’un discours vrai. Au contraire, ce manque d’un lieu propre garantirait à la femme un point focal révélateur. C’est pour rendre compte de cette marginalité assumée plutôt que refoulée (il est bon de rappeler que Jelinek l’évoque en termes de fatalité plutôt que de revendication héroïque) que j’ai recours au terme de « paramétaphore ». Ce concept rend compte d’un usage déviant et incorrect des images littéraires. Quand Bachmann reprend une métaphore comme Flaubert sans la mettre entre guillemets, quand Plath parle de son père comme d’un nazi, Jelinek d’un pénis comme d’une musiquette en berne, Duras d’Anne-Marie Stretter comme de la mort, ce n’est pas qu’une métaphore. Ce n’est ni exactement ça, ni son contraire. Ces écritures se développent au plus près de la métaphore, mais aussi encombrent le mouvement habituel de cette dernière. La métaphore se dirige normalement vers un point idéal, vers sa résolution dans un sens propre, identifiable et partageable par tous ; alors que les métaphores boiteuses, résolument « impropres », résistent à leur assimilation dans le langage savant ou courant que Ingeborg Bachmann dédaignait comme « la langue médiocre9 » (die schlechte Sprache).

Chez les écrivaines qui m’intéressent, la langue est envisagée comme un agent quasi autonome. Elle est d’une violence ravissante et pourtant non souveraine ; c’est une chienne de garde infidèle comme l’écrit Jelinek10. L’écrivaine qui prend une pose féminisée – elle sert la langue chienne plutôt qu’elle ne la domestique à la dure – s’engage dans le polemos langagier évoqué plus haut. Cette guerre entre le propriétaire et sa bête capricieuse n’est plus à situer entre l’homme et la femme comme individus, mais entre deux fonctions paradoxales du voile langagier: abriter et abîmer. En effet la langue comme voile (cette métaphore structure toute la philosophie occidentale) recouvre la réalité et l’altère. La conception de la vérité comme déchirure de ce voile des apparences est remise en cause par l’autorité qui m’intéresse. Plutôt que comme dévoilement spectaculaire et irruption d’une vérité impensable dans le discours sensé, je veux analyser le travail de l’écriture comme processus de recouvrement. Les métaphores y sont déplacées, les voiles sont multipliés pour montrer que le mensonge est dans la prétention à dire une vérité sans voile. C’est sciemment que pour définir cette écriture voilée désarmant les réflexes habituels de lecture je privilégie, plutôt que le vocabulaire de la destruction, de la déconstruction et de la résistance, les termes de déviance, de perversion et de distorsion du matériel langagier. Car davantage qu’une terroriste qui brûle les images toutes faîtes, je considère que Jelinek, à l’instar de Duras, Plath et Bachmann, reprend ces images, les reprise et les agence pour les donner à voir sous une lumière inédite gênante.

Plusieurs problèmes méthodologiques se posent dès qu’on approche la question de la légitimité (ou de l’illégitimité volontaire) de la voix auctoriale féminine. D’abord car la femme, son écriture, son style ont d’abord été théorisés (métaphorisés et idéalisés!) par des penseurs hommes. Le premier chapitre sera consacré à une comparaison polémique des théories de la métaphore et de l’écriture féminine. En rapprochant ces deux figures de la langue impropre, je veux montrer comment elles sont mises à profit dans divers systèmes théoriques. Je souhaite ainsi montrer les enjeux philosophiques du travail sur la métaphore, ceci non afin d’élaborer une théorie qui soit ensuite vérifiée chez chacune des écrivaines de mon corpus, mais bien pour montrer que la théorisation de la femme et de la métaphore entraîne la réification et la fétichisation de leur dimension inappropriable. Après ce chapitre philosophique, je me propose conséquemment de mener une enquête plutôt que de développer une théorie savante, suivant à chaque chapitre une écrivaine et analysant précisément ses mésusages métaphoriques de la langue. Après ce parcours je proposerai une réflexion sur le rôle de l’autorité ironique dans le développement d’une pensée littéraire, à distinguer des métadiscours de la philosophie et de la critique littéraire.  

La langue sale de Jelinek 

Première de couverture de l'édition allemande de "Lust" (Rowohlt)
Première de couverture de l’édition allemande de « Lust » (Rowohlt)

En ce qui concerne l’examen du « cas » Jelinek, je me pencherai sur son roman Lust. Cette pornographie est échouée, ceci nécessairement puisqu’aux dires de l’auteure même, il n’y a pas de langue propre qui puisse surgir du trou de l’obscur objet du désir masculin. Plus précisément j’analyserai les inventives métaphores des organes sexuels qui y abondent. Je montrerai que ces métaphores n’ajoutent pas en mystère, mais en obscénité. Elles opèrent une distorsion de la logique sacrificielle qui fonde l’érotisme que Jelinek démystifie par son travail sur la langue. La notion d’ob-scénité, déterminant ces métaphores qui se placent devant la scène de la représentation et la gênent, sera la pierre angulaire de ma réflexion sur l’écriture de Jelinek qui sera pensée comme exhibition perverse, non pas de la « chose » désirée, mais d’un revêtement langagier de mauvais goût.

Le « je » narratif s’exclame : « J’aimerais, arrivée à ce point, revêtir les mots d’un sens nouveau ! » puis : « Voici que le langage en personne veut se mettre à parler !11  » et incarne une autorité impersonnelle qui procède par amplification, juxtaposition et accumulation. Ce travail de recouvrement se distingue de la conception traditionnelle du travail de l’écrivain viril qui trace, découpe et blesse la langue avec son stylet.

Entre l’homme aux prises avec « sa masse critique », « son produit intime », « sa source vive », « son lourd quignon » et la femme disposant tant bien que mal de « son parking souterrain », « les sous-bois de la culotte », « son sillon » et « son cul [qui] se déploie telle une chaise pliante », le plaisir de la chair est frustré, relayé par le plaisir du texte. Ou peut-être est-ce justement cette distinction entre la chair et le texte qui est remise en cause ? Au travers l’écriture, ce qui est profané dans un esprit grivois, ce n’est plus (seulement) le corps féminin mais la symbolique mystique qui est à la racine de l’érotisme tel que l’a défini entre autres G. Bataille12. On verra en quoi et au nom de quoi Jelinek réduit les métaphores à l’absurde, parodiant ainsi la rhétorique des « mystérieuses cènes de ménage13 » jusqu’à leur enlever tout horizon interprétatif noble.

Projet mené au département de littérature comparée de l’université de Montréal sous la direction de Terry Cochran et Barbara Agnese. Financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et le Ministère de l’éducation du Québec.

Pour citer ce billet : Catherine Lemieux, « Le problème de la métaphore chez Jelinek, Bachmann, Plath et Duras », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 15 août 2015. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/1608 (consulté le…)

  1. Paul RICOEUR, La métaphore vive, Seuil, Paris, 1975. []
  2. Michel FOUCAULT, « Qu’est-ce qu’un auteur? », in Dits et écrits, Gallimard, Paris, 1969. []
  3. Paul RICOEUR, La métaphore vive, op. cit., p. 250. []
  4. Karl KRAUS, Die Sprache, Suhrkamp, Frankfurt am Main, 1987, Karl KRAUS, Aphorismen. Spruche und Widerspruche. Pro domo et mundo. Nachts, Suhrkamp, Frankfurt am Main, 1986. []
  5. Walter BENJAMIN, « La tâche du traducteur », « Sur le langage en général et sur le langage humain » et « Sur le pouvoir d’imitation », in Oeuvres I et II, trad. de Maurice de Candillac, Rainer Rochlitz et Pierre Rusch, Gallimard, Paris, 2000. []
  6. Ludwig WITTGENSTEIN, Tractatus Logico-philosophicus, trad. de G.G. Granger, Gallimard, Paris, 2001. et Ludwig WITTGENSTEIN, Recherches philosophiques, trad. de Françoise Dastur, Maurice Élie, Jean-Luc Gautero, Dominic Janicaud,  Élisabeth Rigal, Gallimard, Paris, 2005. []
  7. Catherine MALABOU, Changer de différence. Le féminin et la question philosophique, Galilée, Paris, 2009. []
  8. Elfriede JELINEK, “Der Krieg mit anderen Mitteln”, in Christine Koschel, Inge von Weidenbaum (Hg.), Kein objektives Urteil nur ein lebendiges, Texte zum Werk von Ingeborg Bachmann, Piper, München, 1989, p. 316-317; nous traduisons. []
  9. voir entre autres Ingeborg BACHMANN, « Leçons de Francfort » in Oeuvres, trad. Elfie Poulain, Actes Sud, Paris, 2009. []
  10. voir Elfriede JELINEK, Im Abseits [En ligne] http://www.elfriedejelinek.com/, et en traduction française : http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/literature/laureates/2004/jelinek-lecture-f.html. pages consultées le 17/07/2015. []
  11. Elfriede JELINEK, Lust, in Œuvres romanesques, trad. Maryvonne Litaize et Yasmin Hoffmann, Actes Sud, Paris, 2008, p. 434-435, puis p. 440. []
  12. Georges BATAILLE, L’Érotisme, Minuit, Paris, 1957, Georges BATAILLE, La part maudite, Minuit, Paris, 1949. []
  13. Elfriede JELINEK, Lust, op. cit., p. 457. []

Catherine Lemieux

Catherine Lemieux habite Vienne où elle rédige sa thèse entamée au département de littérature comparée de l'université de Montréal.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *