« Das Weisse vom Ei » (Une île flottante) d’après Labiche dans la traduction d’E. Jelinek

Interview avec le dramaturge à la mise en scène Malte Ubenauf publiée en version originale le 4 juin 2014 sur ce blog – traduite en français par Cécile Chamayou-Kuhn à l’occasion de la tournée française du spectacle « Das Weiße vom Ei » (Une île flottante) d’après Eugène Labiche.

EugèneLabicheLe 21 décembre 2013, la création « Le blanc de l’œuf – une île flottante » d’après Labiche, traduit par Elfriede Jelinek a été représentée pour la première fois au théâtre de Bâle, sous la direction de Christoph Marthaler. 22 ans après la mise en scène de L’Affaire de la rue Lourcine (en 1991) au même endroit (également traduite par la prix Nobel), le metteur en scène suisse-allemand a de nouveau recours à une traduction de Jelinek – La Poudre aux yeux (traduite en 1988) – qu’il combine ingénieusement avec deux autres comédies bourgeoises/vaudevilles d’Eugène Labiche : Un Mouton à l’entresol et Les Suites d’un premier lit. Marthaler opte pour un nouveau titre qui fait référence au grand classique des desserts français, l’île flottante. À l’instar du mets sucré, la création s’avère tout aussi inconsistante. Le verbiage en continu, les calembours à répétition, les promesses creuses et les faux-semblants réussis s’apparentent à cette mousse à base de blanc d’œuf : tout fond au moment de sa consommation. Créée au théâtre de Bâle, la mise en scène investit les deux langues pratiquées dans cette région transfrontalière, l’allemand et le français. Les acteurs parlant toujours dans leur langue maternelle, des sous-titres permettent au public non bilingue de suivre les échanges stichomythiques. Ci-dessous, un entretien avec le dramaturge Malte Ubenauf sur cette mise en scène.

A. Vennemann : Das weiße vom Ei (Une île flottante) est une comédie bilingue qui est composée de deux pièces La poudre aux yeux (1857) et Un mouton à l’entresol (1875) d’Eugène Labiche. Les auteurs de chacune des traductions sont Elfriede Jelinek (1988 : Um die Wette) et Jürg Läderach. Comment avez-vous abouti à un tel regroupement ?

Malte Ubenauf : Il s’agit en réalité du regroupement de trois pièces : Les suites d’un premier lit (1852), La poudre aux yeux (1857) et un Mouton à l’entresol (1875). Folgen aus erster Ehe (1852) joue en définitive un plus grand rôle que Mouton à l’entresol, qui n’est que partiellement actuel et qui constitue pour ainsi dire le reste d’un projet initialement conçu de manière différente. Dès 1991, Christoph Marthaler avait dirigé la mise en scène de l’Affaire de la rue Lourcine à Bâle et il voulait à l’origine continuer ce travail, c’est-à-dire faire une soirée Labiche avec Anna Viebrock. Elfriede Jelinek avait, il y a quelque temps déjà, confié à Marthaler la pièce La poudre aux yeux (traduite en 1988).

Au début des répétitions, 5 à 6 comédies de Labiche devaient être assemblées les unes aux autres de façon à ce que les personnages, les acteurs et les spectateurs se perdent dans ce méli-mélo. Il n’y a aucune échappatoire ni sortie possibles, ce qui est du reste typique des textes de Labiche. Après la première semaine de répétitions, il fut évident qu’une autre voie devait être trouvée et qu’il devait y avoir une pièce centrale (Poudre aux yeux) de laquelle on peut de temps en temps s’éloigner.

Nous étions en outre en contact avec l’auteur suisse Jürg Laederach qui a très gentiment traduit Un mouton à l’entresol pour la mise en scène.

L’affaire de la rue Lourcine fait partie des traductions de Jelinek les plus jouées dans les pays germanophones (39 mises en scène entre 1988 et 2011 !), alors que La poudre aux yeux a beaucoup moins été mis en scène. Qu’y a-t-il de si particulier dans cette pièce – et dans la traduction de Jelinek – et pourquoi le titre de Jelinek (Um die Wette) a-t-il été modifié ? L’éditeur de pièces de théâtre Nyssen & Bansemer avait en effet à l’origine proposé un autre titre (Ein X für ein U)…

L’une des particularités de la mise en scène actuelle est l’attention que Marthaler prête à la forme des tirades dites en aparté : il y a un personnage (Catriona Guggenbühl) qui est lié à celui de Labiche et qui joue un rôle spécifique. Il est en quelque sorte figé dans ces situations. Afin de souligner cet aspect, la représentation débute par un prologue ; le rideau reste baissé et tous les acteurs forment, par leur discours, un entrelacs qui est lui-même une version raccourcie de la pièce Les suites d’un premier lit. Il s’agit presque d’un concentré annonçant la mise en scène qui doit suivre.

Cette soirée théâtrale prend ainsi l’aspect d’un projet, ce qui se reflète dans le titre. Ni le titre de Labiche, ni celui de Jelinek n’ont été donnés à la mise en scène qui a reçu son propre titre. La proposition a été faite par Christoph Marthaler lui-même. Elle décrit très bien l’essence de la pièce car „le jaune de l’oeuf“ est ici constamment emballé et n’est donc pas visible. Cette expression n’existant pas en français, il a fallu trouver un sous-titre qui traduise cette idée sous-jacente : le dessert français « l’île flottante » a toujours l’air appétissant, mais disparaît au moment même où on le mange. Il en va de même de la pièce à laquelle toute consistance manque.

Vous avez certainement comparé le texte français et le texte allemand. Quel sort Jelinek réserve-t-elle au texte de Labiche ? Pourrait-on parler d’une réécriture de la comédie française ou d’une modernisation de l’original ? Y a-t-il des différences ? Certaines scènes ont-elles été adaptées pour un public germanophone ?

Il s’agit de la traduction de Jelinek et le texte fait bien entendu l’objet d’une modernisation. Parfois, les acteurs français étaient étonnés des différences de sens que l’on retrouve entre l’original et la traduction. Hormis le mélange avec les deux autres pièces, aucune autre modification n’a été entreprise.

Pourquoi vous (et M. Marthaler) avez-vous décidé de conserver le texte français et le texte allemand ? Le but était-il de créer une atmosphère particulière ou cela a-t-il quelque chose à voir avec la situation géographique de Bâle ?

Cela tient à la constellation des acteurs. Elle a conduit Marthaler à attribuer un personnage aux acteurs en fonction de leur langue maternelle. D’emblée, il était évident qu’il y aurait une famille germanophone et une famille francophone et que la comédie serait jouée dans les deux pays, c’est-à-dire en Allemagne et en France. Le croisement entre la langue de l’original et la traduction est déterminant et est mis en lumière à travers le sous-titre et le titre de la pièce.

Par ailleurs, un seul acteur campe tous les personnages des domestiques. Graham Valentine joue le rôle de deux serviteurs différents (ainsi que celui de l’oncle Robert) sans adapter son apparence au changement de rôle.

Bref extrait de la mise en scène :


Le texte de Jelinek correspond-il à la fin du XIXe siècle en France ou le texte a-t-il été adapté à l’époque actuelle ? Et comment avez-vous abordé le texte ? Avez-vous respecté la diachronie grâce au décor par exemple ?

Les comédies de Labiche se caractérisent par la rapidité de leur rythme. Marthaler travaille dans une certaine mesure à contre-courant en insérant relativement beaucoup de pauses dans les tirades.

La synchronie de différentes périodes historiques est un élément central des mises en scènes dirigées par Marthaler et Viebrock. Des personnages d’aujourd’hui côtoient des objets qui nous éloignent d’aujourd’hui, comme par exemple certains accessoires du décor. Anna Viebrock pose la question suivante: « Quels objets les gens conservent-ils dans leur vie pour éviter qu’ils ne disparaissent à jamais ? »

Un magasin d’antiquités à Madrid constitue le point de départ du décor. Pour la décoratrice, il ressemblait à l’appartement de personnes qui se caractérisent exclusivement par la possession de choses matérielles et rien d’autre. C’est de là que sont nées les questions centrales pour la mise en scène : que signifie posséder et qu’est-ce que cela veut dire que d’être propriétaire ? Que se passe-t-il lorsque l’environnement d’une personne se réduit à ce qu’elle possède ? Le décor représente un salon encombré dans lequel vivent deux familles qui sont envahies par une nouvelle forme d’avidité. Le décor illustre cette avidité et est par conséquent représentatif de la vie intérieure des personnages.

Jelinek parle volontiers de traduction en termes de transfert (dans le sens d’exagération et de transposition) qu’elle associe au fait de « farfouiller dans l’eau » car « ce qui apparaissait de manière limpide comme une source devient subitement trouble et boueux ». Cela est-il également propre au travail de traduction qu’effectue Jelinek ? Vos acteurs et vous-même pouvez-vous le confirmer ?

Oui, absolument.

Au sujet de votre travail dramatique : comment avez-vous procédé ? Qu’est-ce qui était important pour les acteurs et pour le metteur en scène ? Y a-t-il eu des différends ?

Il y a eu des discussions avec les acteurs français qui ne parlent qu’un peu allemand. Lorsque nous avons retraduit le texte en français, nous avons constaté que les textes n’étaient parfois pas identiques. Il a donc fallu incarner et sous-titrer deux textes qui ne correspondaient souvent pas l’un à l’autre. Il ne peut pas non plus s’agir d’une traduction mot à mot, mais plutôt d’au moins deux perspectives sur un texte.

Les acteurs ont-ils travaillé et avec l’œuvre de Jelinek et avec celle de Labiche ? Il s’agit en effet de deux esthétiques et écritures fondamentalement différentes entre lesquelles il existe néanmoins certains parallèles…

Au départ, il avait à peu près huit comédies de Labiche qui étaient prévues et qui ont été lues et discutées, c’est-à-dire qu’il y a eu un travail préliminaire intense sur Labiche. Par ailleurs, certains acteurs avaient déjà joué dans L’Affaire de la rue Lourcine et connaissaient par conséquent bien le vaudeville français. De toute façon, Labiche ne représente rien de nouveau pour les acteurs francophones et on peut parler d’une sorte de « formation première ». Dans ce contexte, nous avons moins travaillé avec l’oeuvre littéraire originale de Jelinek.

Comment le regroupement des textes de Labiche et de Jelinek est-il perçu par le public de Bâle ? La mise en scène met-elle à mal certains clichés ?

Marthaler a affaire à Bâle à un public bilingue qui n’a pas de problème à ce niveau car la plupart des spectateurs parle les deux langues. Quant à la façon dont la mise en scène est accueillie en France et en Allemagne, et bien on le saura prochainement. Par ailleurs, les sous-titres jouent un rôle particulier. Des représentations sont prévues à Paris, Winterthur et Lausanne entre autres.

Quel rôle joue à votre avis le vaudeville français aujourd’hui dans l’espace germanophone ? Permet-il de se distraire (en offrant une coupure et en changeant du quotidien) ou possède-t-il également une visée politique et sociale ?

Je ne peux pas vraiment répondre parce que je n’ai pas une vision globale du rôle que joue le Vaudeville dans les théâtres municipaux des pays germanophones.

Dans un article sur le travail de traductrice d’Elfriede Jelinek, Elisabeth Kargl écrit que Jelinek conçoit le vaudeville français comme le précurseur de la comédie « slapstick » américaine : « Au théâtre », écrit Jelinek, « Feydeau et Labiche demeurent incomparables au niveau du rythme. Il y a plaisanterie sur plaisanterie ; il n’y a que le film avec ses nombreuses possibilités techniques qui puisse encore dépasser ces cochons d’inde courant à toute vitesse à l’intérieur de leur roue : la roue tourne, tourne et, épuisés, ils se retrouvent à la fin exactement à l’endroit d’où ils sont partis ». Cela vous paraît-il pertinent pour Une île flottante ?

Oui, tout à fait.

Quelles libertés Jelinek laisse-t-elle à ses co-auteurs, surtout lorsqu’elle se « contente » de traduire un texte en allemand ?

Elfriede Jelinek et Christoph Marthaler ont énormément confiance l’un en l’autre. Par conséquent, il existe une grande liberté au niveau de l’adaptation.

Avec les remerciements d’A. Vennemann pour cet entretien.

Traduction : Cécile Chamayou-Kuhn

Spectacle en français et en allemand surtitré à voir à l’Odéon du 11 au 29 mars 2015

Costumes : Anna Viebrock

Dramaturgie : Malte Ubenauf

Acteurs : Carina Braunschmidt, Marc Bodnar, Raphael Clamer, Catriona Guggenbühl, Ueli Jäggi, Graham F. Valentine, Nikola Weisse

Pour citer ce billet : Aline Vennemann, « « Das Weiße vom Ei » (Une île flottante) d’après Labiche dans la traduction d’E. Jelinek », traduit en français par Cécile Chamayou-Kuhn, Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 2 mars 2015. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/1288 (consulté le…)


Aline Vennemann

Qui suis-je ? - Un double cursus de philosophie et d'allemand m'a conduit à effectuer un doctorat en cotutuelle en études théâtrales et germaniques à Rennes et à Berlin. Pendant deux ans, j'ai enseigné la linguistique diachronique de l'allemand à l'Université de Haute-Alsace. A présent, je suis professeur d'allemand et de théâtre en section abi-bac.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.