Jackie, dans la mise en scène de Marcel Bozonnet (2006)

Peu après que le dramuscule Jackie d’Elfriede Jelinek a été présenté en 2004 par Bérangère Bonvoisin au festival de Michel Didym, « La Mousson d’été » de Pont-à-Mousson, dans la traduction de Florence Hetzel, l’actrice et metteur en scène avait exprimé son intérêt pour ce texte :

Judith Henry joue Jackie ©Jean Paul Lozouet
Judith Henry joue Jackie ©Jean Paul Lozouet

 « Je comprends très bien pourquoi ce Jackie a eu un prix dans sa version originale [= le prix de théâtre radiophonique, Hörspielpreis der Kriegsblinden] car je pense vraiment que c’est un texte philosophique important. […] J’ai peur que le public français s’arrête au premier pallier »1. L’actrice redoutait aussi, si jamais le spectacle venait à être produit en France, que ce soit « parce que Jelinek est à la mode, et non parce que les gens aimeront le texte. Quand j’ai emmené ce texte au festival, on me disait déjà que Jelinek était un auteur à la mode. Pourtant, ils ne l’avaient pas lu. Après coup évidemment, tous prétendaient l’avoir lu »2. Quoi qu’il en soit, ce court texte de théâtre de Jelinek est effectivement devenu « à la mode » : il s’agit aujourd’hui de la pièce de Jelinek la plus souvent mise en scène sur nos planches françaises, avec déjà sept mises en scène depuis 2006.

Revenons à la première d’entre elles : le texte Jackie est créé en France par Marcel Bozonnet à la Maison de la Culture d’Amiens le 15 septembre 2006. La pièce avait paru en 2003 dans un recueil qui regroupe sous forme de cycle cinq Drames de princesses, dans la traduction de Magali Jourdan et Mathilde Sobottke, également auteures d’une biographie d’Elfriede Jelinek3.

Pour prêter sa voix à l’unique « personnage » de cette pièce, Marcel Bozonnet choisit Judith Henry, actrice de théâtre et de cinéma reconnue depuis le César pour son rôle dans La Discrète de Christian Vincent (1990). C’est littéralement dans les habits du « personnage » éponyme de Jackie, figure féminine au centre de la pièce, que l’interprète doit se glisser. Jackie, une réminiscence de la grande dame des États-Unis Jacqueline Bouvier (1929-1994), veuve du président John F. Kennedy et du milliardaire grec Aristoteles Onassis, qui revient de l’au-delà pour invoquer ses morts et essayer de se trouver.

Peter-handkeL’« affaire Handke »

On peut s’étonner du choix de Marcel Bozonnet dans le contexte de 2006 et de son « altercation » avec Elfriede Jelinek. Tout commence alors qu’il occupe la fonction d’administrateur général de la Comédie-Française. En mai 2006, lorsqu’ éclate « l’affaire Handke », il prend la décision de retirer du programme la pièce Voyage au pays sonore ou l’art de la question de l’auteur autrichien Peter Handke4 dont on connaît la position proserbe. Scandalisé par la présence de l’artiste aux obsèques de Slobodan Milosevic, accusé de crimes contre l’humanité et de génocide, il explique au Monde : « Le théâtre est une tribune, son effet est plus large que l’audience de la seule représentation. Même si la pièce de Handke ne fait pas œuvre de propagande, elle offre à l’auteur une visibilité publique. Je n’avais pas envie de la lui donner »5.

De nombreuses voix s’élèvent alors contre cette décision ; parmi elles, celle d’Elfriede Jelinek, figure d’autorité depuis son prix Nobel. Dans la presse française, elle écrit : « Je suis horrifiée que la Comédie-Française fonctionne aujourd’hui comme une autorité de censure […]. En ne représentant pas sa pièce pour ces raisons la Comédie-Française, au passé si riche, s’inscrit dans la pire tradition de ces institutions culturelles qui, au temps des dictatures, mettent au rancart les artistes gênants et les condamnent au silence. Quiconque empêche un artiste d’exercer son métier (et, partant, de présenter ses œuvres au public), commet un crime non seulement contre ce poète mais contre le public tout entier »6 (on peut noter au passage que la prix Nobel de littérature 2004 n’a encore jamais eu sa place dans le répertoire de la Comédie-Française). A l’époque, Marcel Bozonnet, écarté de sa fonction d’administrateur par le ministre de la culture d’alors, ne semble pas lui en tenir rigueur : quelques semaines plus tard, les répétitions de Jackie commencent et Jelinek elle-même ne s’oppose pas à ce projet.

Une pièce, une « didascalie »

« Le roman de Jelinek m’avait frappé par ses situations extrêmes. C’est un étalage de sentiments, volontiers provocateur. J’ai toujours voulu le monter au théâtre du Vieux-Colombier. L’occasion se présente aujourd’hui à Amiens et j’en suis heureux ! »7 Le terme de « roman », que Marcel Bozonnet utilise alors pour qualifier la pièce que Jelinek nomme quant à elle un « drame de princesse », est frappant. Il faut dire que le texte principal – précédé d’une longue et unique « didascalie » qui n’en est pas vraiment une – n’est qu’un bloc monologique bannissant toute action, tout dialogue au sens traditionnel.

Jelinek fournit quelques indications scéniques précises dans la didascalie placée en amont du texte principal. Chaque alinéa est consacré à un aspect de la mise en scène : il est tout d’abord question des costumes et de quelques accessoires. Dès la première phrase de la didascalie, l’auteure écrit que « Jackie devrait faire son entrée en tailleur Chanel ». Une indication scénique qui est tout de suite remise en question : car, si elle ajoute entre parenthèses qu’ « il faudrait vraiment que vous [les metteurs en scène] ayez de très bonnes raisons pour faire autre chose ! », elle fait quand même une autre proposition : « On pourrait également prendre comme modèle cette dernière photo dans Central Park (avec Maurice Tempelsman), celle sur le banc en trench-coat, perruque (puisque chauve après la chimio), lunettes de soleil et foulard Hermès noué sur la tête »8. Le texte travaille les images de Jackie tout en faisant écho au Système de la Mode de Roland Barthes, dont on connaît l’importance dans la formation de Jelinek. Barthes commentait le vêtement-réel, le vêtement-image et le vêtement-écrit, Jelinek leur surimprime la Jackie-« réelle », qui se perd dans la Jackie-« image » et la Jackie-« écrite » : « Je suis mes vêtements, et mes vêtements sont moi »9. Elle s’est sacrifiée sur l’autel de la mode :

« On a presque plus parlé de mes vêtements que de moi. Et ça, ça veut dire quelque chose ! C’était mon écriture, mes vêtements. Mes vêtements étaient plus individuels que mes paroles, vous comprenez, alors qu’ils n’étaient que lignes, la forme fondamentale, tout cet apparat n’était qu’artifice, sobre, essentiel. Cercle, carré, sphère, cube. »10

L'éternelle mariée ©Jean-Paul Lozouet
L’éternelle mariée ©Jean-Paul Lozouet

Renato Bianchi a façonné deux costumes pour Judith Henry. L’un d’entre eux est une imitation du célèbre tailleur rose Chanel dans lequel se trouvait Jackie Kennedy le jour de l’assassinat de son époux à Dallas, mais ce n’est pas dans cette tenue que Jackie fait son entrée dans la mise en scène de Marcel Bozonnet. Elle porte tout d’abord une robe blanche d’éternelle mariée, immaculée, et dont la collerette est agrémentée par un collier d’énormes perles blanches. Jackie Kennedy, dont la presse suivait les moindres actes vestimentaires11, n’a pas d’autre existence que celle de son enveloppe. Le texte d’Elfriede Jelinek révèle son incapacité à affirmer pleinement son existence, une existence différente de celle que l’industrie de l’image et la société du spectacle s’arrachent :

« J’aimerais tellement aller vers moi-même pour me consoler mais il n’y a personne. […] Si j’étais un corps, cela m’étonnerait. J’agite la main devant mon visage. Hé ho ! Y a quelqu’un ? Mais je ne fais que me regarder. Pourquoi ne devrais-je pas me regarder ? Puisque tous les autres le font ? Non. Il n’y a personne. Même pas mes cheveux. Mon dieu, mais regardez-moi ça ! Il n’y a même pas mes cheveux. Absolument inhabitable ! »12

Sur scène, elle parle « pour  tenter, enfin, d’acquérir une existence qui la distinguerait de sa poupée de papier, elle aussi présente sur le plateau, vêtue du fameux tailleur rose »13. Ce n’est qu’au milieu de la représentation que Judith Henry va enfiler le fameux tailleur rose que Renato Bianchi a reproduit, « changeant de tenue sans pour autant trouver son corps »14.

La seconde partie de l’unique didascalie du texte d’Elfriede Jelinek « place la représentation sous le signe de l’effort », comme le souligne Marcel Bozonnet dans la note d’intention du dossier de la pièce mis à disposition du public, puisque, comme le stipule Jelinek, « [l]a comédienne doit péniblement traîner derrière elle les morts (accrochés les uns aux autres) et par conséquent s’essouffler de plus en plus, haleter, jusqu’à ce que, à un moment, elle doive interrompre le monologue parce qu’elle n’en peut plus ». Marcel Bozonnet et Adeline Caron (scénographe) ont finalement choisi une toute autre option – Elfriede Jelinek n’écrit-elle pas, en conclusion de sa didascalie : « Mais vous ferez certainement tout à fait autre chose »15 ? Tout en suggérant un dispositif de signes visuels, non-verbaux par des possibilités et des impératifs (elle recourt par cinq fois au verbe « falloir/devoir »), l’auteure se détache d’une fonction traditionnelle des didascalies. Elle remet en cause ironiquement ses pré-notations dans une adresse aux metteurs en scène. Ce procédé est la signature d’Elfriede Jelinek, qui, depuis la mise en scène de Raststätte (Restoroute) par Franz Castorf en 199416, se joue dans ses textes des rapports conflictuels qu’elle peut avoir avec certains metteurs en scène et plus particulièrement avec le « théâtre de régie » allemand (Regietheater).

© Jean-Paul Lozouet
© Jean-Paul Lozouet

Espace scénique, médiatisation, mortification

Adeline Caron et Marcel Bozonnet ont donné libre cours à leur imagination pour configurer l’espace scénique. Jonché de fleurs diverses (mimosas, lotus, roses) plantées par trois sur des supports en mousse imitant un bloc de bois, le plateau, visible avant même le début de la représentation (il n’y aura pas de lever de rideau), évoque à la fois l’artificialité et la mort à travers l’idée d’enterrement et l’hommage populaire aux stars éteintes ; Armelle Héliot y associe par exemple « les grilles du palais, quand mourut Diana », soulignant que si la princesse de Galles ne fait pas partie des figures féminines au cœur des Drames de princesses, elle aurait pu rejoindre Blanche-Neige, la Belle au bois dormant et Jackie17. Elfriede Jelinek mentionne d’ailleurs le mythe Diana dans le texte Die Prinzessin in der Unterwelt, inséré au recueil en guise de postface dans l’édition allemande Berliner Taschenbuch de 2004.

Deux tables sombres sont installées au milieu du parterre de fleurs synthétiques – on retrouvera l’image du plateau floral dans la mise en scène par Andreas Kriegenburg de la pièce Winterreise au Deutsches Theater de Berlin en 2011. L’une d’entre elles, côté Cour, ressemble à un bureau présidentiel sur lequel s’étend le drapeau des États-Unis. Sur l’autre table sont posés une carafe et un gobelet en plastique Mac Donalds, symbolisant la mondialisation et la prédominance de la culture américaine. Nous sommes bien en présence d’un mythe made in USA. Les quatre néons posés par terre sur le devant de la scène côté Cour soulignent de par leur forme rectangulaire la dimension mortuaire – ils forment un cercueil – tout en la liant à la thématique de la médiatisation. Car la lumière, émanant des multiples néons et projecteurs qui encadrent la scène, rappelle que Jackie est condamnée à vivre et mourir sous les feux des projecteurs. Le second cadre de néons, suspendu, quant à lui, à la verticale, dessine une fenêtre, un écran, comme une mise en abyme, un objectif qui immortalise une de ces multiples facettes de Jackie Kennedy.

Le rétroprojecteur à peine dissimulé derrière des fleurs et actionné à deux reprises par la comédienne diffuse de la lumière et deux clichés évoquant l’histoire des Kennedy. Les photos constituent des aide-mémoires pour le spectateur qui comprend de fait plus aisément les commentaires de ces clichés dans le texte de Jelinek. La première photographie explicite la phrase qui cite un « cheval sans cavalier, les bottes vides retournées, les tiges dirigées vers le bas dans les étriers » ainsi que « deux petits enfants »18 : il s’agit d’une allusion à l’enterrement de JFK et dont on projette aux murs une photo du convoi mortuaire. Le second cliché représente une photographie de Marilyn Monroe portant une perruque brune à propos de laquelle Jackie déclare : « Cette Marilyn m’a parodiée pour Vogue avec cette perruque noire, comme de plâtre, avec, au bout, les pointes tournées vers l’extérieur. Et tous ces colliers de perle ! Cette folle. N’a rien compris »19.

Jean Kalman (éclairagiste) s’emploie non seulement à symboliser la médiatisation de la femme par l’omniprésence de la lumière et la mise à nu du matériel d’éclairage, mais aussi à refléter la structure fragmentée du récit par de multiples jeux et éclats de lumière. La gestion du son et le recours à la musique (Alain Gravier) sont, eux aussi, à l’image de ce texte syncopé. Et la voix de l’actrice est parfois modulée ou amplifiée par un micro ; ou encore le texte a été préenregistré, ce qui crée des effets de rupture et rompt l’illusion. De temps à autre sont insérées des bandes sonores de style très varié allant de la douceur d’une ballade à la harpe à l’Imperial March de Star Wars (composée par John Williams) en passant par la chanson We’re all living in America du groupe de métal allemand Rammstein, dénonçant non sans ironie l’impérialisme américain. Le spectateur comprendra que la culture américaine exporte ses mythes, Jackie comprise.

L’utilisation de l’espace scénique, de la lumière et du son sert ainsi dans son ensemble à illustrer le texte et à donner des aides au spectateur non averti. Les grands thèmes – la mode, la médiatisation, l’artificialité, le mythe… – sont soulignés par des dispositifs visuels et sonores qui peuvent également venir redoubler certaines allusions historiques. Une bande sonore fait ainsi entendre, au début de la représentation, un coup de feu et le commentaire radiophonique de l’assassinat de JFK, le mari de Jackie. Cet événement, lié aux leitmotivs du sang et du morceau de crâne qui viennent entacher le tailleur Chanel rose de Jackie, sera effectivement commenté à moult reprises au cours de la représentation.

© Jean-Paul Lozouet
© Jean-Paul Lozouet

Le jeu de Judith Henry

Le texte-kaleidoscope s’évertue à dévoiler la construction de la première dame des États-Unis et à déconstruire le mythe que Jackie elle-même a contribué à façonner : « Je préfère être raccrochée à toutes ces images de moi et traînée derrière elles, ainsi je n’ai besoin de m’occuper de rien »20. Au cours de la représentation, Judith Henry se badigeonne les mains et les bras de peinture blanche – renversement du blackface de la culture théâtrale étatsunienne pour mettre en scène des personnages noirs –, signifiant par-là que Jackie a elle-même dessiné ces images d’elle. Ce qui n’est pas sans lien avec la mort de Jackie car le pinceau utilisé finit dans la « tombe » de néons et le blanc est associé à la Faucheuse : « Le blanc est ma couleur préférée, je la partage avec la mort, le grand blanchissant. Ce produit de nettoyage très apprécié »21. La mort qui nettoie, fige, polit l’image du mythe.

Judith Henry s’empare du texte de façon assez réaliste et humanise l’icône, tout en créant des ruptures avec la modulation de la voix par le micro. Sa performance et la mise en scène, saluées par l’ensemble de la critique, permettent de rendre plus « accessible » le texte de Jelinek, dont l’écriture est réputée difficile et hermétique. La Jackie qui monte sur scène a l’air introvertie, elle ressemble parfois dans sa robe blanche de l’innocence à une héroïne de tragédie qui a beaucoup souffert et qui est très pensive. Le blanc est la couleur des princesses et des innocents. La Jackie d’Elfriede Jelinek est sans doute plutôt une anti-princesse. Le spectateur perçoit surtout, à travers le jeu de Judith Henry, la part de vulnérabilité de Jackie et un peu moins l’aspect monstrueux de ce mort-vivant enfanté par Jelinek. Sans doute faudrait-il, comme le souligne le journal La Terrasse, « un tempérament monstre pour chausser un tel costume » :

« Judith Henry, comédienne à la grâce ingénue, a la peau trop tendre pour ces crocs-là. Elle a beau durcir ses lèvres sous le venin des mots, saccager ses effigies de carton, elle est toute meurtrie, touchante mais trop sentimentale pour qu’on sente le cynisme mordant et la lucidité criblée de souffrance, pour qu’on entende la critique politique »22.

« Je veux exactement le contraire: créer de l’inanimé. Je veux expulser la vie du théâtre. – Je ne veux pas de théâtre »23. Mais on peut toujours faire autrement (le crédo de Jelinek : « Faites ce que vous voulez ! »). Pourtant, lorsque Judith Henry utilise le micro, lorsqu’un passage pré-enregistré est diffusé, on sent que le personnage parle du off, d’un au-delà, qu’il rompt avec le principe d’unité de son caractère et rend impossible l’identification qui a traditionnellement lieu entre le spectateur et le personnage représenté. La voix de Jackie devient alors voix spectrale.

Fiche technique du spectacle

Mise en scène :               Marcel Bozonnet

Acteurs :                            Judith Henry

Production :                    Maison de la Culture d’Amiens

Année de production : 2006

Première française :    15 septembre 2006 à la Maison de la Culture d’Amiens

Scénographie :                Adeline Caron

Costumes :                        Renato Bianchi

Lumières :                        Jean Kalman

Son :                                    Alain Gravier

Durée :                               55 minutes

Crédits photographiques : Avec l’aimable autorisation de Jean-Paul Lozouet pour la publication dans ce billet des photos de la représentation (© Jean-Paul Lozouet http://photosdespectacles.free./)

Pour citer ce billet : Delphine Klein, «“Jackie”, dans la mise en scène de Marcel Bozonnet (2006) », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 20 décembre 2014. [En ligne] URL : http://jelinek.hypotheses.org/1184 (consulté le…)

  1. Bérangère Bonvoisin, « Ce qui est terriblement humain, c’est bien ce chaos… », in Banoun B., Hoffmann Y., Zeyringer K., Dossier Elfriede Jelinek, europe, n° 933-934, janvier-février 2007, p. 402-405, ici p. 404. L’entretien avait été réalisé le 6 septembre 2004 par Barbara Heigl dans le cadre d’un travail de maîtrise consacré à la traduction. []
  2. Ibid. []
  3. Traduction française : Elfriede Jelinek, Drames de princesses. La Jeune Fille et la Mort I-V, traduit par Magali Jourdan et Mathilde Sobottke, Paris, L’Arche, 2006. []
  4. La pièce devait y être jouée du 17 janvier au 24 février 2007 dans une mise en scène de Bruno Bayen. []
  5. Le Monde, 28 avril 2006 []
  6. René Solis, « Jelinek soutient Peter Handke », Libération, 03.05.2006 []
  7. Marcel Bozonnet dans un entretien avec Florent Bayard pour le journal de la Maison de la Culture d’Amiens de septembre 2006, p. 6 ; URL : http://www.amiens.fr/fichiers/6191/JDAculture%20N°1.pdf [en ligne, page consultée le 03.01.2008]. []
  8. Elfriede Jelinek, La Jeune Fille et la Mort IV. Jackie, in Drames de princesses. La Jeune Fille et la Mort I-V, traduction de Magali Jourdan et Mathilde Sobottke, Paris, L’Arche, 2006, p. 65. []
  9. Ibid., p. 81. []
  10. Ibid., p. 76. []
  11. Elfriede Jelinek s’intéresse également de près à la mode. La presse germanophone a suivi de près les mises en scène vestimentaires d’Elfriede Jelinek, qui se plaisait à jouer avec ses images dans des tenues et coiffures variées qui accompagnaient la sortie de ses œuvres. []
  12. E. Jelinek, Jackie, op. cit., p. 97. Ce passage n’est pas sans rappeler les réflexions de Jelinek sur le personnage de son anti-théâtre dans Je voudrais être légère. []
  13. Fabienne Darge, « Jackie Kennedy nous parle », Le Monde, 20.09.2006. []
  14. René Solis, « ‘Jackie’ arrive bien à n’aller nulle part », Libération, 22.09.2006, p. 27. []
  15. E. Jelinek, Jackie, op. cit., p. 65. []
  16. Cette mise en scène marque le début de ce qu’on pourrait appeler la tradition de l’irrévérence à l’auteure dans les mises en scènes germanophones. []
  17. Armelle Héliot, « Le deuil éclatant du bonheur », Le Figaro, 22.09.2006. []
  18. E. Jelinek, Jackie, op. cit., p. 71. []
  19. Ibid., p. 80 []
  20. Ibid., p. 66. []
  21. Ibid., p. 75. []
  22. David Gwénola, « Jackie », La Terrasse, n° 141, octobre 2006, p. 11. []
  23. Elfriede Jelinek, „Ich will kein Theater – Ich will ein anderes Theater“, Theater heute, Nr. 8, 1989, p. 3 ; nous traduisons. []

Delphine Klein

Rédactrice en chef de ce carnet, Delphine Klein enseigne l'histoire et la géographie en allemand dans la section binationale Abibac du lycée Honoré d'Urfé de St Etienne et donne des cours de littérature allemande contemporaine et de traduction à l'Université Jean Monnet de St Etienne.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.