Une percée (de, autour de Shahin Najafi), essai engagé de Jelinek

Auteures : Bridou Lucie, Facchetti Marina, Hechler Marie, Jouy Elisabeth et Racine Emma

Avec ce court essai paru en 2013 sur son site personnel dont nous proposons ici une traduction en français, Elfriede Jelinek, prix Nobel de littérature en 2004, s’engage pour défendre Shahin Najafi, poète iranien sur qui pèse une menace de mort depuis la parution de « Naghi » en 2012.

Il vit désormais sous protection en Allemagne, et pour défendre ce compositeur-interprète de nombreux artistes allemands, dont Jelinek, ont co-signé un « appel à la solidarité », que nous avons également traduit. Shahin Najafi a publié en 2013 un livre dans lequel il explique sa situation, et auquel Jelinek fait référence dans son essai. Ce texte, dont la traduction représente un véritable défi, de par la complexité et l’étrangeté de la langue, de la syntaxe, des phrases interminables, des jeux de mots, a été traduit par cinq étudiantes en licence de LLCE allemand (Langue, Littérature et Civilisation étrangères) à l’Université de Bourgogne, dans le cadre d’un projet coordonné par leur enseignante Mme Klein lors de leur cours de traduction. Nous insistons donc sur le caractère perfectible de cette traduction qui reste le fruit d’un travail pédagogique et universitaire et non de traducteurs professionnels, et dont la visée première n’est pas éditoriale.

Bild-Solidaritätsaufruf

Une percée (de, autour de Shahin Najafi)

Nous, hommes et femmes qui sommes intervenus en faveur de Shahin Najafi  afin qu’il ne soit pas arrêté, torturé et exécuté, nous sommes à la fois tout à fait incapables de concevoir ce que cela signifie de vivre constamment en danger de mort alors que l’on ne veut qu’écrire, chanter et jouer de la guitare. Bien sûr, ce poète/chanteur veut bien plus que cela, mais d’un autre côté il n’existe rien de plus précieux que de rester en vie. Il veut tout ce qui devrait pourtant être évident, oser écrire, penser. A nos yeux, ce n’est rien ou tout au plus un objectif personnel, pour d’autres, cela représente tout.

Ce que je trouve très intéressant, c’est que le poète iranien Shahin Najafi ait si souvent recours à la métaphore de l’hymen (enfant, suite à un cours d’éducation sexuelle quelque peu académique de ma mère, je m’étais très longtemps imaginé des choses bizarres à ce sujet, comme quoi on aurait été cousues ou refermées ou quelque chose dans ce genre-là. Ce n’est valable que pour le sexe féminin, les hommes n’en ont pas), et ce aussi bien en tant que métaphore (« Nous pensions que personne ne pourrait déchirer notre hymen, la toile de notre vie ») qu’en référence à une industrie de reconstruction gynécologique florissante dans son pays. Dans un état bigot, tous se raccrochent à la fiction selon laquelle on pourrait revenir en arrière dans l’histoire, reconstruire une innocence autoproclamée, et les médecins démontrent d’ailleurs constamment, presque par le biais d’une industrie de masse, que c’est possible. Quelque chose qui fut un jour la nature peut être réparé pour devenir une sorte de nouvelle innocence, de nouvelle nature, comme si l’ancienne était ainsi effacée. Quelque chose qui s’est produit n’a jamais eu lieu. Ce qui n’est cependant pas possible – et le poète/chanteur s’y heurte comme contre un mur avec son coussin moelleux qui n’est pas là pour qu’on se repose, avec son art (car à part ça, il n’a rien) contre le mur du régime en place -,  c’est la reconstruction de l’intégrité humaine, c’est de rafistoler les centaines de milliers de personnes torturées, c’est de ramener les morts à la vie. L’artiste est alors au bord du précipice et tombe lui-même dedans. Malgré la menace, il n’essaye pas de se hisser vers une sorte de contrôle comme cherchent souvent à le faire les artistes occidentaux, qui ne semblent se confronter, en toute circonstance, qu’à eux-mêmes. Shahin Najafi sait qu’il doit se confronter encore et encore à eux tous, même à ceux qui ont été assassinés, pour parvenir seulement à devenir lui-même, ce qu’il ne peut être que parmi eux. Tout comme les femmes dans son pays, qui ont tous les droits, peuvent étudier (depuis quelque temps plus tout ce qu’elles veulent, en tout cas pas toutes), et qui en même temps n’ont le droit de rien, puisque c’est le fétiche d’un petit bout de peau, une réserve qui doit être bien gardée mais qui peut à tout moment être réimplantée par le biais de quelque chose d’artificiel comme du silicone – non, on en a besoin ailleurs, ici du fil et une aiguille suffisent, et le fil disparaît à nouveau de lui-même – comme si de rien n’était (c’est là précisément qu’est l’absurde, un obstacle qui n’en est pas un, une barrière qui laisse pourtant la voie libre à tous, peu importe qu’elle soit en haut ou en bas, la barrière je veux dire, qu’elle soit ouverte ou bien fermée), qui doit leur donner leur réalité, leur droit d’exister, et devra encore et toujours le leur redonner, car ce qui a été donné doit être rendu. La femme n’existe qu’en tant que vierge ou en tant qu’épouse, mais aussi, si l’on veut, en tant qu’épouse à durée déterminée, ce que l’on peut toujours, et de plus en plus souvent volontiers devenir. Un État de la dissimulation, une cité de Dieu qui blasphème en même temps son propre Dieu (les hérétiques ne sont pas ceux qui sont sanctionnés et menacés, ceux dont la tête est mise à prix !) en le fétichisant, ce qui encore une fois signifie simplement qu’on pourrait le remplacer par tout et n’importe quoi, par n’importe quelle partie, ce qui est justement la fonction du fétiche. Un blasphème monstrueux! Un Dieu que l’on peut offenser si facilement ! Un Dieu qui reste caché et dont on n’a pas le droit de prononcer le nom, que l’on n’a pas le droit de représenter par une image, prive ceux qui croient en lui, précisément parce qu’il est si loin et ne doit pas être montré, de toute représentation du sacré et ainsi de tout secret. Tout comme le secret de la virginité n’en est plus un, puisque tout corps permet un accès à tout moment et qu’une petite astuce technique, un procédé de reconstruction chirurgicale, rétablit presque sans peine, du moins sans trop de labeur, ce secret de polichinelle. Mais un secret qui peut toujours être de nouveau percé et de nouveau exhibé n’en est pas un. Et aussi bien Dieu, qui reste toujours loin, que la vierge, que l’on peut toujours faire revenir en arrière, réinitialiser, représentent un danger, le danger que le Juste et le Vrai se dérobent à jamais, soient dérobés aux Hommes par des Hommes, alors qu’ils peuvent en même temps être sans cesse refaits à neuf ou tout comme.

Dans ce livre de Shahin Najafi, l’Iran est à la fois quelque chose de visible et d’invisible (et d’ailleurs, l’auteur lui-même n’a pas pu revoir ce pays depuis longtemps, il peut à vrai dire aussi se faire tuer chez nous, c’est possible partout, cela ne change pas grand-chose). C’est quelque chose que je ne comprends pas, donc je ne peux pas vraiment écrire là-dessus, c’est à peine si je peux essayer. On a là un pays qui est cultivé par des gens comme on cultive un champ (pas comme on se cultive avec des livres ou quoi que ce soit d’autre que l’on commande, par exemple sur Amazon), et dans ce pays, l’opinion aussi est cultivée et commandée, mais la plupart des gens ne vont même pas récupérer leur colis. Qu’ils soient cultivables comme des champs semble d’une certaine manière être dans la nature des Hommes, en ce qu’ils adoptent, acceptent la « formation d’opinion » (Heidegger) commandée par leurs maîtres, et peut-être même en sont-ils avides parce qu’autrement il faudrait bien qu’ils pensent par eux-mêmes. Donc : on pousse ici un être vivant, l’Homme, à s’occuper de sa communauté, ce qui peut signifier travailler contre cette communauté, agir par tous les moyens contre elle afin de l’améliorer. Un homme comme cet auteur/chanteur cultive son champ, et c’est tout le contraire de la naturalité : il agit, il a fait quelque chose de sa vie, et maintenant il aimerait faire quelque chose d’autre de la société dont il vient et qui l’a repoussé (il a dû partir, sinon, on lui aurait enlevé la vie, et même ici il est encore en danger), quelque chose qui ne menacerait plus sa propre vie ni celle de tant d’autres, lorsqu’à leur tour ils cultivent la société, la travaillent, la rendent fertile, tel ce champ précisément.

Alors quel est le sens de ce fabuleux hymen qui peut également représenter la différence entre la vie et la mort (à la campagne, des gens sont encore lapidés pour ça !), je n’ai toujours pas pigé ? S’agit-il de la percée, de la traversée de quelque chose qui mène ensuite dans le vide ou dans la célèbre « non-occultation » du philosophe, dans laquelle se déroule la commande, non, pas celle par le réseau d’un autre serveur (il y a donc deux ordinateurs qui chacun envoient et traitent une commande, deux machines qui communiquent l’une avec l’autre et qui ce faisant n’ont rien à craindre), mais la commande (en fait la culture) du champ-société, et qui consiste à arracher et à présenter quelque chose qu’un régime bigot, meurtrier, veut garder dissimulé ; et celui qui présente, qui montre, dans ce cas un chanteur/poète, peut à tout instant être avalé par l’obscurité qui peut être sa mort, c’est-à-dire une nouvelle ré-aspiration, mais du néant vers le néant. Ou alors s’agit-il avec cette perforation, cette pénétration, de quelque chose qu’il revendique : la vérité ? Mais elle ne se laisse pas saisir aussi facilement qu’une femme par ce simple acte à travers ce petit bout de peau, on doit d’abord la prononcer à haute voix, et ce pour se libérer soi-même. Oui, peut-être que c’est ça (je ne comprends toujours pas, mais allez-y) : cette percée déchire la toile de la vie – non, au contraire, c’est la mise à nu d’un chemin vers soi-même. Quand un artiste se sent poussé à poursuivre de ses ardeurs la vérité, justement sans simplement la mettre au second rang, alors ce n’est pas la vérité, alors c’est lui-même qui est mis au défi. Et il faut qu’il en soit ainsi. Jusqu’à ce que son objet, sa vérité, disparaisse et en même temps apparaisse dans cette pénétration créatrice qui est tout sauf une simple insistance déplacée. Il le fait comme un artiste, comme tant d’autres. Comme un artiste parmi d’autres. Comme un artiste qui a quelque chose à commander qu’il doit lui-même livrer pour pouvoir rester là où il est, pour pouvoir retourner là où, au fond, il est toujours resté même s’il a dû partir. Sinon, cela ne pourrait lui être délivré, et ce, par lui-même. Ce que ce poète a commandé, il faut aussi qu’il le livre lui-même, il le sait. Sinon, personne ne le fera.

Traduit par Bridou Lucie, Facchetti Marina, Hechler Marie, Jouy Elisabeth et Racine Emma

Texte original : Elfriede Jelinek, « Ein Durchbruch (von, zu Shahin Najafi) », in http://www.a-e-m-gmbh.com/ej/fnajafi.htm, daté du 14.04.2013, consulté le 17.05.2015 (= site d’Elfriede Jelinek, rubriques « Zu Politik und Gesellschaft », « Archiv 2013 »).

***

Solidarité avec Shahin Najafi

Shahin Najafi15 juin 2012

Le musicien iranien Shahin Najafi, qui vit en exil en Allemagne depuis 2005, est menacé de mort parce que dans l’une de ses chansons, il appelle le dixième imam, mort en 869, à revenir sur terre. Son texte est une critique satirique du régime dictatorial. Certains grands ayatollahs iraniens le qualifièrent d’hérétique méritant la peine de mort. La tête de Shahin Najafi fut mise à prix pour 100 000 $. Nous témoignons notre respect pour le courage dont fait preuve Shahin Najafi, qui ne se laisse pas intimider et continue à s’engager artistiquement. Car l’art doit être libre. L’art doit pouvoir s’épanouir et doit pouvoir provoquer. La liberté de l’art est un droit universel de l’homme. Les menaces de mort qui pèsent sur les artistes et sur ceux qui pensent autrement sont la mort de cette liberté.

Nous nous solidarisons avec Shahin Najafi et invitons l’opinion publique et les politiques à soutenir notre collègue sous quelque forme que ce soit et à œuvrer pour sa sécurité.

Frank-Markus Barwasser • Sibylle Berg • Horst Bosetzky • Volker Braun • Fred Breinersdorfer • Campino • Frank Castorf • Pepe Danquart • Friedrich Christian Delius • Doris Dörrie • Andreas Dresen • Egotronic • Valie Export • Harun Farocki • Jürgen Flimm • Hans W. Geißendörfer • Jochen Gerz • Günter Grass • Hans Haacke • Nele Hertling • Klaus Hoffmann • Elfriede Jelinek • Necla Kelek • Navid Kermani • Barbara Klemm • Kirsten Klöckner • Wolfgang Kohlhaase • Uwe Kolbe • Sebastian Krumbiegel • Helmut Lachenmann • Jaki Liebezeit • Jan Josef Liefers • Udo Lindenberg • Frank Lüdecke • Terézia Mora • Björn Peng • Moritz Rinke • Robert Schindel • Volker Schlöndorff • Gerhard Schmidt • Ingo Schulze • Bertold Seliger • Smudo • Mathias Spahlinger • Tilman Spengler • Klaus Staeck • Johano Strasser • Uwe Timm • Frederik « Torch » Hahn • Rosemarie Trockel • Manos Tsangaris • Andres Veiel • Nike Wagner • Günter Wallraff • Hannes Wader • Konstantin Wecker • Marius Müller-Westernhagen

Traduit par Bridou Lucie, Facchetti Marina, Hechler Marie, Jouy Elisabeth et Racine Emma.

Le texte original de l’appel à la solidarité a également été mis en ligne par Jelinek sur son site sous son essai consacré à Shahin Najafi (http://www.a-e-m-gmbh.com/ej/fnajafi.htm).

Pour citer ce billet : Etudiantes germanistes LLCE1 de l’université de Bourgogne, « Une percée (de, autour de Shahin Najafi), essai engagé de Jelinek », traduit en français par Bridou Lucie, Facchetti Marina, Hechler Marie, Jouy Elisabeth et Racine Emma, Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 17 juin 2015. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/1310 (consulté le…)


Etudiantes germanistes LLCE1 de l'Université de Bourgogne

Bridou Lucie, Facchetti Marina, Hechler Marie, Jouy Elisabeth et Racine Emma sont étudiantes germanistes de la filière LLCE (Langues, Littératures et Civilisations Etrangères, spécialité allemand) de l'Université de Bourgogne. Elles publient collectivement dans le cadre du projet de traduction conduit en cours de version avec leur enseignante, Mme Delphine Klein.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *